— Quality Stock Arts / Shutterstock.com

La fusion nucléaire offre la perspective alléchante d’une source d’énergie durable et inépuisable. Une société britannique a récemment franchi une étape clef pour son exploitation commerciale.

Une première mondiale

Les réacteurs à fusion, ou tokamaks, sont des chambres utilisant un arrangement complexe de bobines magnétiques afin de confiner des flux circulaires de plasma à ultra-haute température suffisamment longtemps pour recréer les réactions intervenant dans les entrailles du Soleil et ainsi libérer une quantité phénoménale d’énergie.

Tokamak Energy a réalisé une première mondiale avec son réacteur sphérique ST40 en atteignant une température de plasma de 100 millions de degrés Celsius. Selon la société britannique, il s’agit de loin de la température la plus élevée jamais atteinte dans un tokamak sphérique et par un dispositif financé par des fonds privés.

Bien que différents laboratoires gouvernementaux aient signalé des températures de plasma supérieures à 100 millions de degrés dans des tokamaks conventionnels, notamment le réacteur sud-coréen KSTAR ou le « soleil artificiel » chinois, Tokamak Energy souligne avoir atteint ce seuil en cinq ans seulement, pour un coût inférieur à 65 millions d’euros, et dans un dispositif de fusion beaucoup plus compact. Une telle réalisation confirme que les réacteurs sphériques constituent la voie optimale pour fournir une énergie de fusion commerciale propre, sûre, peu coûteuse, évolutive et déployable à l’échelle mondiale.

La température du plasma à l’intérieur du ST40 à été mesurée à l’aide de plus de 25 outils de diagnostic intégrant les dernières technologies disponibles, et le seuil des 100 millions de degrés vérifié par un comité consultatif indépendant composé d’experts internationaux.

Vers une première usine pilote

Le réacteur ST40 va recevoir différentes améliorations et être utilisé pour développer les technologies qui équiperont les futurs dispositifs de la société. Premier tokamak sphérique au monde à démontrer tout le potentiel des aimants supraconducteurs à haute température (HTS), le ST-HTS devrait être opérationnel d’ici 2025 et servira de base à la conception de la première usine pilote au monde, dont la mise en service est prévue pour le début de la prochaine décennie.

« Nous sommes fiers d’avoir réalisé cette percée qui nous rapproche un peu plus de la fourniture au monde d’une nouvelle source d’énergie sûre et sans carbone », a déclaré Chris Kelsall, PDG de Tokamak Energy.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
pompeyo vinuales
pompeyo vinuales
8 mois

100 millions de degrés veuillez m’expliquer a moi simple mortel, en quoi est construit le réacteur pour supporter cette température . ? .