Personnages historiques, gastronomie et même cyclisme : voilà comment la France est idéalisée dans les mangas

La plupart des Français savent que la culture de leur pays rayonne dans le reste du monde. Mais il est moins connu que la France jouit d’une aura de grâce toute particulière dans la culture japonaise. Seulement, cet engouement pour notre beau pays dans l’archipel passe par une certaine idéalisation. SooGeek vous donne un petit aperçu de la manière dont notre pays est représenté dans les mangas au pays du Soleil-Levant.

 

Cela fait maintenant plus d’un siècle que la culture française a fait son chemin jusqu’au Japon, par le biais de la mode, de la littérature ou encore du cinéma. Contrairement à l’Angleterre et à l’Allemagne qui sont perçues au Japon comme des nations d’industries et qui ont historiquement tenu des rôles d’alliés économiques du Japon, la France est perçue comme un pays de culture par les Nippons. Et de culture sophistiquée qui plus est.

 

La preuve, déjà, avant la Première Guerre mondiale au Japon, le mot « France » était utilisé à toutes les sauces comme adjectif pour définir quelque chose de bon goût : on parlait de coiffure « France », de fraises « France »… L’image d’une France surannée et faite de valeurs idéalisées allait rapidement se fixer dans la culture japonaise, et notamment dans les mangas à partir des années 1960 et 1970, tous genres de mangas confondus.

 

Le premier grand jalon du genre est bien sûr La Rose de Versailles, publié au Japon entre 1972 et 1973. Ce manga réalisé par la mangaka Riyoko Ikeda conte les aventures d’Oscar François de Jarjayes qui, comme son prénom ne l’indique pas, est une femme qui a été élevée en tant qu’homme. On suit donc l’histoire de cette aristocrate travestie à la cour de Versailles dans les années qui précèdent la Révolution française. Tout y est, depuis l’aristocratie idéalisée à la mentalité chevaleresque en passant bien sûr par le château à la française comme décor.

 

rose-de-versailles

 

L’énorme succès de La Rose de Versailles au Japon va prouver la popularité d’une vision idéalisée et romancée de l’histoire de France au pays du Soleil-Levant. La preuve, plus près de nous dans les années 2000, un manga Napoleon et un manga Jeanne d’Arc vont eux aussi rencontrer le succès, et vont montrer, comme leur illustre prédécesseur, que les éléments fameux de l’histoire de France largement romancés fascinent toujours autant les Japonais.

 

napoleon-manga

 

Mais que se passe-t-il quand on cherche ailleurs que du côté des mangas historiques ? Eh bien on peut constater que l’un des aspects de notre culture qui fascinent le plus les Nippons est évidemment notre gastronomie, et évidemment le pain. Un manga entier, Yatitake!! Ja-pan, raconte d’ailleurs comment un jeune boulanger prodige cherche à produire un pain qui serait typiquement japonais par opposition au pain comme emblème de la France.

 

yakitate

 

De même, la réputation de la France en matière de vin n’est plus à faire, et sans surprise lorsqu’un manga veut aborder le sujet de l’oenologie il lui est impossible de faire l’impasse sur l’hexagone. On ne peut bien sûr pas passer à côté du manga Les Gouttes de Dieu, qui raconte la quête d’un jeune oenologue pour découvrir rien de moins que les meilleurs vins du monde (et qui se trouvent donc en France :p). Autre immense succès concernant le sujet, Sommelier qui, comme son titre l’indique, se concentre sur un sommelier qui réussit grâce à son expertise.

 

goutes-de-dieu

 

On sait aussi que les mangas sont friands de sports, et il y a une discipline sportive qui s’y retrouve toujours associée à la France. Vous ne voyez pas laquelle ? On veut parler du cyclisme bien sûr ! Oui, le Tour de France plus qu’aucun autre tour cycliste marque les Japonais, et lorsqu’un héros de manga veut se lancer dans le cyclisme, son but ultime est bien sûr de pouvoir participer à la grande boucle. Plusieurs mangas reprennent ce schéma, mais le plus célèbre d’entre eux au Japon reste Over Drive.

 

over-drive

 

Nous étions loin de nous douter qu’une image aussi héroïque et chevaleresque de la France était aussi répandue dans les mangas ! Mais ce qui nous étonne encore davantage à la rédac, c’est de voir comment certains sujets particuliers, lorsqu’ils trouvent leur place dans des mangas, ne peuvent être traités sans que la France ne soit ramenée au passage sur le tapis. Tout cela nous rappelle d’ailleurs ces adaptations en manga de grands classiques littéraires français. Et vous, que pensez-vous de l’image de notre pays visible dans les mangas ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux