— Scientifc Reports – Jean Vannier / Creative Commons

Découverts au Maroc, ces 22 petits trilobites épineux évoluaient en file indienne au moment où ils se sont retrouvés piégés par les sédiments, il y a 480 millions d’années. Il s’agit selon les scientifiques de l’une des preuves les plus anciennes de comportement de groupe jamais découvertes.

Des animaux évoluant en file ordonnée

Il y a environ 541 millions d’années, au cours d’une période appelée l’explosion cambrienne, de nombreuses nouvelles espèces animales, profitant d’améliorations significatives liées à l’évolution (squelette, système nerveux), sont apparues dans les océans du monde. Selon Jean Vannier, chercheur au CNRS et auteur principal de cette nouvelle étude parue dans la revue Scientific Reports, aucune preuve de comportement de groupe chez les animaux antérieure à cette période n’a jusqu’à présent été découverte, en raison du nombre extrêmement restreint de spécimens dotés d’un système nerveux au Précambrien.

C’est au cours d’une autre explosion de la biodiversité, survenue environ 100 millions d’années plus tard et connue sous le nom de grande diversification ordovicienne, que Ampyx priscus est entré en scène. Ces petits arthropodes étant aveugles, ils ont probablement réussi à rester alignés en utilisant leurs projections épineuses ou des signaux chimiques. Les scientifiques estiment que les créatures ont intentionnellement formé une ligne lorsqu’elles parcouraient le fond marin durant leur période de migration ou de reproduction.

« Compte tenu de l’ampleur des tendances observées, il est peu probable que cette linéarité constante ait été causée par les courants marins », précisent les auteurs de l’étude.

— Scientific Reports – Jean Vannier / Creative Commons

Un avantage évolutif

En 2008, des chercheurs avaient découvert une ligne similaire de trilobites, mais les paléontologues estimaient alors que ceux-ci évoluaient en file indienne dans un terrier afin d’échapper à un prédateur lorsqu’ils avaient été enfouis et fossilisés. D’autres scientifiques avaient à l’époque suggéré que les courants océaniques pouvaient avoir été responsables de cette étrange disposition. Mais selon les auteurs de l’étude, aucune preuve ne permet de penser que les trilobites fossilisés découverts à Zagora (Maroc) se trouvaient dans un terrier ou que leur surprenant alignement ait été causé par un évènement extérieur.

L’excellent état de conservation des trilobites semble en effet indiquer que ces derniers ont été enterrés par une avalanche de sédiments alors qu’ils évoluaient en file indienne, et qu’ils sont morts instantanément. Pour les chercheurs, cette découverte démontre que le comportement collectif est profondément ancré chez les animaux et s’est développé très rapidement après que les premières créatures océaniques ont développé des systèmes nerveux et des organes sensoriels. Il ne s’agit donc pas d’un avantage évolutif apparu il y a quelques millions d’années, mais qui se révèle beaucoup plus ancien, remontant aux premiers évènements de la diversification de la vie animale.

Les chercheurs pensent que cette organisation aurait permis aux trilobites d’échapper au stress environnemental et d’augmenter leurs chances de reproduction. Ils se pencheront prochainement sur un groupe d’animaux similaires vieux de 520 millions d’années, récemment découverts en Chine et s’apparentant à des crevettes.

— Scientifc Reports – Jean Vannier / Creative Commons

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de