Accueil Monde Histoire

Ce fossile vieux de 300 millions d’années n’est pas une méduse, il était à l’envers

Il s'agit d'un autre animal

fossile
© Roy E. Plotnick, Graham A. Young, James W. Hagadorn

Parfois, la science ne s’avère pas toujours exacte. Recueillir de nouvelles informations sur une découverte n’est pas si simple. Dans le cas de cette créature retrouvée dans les lits fossilisés de Mazon Creek, dans l’Illinois, une erreur d’identité a été constatée sur un fossile. Les anémones de mer anciennes dont les fossiles boursouflés ont été pris pour des méduses.

Des fossiles remarquablement préservés

Le Mazon Creek est un site fossilifère, célèbre pour la qualité de conservation des fossiles qui y ont été découverts. Cela est dû aux conditions environnementales uniques qui existent dans la région depuis environ 300 millions d’années. À cette époque, la région qui est maintenant l’Illinois faisait partie d’une grande forêt tropicale qui bordait l’océan. Les plantes et les animaux qui y vivaient ont été rapidement ensevelis sous des sédiments fins et de la boue, empêchant ainsi leur décomposition. Les fossiles de Mazon Creek comprennent une grande variété d’organismes, y compris des plantes, des invertébrés et des vertébrés.

Les scientifiques ont pu étudier la structure interne des organismes, révélant des détails sur leur anatomie et leur mode de vie qui seraient autrement perdus. Le fossile le plus commun trouvé à Mazon Creek est celui d’une méduse bizarre appelée Essexella asherae, mais plus communément appelée « blob » par les chasseurs de fossiles amateurs. Ces derniers les ont historiquement collectés comme souvenirs.

Il a suffi d’inverser le sens d’un fossile de méduse

En 2016, Roy Plotnick, professeur émérite de paléobiologie et de paléontologie des invertébrés à l’université de l’Illinois à Chicago, a remarqué que quelque chose semblait anormal à propos d’Essexella asherae. « J’ai toujours regardé ces fossiles de méduses et je me suis dit que cela ne me semblait pas correct », a déclaré Plotnick, auteur principal de la nouvelle étude publiée dans la revue Papers in Paleontology

La véritable nature du blob fut révélée lorsque Plotnick et ses collègues ont remarqué que la coiffe n’avait pas du tout l’aspect d’une coiffe, mais ressemblait plutôt au pied musculaire que de nombreuses anémones de mer utilisent pour s’enfoncer dans le fond marin. En retournant le spécimen, il a eu une révélation : Essexella asherae n’était pas du tout une méduse. Il s’agissait d’une anémone de mer bulbeuse qui s’ancrait au fond de la mer grâce à son pied musclé. Cela signifie que l’animal n’appartient plus à l’ordre des Semaeostomeae, qui comprend les méduses, mais à l’ordre des anémones de mer, les Actiniaria.

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Messenger
Exit mobile version