Vieille de 200 millions d’années, cette nouvelle espèce de dinosaure géant ébahit les paléontologues

Il y a 200 millions d’années, l’Afrique du Sud et l’Argentine étaient connectées et faisaient partie du Gondwana, ce supercontinent englobant également l’Antarctique connu pour être le berceau des premiers dinosaures herbivores géants. Les paléontologues viennent de découvrir le fossile du plus imposant d’entre eux, le Ledumahadi mafube, qui mesurait 4 mètres de haut au garrot et pesait près de 12 tonnes.

 

Un dinosaure herbivore géant mesurant 4 mètres au garrot et pesant 12 tonnes

À l’aube du Jurassique (-201 millions d’années), les dinosaures, qui régnaient déjà en maîtres sur les continents, se lançaient dans un course au gigantisme qui aboutirait à l’apparition des brontosaures ou des imposants titanosaures. Alors que l’on pensait avoir trouvé le plus ancien représentant des dinosaures herbivores géants, avec la découverte d’Ingentia prima en Argentine il y a quelques mois, une équipe internationale de chercheurs dirigée par Jonah Choiniere de l’Université du Witwatersrand à Johannesbourg, annonce avoir découvert le fossile d’une nouvelle espèce de quadrupède herbivore beaucoup plus imposante, contemporaine de la première citée.

Nommé Ledumahadi mafube, signifiant « coup de tonnerre géant à l’aube » en Lesotho, ce spécimen herbivore gigantesque, dont les restes fossilisés ont été découverts dans une province d’Afrique du Sud, était sans conteste le plus grand dinosaure évoluant sur Terre il y a 200 millions d’années. Avec ses 4 mètres de haut au garrot et son poids de 12 tonnes, il est considéré comme l’ancêtre des premiers sauropodes, qui pouvaient peser jusqu’à 70 tonnes.

 

Une découverte importante pour les paléontologues

Comme l’a expliqué le paléontologue Blair McPhee, l’un des principaux auteurs de l’article paru dans la revue Current Biology : « J’ai d’abord été frappé par la robustesse incroyable des os de cet animal. Il était aussi grand que les dinosaures sauropodes, mais à la différence de ces derniers, ses bras et jambes se révélaient incroyablement épais. Selon moi, cela prouve que la voie du gigantisme chez les sauropodomorphes était loin d’être simple, et que leurs différents représentants ont dû s’adapter physiquement pour se nourrir et survivre ».

Cette découverte importante devrait aider les paléontologues à mieux comprendre l’apparition et l’évolution des premiers sauropodes, et également leur permettre de lever le voile sur celles des dinosaures quadrupèdes, dont les ancêtres étaient tous bipèdes.

© Youtube

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux