— lazyllama/Shutterstock.com

Avec toutes les promotions attrayantes proposées par les agences de voyage, de plus en plus de personnes sont tentées de passer leurs vacances à bord d’un bateau de croisière. Si détente et relaxation sont assurées avec ces offres, il faut toutefois savoir qu’une grande pollution se cache derrière chaque voyage. Euronews rapporte que, de son côté, l’Islande a décidé d’interdire le fioul lourd dans ses eaux territoriales. Une décision qui risque de déplaire aux mastodontes de la croisière, mais qui est nécessaire pour préserver l’environnement.

Le fioul lourd : un poison pour l’environnement

Dans la famille des carburants pour bateaux, le fioul lourd est de loin le plus polluant. Principalement utilisé par les bateaux de croisière et les cargos de commerce, ce dernier a une grande teneur en soufre et en impuretés. La suie libérée par le carburant vient ensuite polluer l’atmosphère et accélère la fonte glaciaire. Pourtant, il représente encore 75 % des carburants maritimes du monde à l’heure actuelle.

En Islande, le nombre de bateaux de croisière n’a cessé d’augmenter au cours de ces dernières années. Ainsi, les dirigeants du pays ont décidé de prendre les choses en main pour mettre un terme à cette pollution massive et meurtrière. D’après Euronews, le gouvernement islandais va notamment bannir le fioul lourd de ses eaux territoriales à partir du 1er janvier 2020.

Le pétrole est toujours admis sur les eaux territoriales islandaises

Selon Gudmundur Ingi Gudbrandsson, ministre islandais de l’Environnement, les navires pourront bien évidemment continuer à utiliser le pétrole. Cependant, cette restriction signifie que les bateaux de croisière et cargos devront utiliser du carburant avec une teneur en soufre ne dépassant pas 0,1 % à partir de cette date. Pour ce faire, ils devront s’équiper d’un dispositif de purification pour diminuer les émissions de dioxyde de carbone.

 « Les navires pourront bien sûr utiliser le pétrole jusqu’à ce que d’autres formes d’énergie prennent le relais, ce qui, je l’espère, se produira à l’avenir, mais le mazout lourd est la forme la plus sale utilisée aujourd’hui et il est donc extrêmement important d’en débarrasser nos écosystèmes », a déclaré le ministre islandais lors d’une interview accordée à la chaîne RUV.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de