— David MG / Shutterstock.com

En début de semaine, Facebook a commencé à marquer certains messages liés à des informations et des articles sur le COVID-19 comme spam. Alors que certains criaient à la censure, il semblerait que ce soit un simple bug, qui a été résolu depuis.

Mardi 17 mars au soir, de nombreux utilisateurs de Facebook se sont plaints sur Twitter que leurs publications à propos du coronavirus étaient supprimées. Un message leur était envoyé leur expliquant que le contenu ne respectait pas les normes communautaires de Facebook. Celles-ci « décrivent ce qui est et n’est pas autorisé sur Facebook […] sur la base des commentaires de notre communauté et des conseils d’experts dans des domaines tels que la technologie, la sécurité publique et les droits de l’homme« . Les messages signalés pour violation de ces règles sont souvent liés à la violence, à des contenus extrémistes ou à des escroqueries. Certains ont immédiatement crié à la censure de la part du géant américain.

Le problème était dû à un « bug dans un système anti-spam« , selon Guy Rosen, vice-président de l’intégrité de Facebook. Ce dernier a déclaré que Facebook avait résolu le problème et restauré les publications affectées. « Nous avons restauré tous les messages qui ont été supprimés de manière incorrecte, qui comprenaient des messages sur tous les sujets – pas seulement ceux liés au COVID-19« , a-t-il expliqué. Selon le géant des réseaux sociaux, le problème était lié à un outil de modération automatisé et n’était lié à aucun changement dans ses effectifs de modérateurs, puisque ces derniers ont été renvoyés chez eux à cause du coronavirus.

Ce problème intervient peu de temps après que la société a annoncé qu’elle supprimerait les fausses allégations et les théories du complot concernant le coronavirus. On trouve par exemple des messages qui encouragent les personnes malades à ne pas se faire soigner, ou encore qui exhortent les gens à boire de l’eau de Javel s’ils pensent avoir été infectés par le virus. Facebook a également rejoint Google, LinkedIn, Microsoft, Reddit, Twitter et YouTube dans la publication d’une déclaration commune dans laquelle ils s’engagent à lutter contre la fraude et la désinformation liées au coronavirus.

Il est cependant à noter qu’un nouveau rapport publié par Ranking Digital Rights a fait valoir ce mardi 17 mars que l’approche actuelle de Facebook en matière de modération pourrait ne pas être en mesure de résoudre le problème de la désinformation à propos du COVID-19 sur sa plateforme.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de