Si vous utilisez Facebook, vous connaissez certainement des personnes qui se sont déclarées en couple. Les spécialistes des données qui transitent sur le site se sont penchés sur le phénomène pour déterminer les évolutions comportementales des utilisateurs avant et après qu’ils aient officialisé leur relation. Les résultats sont étonnants.

Carlos Diuk est l’auteur de cette enquête. Il explique qu’avant que deux personnes se mettent en couple, elles passent par une période de séduction durant laquelle leurs interactions augmentent énormément. Ils s’envoient des images, se marquent ensemble dans des statuts, etc. Une fois que les deux courtisans démarrent réellement leur relation amoureuse, le nombre de ces interactions diminue drastiquement. Cela pourrait raisonnablement s’expliquer par le fait qu’ils passent plus de temps ensemble plutôt que sur Internet.

Voici le postulat de Carlos Diuk : « Pendant les 100 jours qui précèdent la relation, nous observons une augmentation lente mais constante des commentaires et posts partagés entre les deux membres du futur couple. Lorsque celui-ci démarre, les interactions commencent à diminuer. Nous avons noté un pic à 1,67 post par jour pendant les 12 jours précédant le début de la relation. Ce chiffre passe à 1,53 lors des 85 jours suivant la formation du couple. Visiblement, les amoureux décident de passer plus de temps ensemble, la période de séduction est terminée et les interactions virtuelles laissent place à des interactions dans le monde physique. »

Les études de l’équipe du Facebook Data Science ne s’arrêtent pas là. Elles concernent également la durée des relations ou encore la façon de gérer l’amour en fonction de l’âge ou de la religion. Un autre lien a été mis en évidence par Carlos Diuk : « Nous avons remarqué que bien que les interactions diminuent au démarrage du couple, les commentaires et statuts deviennent beaucoup plus joyeux. »

L’analyse de sentiments est forcément quelque chose de très compliqué à quantifier par la science, mais les résultats nous livrent des informations que l’on peut aisément corréler avec ce que nous avons déjà vu ou vécu sur Facebook. Pour éviter d’intégrer de mauvais cas à ses travaux, l’équipe a simplement étudié les couples qui avaient enregistré la date d’anniversaire de leur relation, entre avril 2010 et octobre 2013. Ceux qui ont simplement modifié leur statut relationnel n’ont pas été pris en compte. En ce qui concerne l’évolution des sentiments positifs, les chercheurs se sont concentrés sur des anglophones uniquement.

Nous avons trouvé ces enquêtes officielles tout à fait passionnantes et à la rédaction, les gens en couple se reconnaissent effectivement dans ces différentes études. Avez-vous déjà observé ce genre de comportement en vous rendant sur Facebook ou avez-vous noté des réactions différentes ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de