La sécurité de nos données est devenu un véritable enjeu, à l’heure où le piratage se répand à plus en plus de plate-formes. Pour combattre ce fléau, l’Europe a décidé de se doter d’un réseau de télécommunications quantique. Un projet qui, s’il est mené à bien, pourrait être opérationnel dans quelques années.

UN ACCENT MIS SUR LE RENFORCEMENT DE LA SÉCURITÉ

Le développement du réseau numérique a certes facilité la communication et l’échange de données, mais ces dernières ont aussi besoin d’un niveau de sécurité plus élevé que jamais. De nos jours, pare-feu, anti-virus et même VPN ne suffisent plus pour garantir la sécurité de nos données, qu’elles soient bancaires, personnelles ou autre. Smartphones, grandes entreprises, réseaux sociaux, personne n’est épargné.

Face à ce besoin de renforcer la sécurité, la Commission européenne a décidé d’agir en développant une structure inédite. Elle vient de lancer le projet OPENQKD, le tout premier réseau de communication quantique. Celui-ci sera dans un premier temps mis en place dans plusieurs pays avant de s’étendre à toute l’Europe via une combinaison de « solutions terrestres et satellitaires. »

L’objectif d’un tel réseau est avant tout d’offrir un renfort drastique de « la sécurité des applications critiques dans les domaines des télécommunications, de la finance, des soins de santé, de l’approvisionnement en électricité et des services publics » comme l’a expliqué Mathias Van Den Bossche, directeur Telecom & navigation system R&D, Quantum technology roadmap leader, Thales Alenia Space.

LES MÉCANISMES QUANTIQUES, UNE INNOVATION PERFORMANTE EXPLOITÉE DEPUIS LONGTEMPS

L’idée d’utiliser des mécanismes quantiques peut paraître surréaliste. Cependant, la gestion de système à l’échelle atomique existe depuis près de 30 ans. Dans le cadre du projet OPENQKD, les mécanismes quantiques serviraient à générer des nombres aléatoires aux deux extrémités d’une ligne. Les nombres en question auraient alors la fonction de clés secrètes assurant la sécurité et la confidentialité des communications. Cela permet de générer une distribution de clés quantiques aussi abrégés en QKD qui donne son nom au projet.

Le projet en est encore à ses débuts mais l’Europe est confiante. À ce rythme, c’est d’ici 2028 que le réseau sécurisé quantique pourrait être opérationnel. Cependant, l’objectif ultime est de le changer en réseau d’information quantique. Toutefois, ce dernier ne devrait pas voir le jour avant 2035. De plus, pour permettre l’envoi de ces clés cryptées, des aménagements à la fois terrestres et satellites sont nécessaires.

— metamorworks / Shutterstock.com

UN RÉSEAU REPOSANT SUR LA FIBRE OPTIQUE ET LES SATELLITES

Afin de fonctionner correctement, le réseau réclame tout d’abord la présence de fibre optique dans les grandes agglomérations. Celles-ci doivent, de plus, être reliées entre elles par un satellite. Ces conditions sont indispensables pour permettre aux informations d’être sécurisées car les signaux quantiques sont très faibles et il n’est pas possible de les amplifier sous peine de les perturber. La fibre optique couplée au réseau satellite leur garantit un milieu dense où ils pourront être absorbés par la matière et voyager sans risques.

La fibre optique est actuellement en cours de déploiement en France et d’après Mathias Van Den Bossche, les réseaux déjà en place « pourront être réutilisés, au moins dans un premier temps, car il sera seulement nécessaire de changer les boîtiers au bout de chaque ligne ». Le gros du travail à l’échelle européenne se situe surtout sur la partie spatiale.

Si cette technologie nécessite encore du travail de la part des chercheurs, ils savent que celle-ci est parfaitement réalisable. En effet, la Chine a lancé en 2016 un satellite à communication quantique, à l’époque le premier du genre. L’Europe investit désormais « au même niveau que la Chine ou les États-Unis », d’après Mathias Van Den Bossche et Marko Erman (directeur technique Thales). Il faut désormais attendre les premiers tests de ce nouveau réseau qui pourrait révolutionner la sécurité de nos données.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de