Les scientifiques sont perplexes : cet étrange objet gravitant autour d’une étoile ne se comporte comme aucun autre

une-soleil-orbite Le soleil via Shutterstock

Après avoir détecté d’étranges fluctuations dans l’émission de lumière d’une étoile lointaine, les scientifiques émettent d’incroyables hypothèses pour expliquer ces anomalies. Parmi celles-ci, la possible existence d’une structure extraterrestre orbitant autour de l’étoile en question. SooCurious revient sur cette thèse intrigante.

KIC 8462852 est située à 1480 années-lumière de la Terre. Une distance incroyable et impossible à parcourir avec les moyens technologiques actuels. Mais grâce aux télescopes spatiaux, les lointains objets cosmiques ne nous sont plus totalement inconnus. Ainsi, le télescope Kepler, qui orbite autour de la Terre, nous fournit, depuis avril 2009, des images de l’univers et détecte les planètes extérieures à notre système solaire.

 

Un dessin du télescope spatial Kepler : 

KIC-8462852-(6)

Grâce aux données publiées par les scientifiques sur le site PlanetHunters, les internautes peuvent régulièrement étudier les objets cosmiques détectés par les télescopes spatiaux. Lorsqu’en 2011, Kepler détecte KIC 8462852, une étoile située dans la constellation du Cygne, les observateurs s’aperçoivent rapidement d’une anomalie relative à l’étoile. Habituellement, les planètes peuvent obscurcir leur astre par moments, c’est ce qui permet notamment d’en détecter certaines : une planète géante cache son étoile et les astronomes en déduisent son existence, pouvant même établir les caractéristiques physiques des deux corps célestes. Mais l’obscurcissement dure généralement plusieurs heures à quelques jours en fonction de l’orbite et n’occulte l’étoile que d’une faible part. KIC 8462852, en revanche, semble avoir été cachée à des périodes irrégulières et dans des proportions trop importantes pour que cette bizarrerie soit imputable à une planète.

Une planète géante, comme Jupiter, peut bloquer moins de 1 % du rayonnement du soleil. Mais KIC 8462852 a plusieurs fois été obscurcie à hauteur de 15 % à 22 %, excluant qu’une planète géante soit la cause de cette anomalie. Les scientifiques ont alors vérifié les données recueillies et les instruments utilisés avant d’en attester la validité. Peu à peu, le monde astronomique se préparait à faire face à un véritable mystère. Ainsi, Tabetha Boyadjian, de l’université Yale, estime que KIC 8462852 est « vraiment bizarre » et affirme que « nous n’avions jamais vu quelque chose comme cette étoile ».

 

Un objet anormal semble orbiter autour de KIC 8462852 : 

KIC-8462852-(1)

Première hypothèse avancée, celle d’une ceinture céleste orbitant autour de KIC 8462852. Les scientifiques imaginent ainsi que des comètes extérieures au système solaire de l’étoile auraient pu passer à proximité d’elle, se retrouvant broyées et intégrées à l’orbite de KIC 8462852. Mais l’explication proposée est loin d’être la seule et d’autres sont avancées pour élucider le mystère.

KIC-8462852-(5)

Même si l’astronome Jason Wright rappelle que « les aliens devraient toujours être la dernière hypothèse avancée » pour justifier d’une anomalie spatiale, il explique également que l’étrangeté de KIC 8462852 « ressemble à quelque chose dont on imagine qu’elle pourrait être construite par une civilisation alien ». En clair, la bizarrerie de l’étoile lointaine trouve une explication plausible et logique dans la thèse extraterrestre. Les scientifiques estiment ainsi possible qu’une mégastructure construite par une population alien influence KIC 8462852 dans les proportions observées jusque-là. La civilisation en question aurait bâti un ensemble de satellites orbitant autour de leur étoile et captant ses rayons et l’énergie qui en découle. C’est ce qu’on appelle une sphère de Dyson, du nom du physicien Freeman Dyson. Celui-ci avait imaginé, en 1960, une sphère artificielle construite autour du Soleil et dont l’objectif était de capter une formidable quantité d’énergie directement depuis l’orbite de l’étoile.

 

Le dessin d’une sphère de Dyson : 

KIC-8462852-(3)

Pour vérifier cette hypothèse, les astronomes peuvent se servir des instruments à leur disposition, et notamment des antennes paraboliques installées sur Terre pour capter les sons en provenance de l’espace. Ainsi, Tabatha Boyadjian, co-auteure de l’étude sur KIC 8462852, travaille avec Jason Wright pour analyser les fréquences radio émises par l’étoile. Avec le SETI (pour Search for Extra-Terrestrial Intelligence, en anglais), ils espèrent pouvoir capter les radiations qu’induirait une telle technologie : « L’idée derrière notre recherche est que, si une galaxie entière a été colonisée par une civilisation avancée, l’énergie produite par les technologies de cette civilisation serait détectable par des longueurs d’onde infrarouges moyennes », d’après Jason Wright. Les observations du SETI devraient débuter en janvier 2016 et se poursuivre jusqu’à l’automne de la même année.

KIC-8462852-(4)

Cette particularité de KIC 8462852 est réellement intrigante. Plus incroyable encore, cette étrange étoile pourrait révéler une civilisation extraterrestre et radicalement changer notre perception de la vie, de la physique et de l’espace. Si le sujet vous intéresse, alors découvrez également 11 engins spatiaux qui ont permis à l’Homme d’explorer le cosmos. Etes-vous intrigué par une telle découverte et par ses possibles conséquences ou pensez-vous au contraire que KIC 8462852 ne révèlera qu’un phénomène spatial naturel ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux