― Makistock / Shutterstock.com

Donner plutôt que jeter, voilà la nouvelle devise du gouvernement. Jeudi dernier, l’État a présenté un site internet permettant de donner des objets, du matériel et des meubles qui ne sont plus utilisés par ses équipes à des associations. Il s’agit d’une initiative permettant de promouvoir « l’économie circulaire ».

Un site lancé l’année dernière

Le site en question n’est pas nouveau. Lancé en fin d’année dernière, il a eu droit à très peu de publicité jusqu’à présent. Les responsables de cette initiative ont expliqué au cours d’une conférence au ministère des Finances que les responsables d’administrations peuvent passer par le site pour faire don d’équipements mobiliers qu’ils n’utilisent plus aux administrations ou associations reconnues d’utilité publique.

« On a trop de biens aujourd’hui qui sont stockés pour rien, il faut avoir le réflexe de donner plutôt que jeter », a déclaré Alain Caumeil, directeur national des interventions domaniales. « Avec cette plate-forme, vous montrez l’exemple », s’est félicitée de son côté Olivia Grégoire, secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire, lors de l’officialisation du don des ordinateurs au foyer socio-éducatif d’un collège des Hauts-de-Seine.

De nombreuses annonces mises en ligne

Depuis le mois de novembre 2019, une centaine d’annonces ont été mises en ligne sur le site, et la moitié des biens proposés ont trouvé preneurs. Parmi les objets offerts, nous pouvons citer une table basse, un guichet d’accueil, des fauteuils et des ordinateurs avec écran en très bon état. En outre, des présentoirs et vitrines du musée du Louvre se trouvent également parmi les objets proposés. Ceux-ci peuvent intéresser d’autres musées.

« Certains de ces biens auraient été détruits si on n’avait pas eu la possibilité de les donner », a déclaré Alain Caumeil. Cependant, les responsables d’administrations ne peuvent pas pour autant faire don de n’importe quel objet. Les objets proposés doivent obligatoirement être d’une valeur dérisoire à la revente, et les véhicules motorisés sont exclus. En outre, certains objets doivent tout d’abord être proposés à d’autres administrations avant d’être proposés à des associations.

Il est à noter que les associations bénéficiaires doivent en principe chercher elles-mêmes les objets offerts et n’ont pas l’autorisation de les revendre. Quoi qu’il en soit, la création de ce site reste une belle initiative et pourrait en inspirer plus d’un à l’avenir.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de