Parmi les animaux les plus étonnants de la nature, nous avons la pieuvre. Si nous avons appris grâce au Monde de Dory que ces animaux marins ont trois cœurs et du sang bleu, il existe encore un grand nombre d’informations intéressantes à connaître sur les pieuvres. Ces animaux sont en fait des êtres très ingénieux, et ont un mode de vie fascinant.

Il existe plus de 250 espèces de pieuvres connues, mais la plupart d’entre elles ne vivent que le temps nécessaire pour mûrir et se reproduire. En tant que membres du groupe des céphalopodes, comprenant les calmars et les seiches, les pieuvres ont une flexibilité, une intelligence et des capacités de camouflage extraordinaires.

Une pieuvre © Pixabay

Les capacités particulières de la pieuvre

L’une des particularités les plus incroyables des pieuvres est ainsi leur capacité de camouflage hors du commun. Certaines espèces ont la capacité de changer de forme en plus de la couleur de leur peau afin de mieux se fondre dans leur environnement. Cette formidable capacité à se camoufler est surtout utilisée pour se camoufler des prédateurs, et dans certains cas, pour trouver de la nourriture. Certaines espèces sont tellement douées dans le camouflage qu’elles réussissent même à prendre l’apparence d’autres animaux marins.

Hank la pieuvre dans Le Monde de Dory © Flickr / Mike Mozart

On peut également ajouter aux exploits de la pieuvre sa force brute exceptionnelle. Bien que celle-ci ait plus l’air d’une créature plutôt molle. En fait, une pieuvre est parfaitement capable de manger des coquillages, des crabes et d’autres créatures avec un squelette ou une carapace coriace. Cela est possible grâce au bec osseux semblable à la forme d’un bec de perroquet qui se trouve au niveau de leur bouche. Ce bec est très solide et permet de transpercer les coquilles presque aussi facilement que la peau. Toujours pour mieux déguster leurs proies, les pieuvres utilisent aussi leurs ventouses qui sont quasiment impossibles à détacher d’une surface une fois qu’elles y sont collées.

Si cela n’est pas déjà suffisant, la pieuvre a également la capacité de régénérer ses tentacules s’ils sont coupés. Dans certains cas, une pieuvre peut même se débarrasser volontairement de l’un de ses tentacules en cas de besoin. Et à cela s’ajoute aussi le jet d’encre, pour faire fuir ou aveugler ses prédateurs ; ou encore son mode de déplacement à propulsion par jet d’eau. Tout cela fait déjà de la pieuvre une créature vraiment à part, mais sa singularité va encore au-delà de tout cela.

Les capacités cérébrales d’une pieuvre

Si certains céphalopodes comme les ammonites et les bélemnites ont disparu au cours de l’évolution de notre monde, la pieuvre, elle, a su survivre, et ce en dépit de ses caractéristiques physiques qui ne sont pourtant pas des plus propices à la survie. Les pieuvres ont en effet su s’adapter à leur environnement et leur corps a évolué en conséquence. Mais l’une des évolutions les plus notables concernant ces animaux est relative à leur cerveau, faisant d’eux des animaux étrangement intelligents.

Une pieuvre dans un aquarium © Pixabay

En fait, la pieuvre n’a pas seulement neuf cœurs et le sang bleu, l’animal a également neuf cerveaux et environ 500 millions de neurones. Ainsi, le système nerveux de la pieuvre comprend un cerveau central et des petits cerveaux sous forme de ganglions à la base de chaque tentacule qui contrôlent les mouvements de ceux-ci. Quant aux neurones, la plupart de ceux-ci sont concentrés dans ses tentacules.

Si l’on compare le cerveau de ce céphalopode à ceux des autres animaux, cela n’est pas très impressionnant ; en revanche, les pieuvres investissent plus dans leur cerveau que d’autres animaux. Malgré tout, la taille et le niveau d’investissement dans le cerveau ne sont pas des informations suffisamment précises pour évaluer l’intelligence de la pieuvre ; pour cela il vaut mieux savoir tout ce dont elle est capable.


CERTAINES ESPÈCES DE PIEUVRES PEUVENT SURVIVRE ET CHASSER À L’AIR LIBRE TANT QUE LEUR PEAU EST HUMIDE.

Même si, bien évidemment, l’intelligence d’une pieuvre ne peut égaler celle d’un humain, l’animal peut faire preuve de beaucoup d’ingéniosité par rapport aux autres animaux. Le premier exemple à cet effet est notamment la capacité d’évasion du céphalopode. Il existe en effet de nombreux récits qui racontent l’histoire d’une pieuvre qui a réussi à sortir toute seule de son aquarium pour repartir dans l’océan. Mais bien plus que cela, certaines pieuvres ont même appris à éteindre les lumières en provoquant des courts-circuits et en arrosant les ampoules avec des jets d’eau. Cela prouve notamment que la pieuvre a une capacité d’adaptation et d’analyse de son environnement remarquable.

À cela s’ajoute également le fait que la pieuvre est l’un des rares animaux qui savent utiliser des outils. En 2009, il a notamment été rapporté le cas de pieuvres qui ont utilisé des coquilles de noix de coco pour construire une sorte d’armure dans laquelle elles se sont par la suite cachées. Si les pieuvres peuvent s’échapper de leur aquarium, elles sont également capables d’ouvrir des bocaux et même des bouteilles de pilules à l’épreuve des enfants.

Bref, la pieuvre est un animal très intelligent, c’est indéniable. Cela a même incité certaines personnes à penser que les pieuvres ont des origines extra-terrestres. Selon cette incroyable théorie, l’ADN des pieuvres serait arrivé sur Terre avec des comètes qui s’y seraient écrasées il y a 500 millions d’années. C’est cet ADN qui se serait alors mélangé aux autres organismes terrestres, provoquant ainsi l’explosion cambrienne. Cette théorie n’est certes pas approuvée par la communauté scientifique qui a une explication plus plausible concernant l’intelligence de la pieuvre.


LA PIEUVRE GÉANTE DU PACIFIQUE EST LA PLUS GRANDE ESPÈCE DE PIEUVRE AU MONDE ET PEUT MESURER JUSQU’À 9 MÈTRES DE LONG.

Cette explication est la suivante : pour la plupart des animaux, les cellules transforment l’ADN en ARN qui va par la suite produire des protéines bien déterminées. Si pour les cellules ordinaires, la modification de l’ARN ne change rien dans la production de protéines, ce n’est pas le cas pour les pieuvres. Chez ce céphalopode, la modification de l’ARN provoque la création de nouvelles protéines, permettant ainsi à l’animal d’évoluer sans qu’une mutation génétique ne se produise au niveau de l’ADN.

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Rose MartineAlisha Ross Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Alisha Ross
Invité
Alisha Ross

magnificent submit, very informative. I wonder why the opposite specialists of this sector do not understand this. You must proceed your writing. I’m confident, you have a great readers’ base already!

Rose Martine
Invité
Rose Martine

« An impressive share! I have just forwarded this onto a coworker who had been doing a little homework on this. And he actually ordered me dinner simply because I found it for him… lol. So allow me to reword this…. Thank YOU for the meal!! But yeah, thanks for spending… Lire la suite »