Élisabeth Báthory, la comtesse qui égorgeait les jeunes femmes pour acquérir la jeunesse éternelle

Élisabeth Báthory, la comtesse qui égorgeait les jeunes femmes pour acquérir la jeunesse éternelle

Considérée comme l’une des plus grandes criminelles de son époque, la comtesse hongroise Élisabeth Báthory a torturé et tué des dizaines, voire des centaines, de jeunes filles innocentes dans son château de Čachtice. Une sombre histoire qui a inspiré les maîtres de la littérature fantastique.

UN SPECTACLE DES PLUS MACABRES

Lorsque les hommes envoyés par le roi de Hongrie, Mathias Ier, arrivent au château de Čachtice le 30 décembre 1610, ils sont sous le choc. En pénétrant dans le vestibule, ils tombent nez à nez avec le cadavre d’une jeune femme vidée de son sang et une puissante odeur de putréfaction ne tarde pas à emplir leurs narines.

György Thurzó et ses hommes ne sont pas au bout de leurs surprises. Guidés par l’odeur pestilentielle qui semble émaner des sous-sols du château, ils y découvrent avec horreur une douzaine de jeunes servantes en train d’agoniser.

Plus effarant encore, la comtesse Élisabeth Báthory de Ecséd, propriétaire des lieux, reçoit les hommes du roi le plus naturellement du monde, sans jamais faire mention des scènes innommables auxquelles ces derniers viennent d’assister.

Les jeunes servantes engagées par la comtesse sont soumises aux supplices les plus inhumains

Ces sombres crimes, se comptant en dizaines ou centaines selon les sources, lui vaudront plus tard le surnom pour le moins évocateur de « comtesse sanglante ».

Descendante d’une famille comptant parmi les plus puissantes de Transylvanie, Élisabeth Báthory connaît une enfance paisible dans le château familial. Elle reçoit une éducation complète et apprend notamment l’allemand et le latin.

Portrait de Ferenc Nádasdy (1555-1604), époux d’Elisabeth Bathory

À l’âge de onze ans, elle est promise en mariage au comte Ferenc Nádasdy, un lointain cousin bien plus âgé qu’elle. Comme le veut la coutume, elle quitte alors les Carpates et part s’installer auprès de sa future belle-famille en Hongrie.

Moins d’un an après son arrivée, le scandale éclate : Élisabeth est enceinte de l’un des domestiques du comte de Nádasdy. Ce dernier ne souhaitant pas renoncer à un mariage qui lui assurera fortune et puissance, il ordonne la castration et l’exécution de son domestique tandis que sa future femme accouche dans le plus grand secret.

Ferenc et Élisabeth se marient le 8 mai 1575 à Vranov nad Topl’ou. Conscient de l’influence des Báthory, Ferenc Nádasdy prend le nom de sa femme et les deux époux s’installent à Čachtice. Dans les années qui suivent, quatre enfants naissent de leur union.

Surnommé le « Chevalier Noir de Hongrie » en raison de ses nombreux succès militaires face aux Ottomans, Ferenc Báthory meurt brutalement le 4 janvier 1604 dans des circonstances inconnues. L’hypothèse la plus crédible restante que sa mort ait été commanditée par Mathias Ier de Habsbourg, roi de Hongrie, qui le voyait comme une menace potentielle.

Les ruines du château de Čachtice, où furent perpétrés les odieux crimes de la comtesse sanglante

Désormais âgée de 44 ans, la comtesse Báthory forme une alliance avec son cousin Gabriel Ier, alors prince de Transylvanie, afin de s’opposer à Mathias Ier. Une décision qui va pousser le roi de Hongrie à lui intenter un procès et à envoyer György Thurzó à Čachtice, après qu’il ait appris que des jeunes filles de la région disparaissaient mystérieusement.

Les crimes innommables de la comtesse sanglante sont finalement découverts et cette dernière est arrêtée et placée sous la tutelle de Thurzó.

Invoquant sa condition nobiliaire, Elisabeth Báthory n’assiste pas à son procès, mais ses domestiques et intendants ne tardent pas à reconnaître devant la cour qu’ils ont été contraints par la comtesse à engager des jeunes filles et à leur faire subir les pires supplices.

À leur arrivée au château de Čachtice, les malheureuses étaient battues à mort, brûlées, fouettées, ou torturées à l’aide de fers rouges et de tenailles. Certains racontent que la comtesse avait pour habitude de se baigner dans leur sang, persuadée que ce sombre rituel lui permettrait d’obtenir la jeunesse éternelle. Les servantes étaient ensuite enterrées dans le parc du château ou les catacombes.

ON RACONTE QUE LA COMTESSE ÉTAIT PERSUADÉE QUE SE BAIGNER DANS LEUR SANG LUI ASSURERAIT LA JEUNESSE ÉTERNELLE

Selon les témoignages, les victimes de la comtesse sanguinaire se comptent pas dizaines, voire par centaines (de 36 à 640 selon les sources). Reconnus coupables de sorcellerie ou de meurtre, ses complices sont exécutés et brûlés, tandis qu’Elisabeth Báthory est condamnée à la réclusion à perpétuité et à l’isolement dans une pièce sombre de son château.

Maigrement nourrie et isolée du monde extérieur, la comtesse sanglante sombre peu à peu dans la folie et décède le 21 août 1614 à l’âge de 54 ans. Les habitants de Čachtice s’opposant fermement à ce qu’elle soit inhumée dans l’église du village, elle est finalement enterrée dans le cimetière d’Ecséd en Hongrie. Sa légende fascinera de nombreux auteurs fantastiques dès la fin du XIXe siècle, parmi lesquels Bram Stoker, qui s’inspirera de la comtesse pour créer le personnage de Dracula.

Le fondateur du prix Nobel était fabricant d’armes

— @DailyGeekShow