— Tony Baggett/ Shutterstock.com

C’est un véritable trésor que nous venons de retrouver dans la bibliothèque d’Ajaccio : celui-ci était vraiment bien caché. Il s’agit de l’une des éditions originales de l’un des ouvrages maîtres du grand scientifique Isaac Newton, Philosophiae naturalis principia mathematica (traduit par Principes mathématiques de la philosophie naturelle). Cet ouvrage énonce les trois lois du mouvement selon Isaac Newton, et fut publié en 1687.

Vannina Schirinsky-Schikhmatoff (chargée de la conservation et de la restauration des livres à la bibliothèque patrimoniale d’Ajaccio), déclare à l’AFP : “Alors que je faisais des recherches sur un listing concernant le fonds Lucien Bonaparte, j’ai vu qu’il y avait un Newton. C’est la date qui m’a interpellée, ce livre datant du vivant d’Isaac Newton. En cherchant bien, j’ai donc trouvé le Graal dans la salle patrimoniale, perdu dans les hauteurs, caché. L’extérieur est un peu abîmé mais l’intérieur est en excellent état.” Il n’existerait que 400 exemplaires de cette première édition en anglais, et seulement 80 en latin selon elle, ce qui le rend très rare pour un livre. Un autre exemplaire du même ouvrage, toujours dans la même édition, s’était vendu aux enchères en décembre 2016 à 3,7 millions de dollars. 

Comme en témoigne le chiffre énoncé plus haut, ce type d’ouvrage serait très convoité, à l’échelle internationale. « Il faut encore déterminer combien d’exemplaires de cet ouvrage de Newton sont conservés aujourd’hui dans le monde, mais il est évident qu’Ajaccio peut d’ores et déjà s’enorgueillir d’abriter une merveille. Imaginez que ce livre a sans doute été tenu par Isaac Newton lui-même”, rapporte avec joie Vaninna Schirinsky-Schikhmatoff. Et puis, il porte une autre signature qui a aussi son importance, celle de l’astronome Edmond Halley, dont le nom est lié à la fameuse comète, qui a rédigé sa préface. » Cet ouvrage serait donc “la pierre angulaire de la physique et des mathématiques modernes, au point d’avoir été l’un des livres de chevet d’Albert Einstein ».

Comment cet ouvrage s’est-il retrouvé à Ajaccio ? Il s’agit du résultat d’un long processus qui s’inscrit dans l’Histoire. Comme en témoigne une marque sur le livre, il appartenait auparavant à l’Oratoire de Paris, une institution religieuse. Mais avec la Révolution française, de nombreuses bibliothèques d’institutions religieuses furent saisies : ce fut sûrement le cas de cet ouvrage de Newton, qui se retrouva ensuite entre les mains de Lucien Bonaparte, frère de Napoléon, d’origine corse. Il est notoire que ce dernier aurait constitué une grande partie de sa bibliothèque personnelle à partir de ces saisies. Voilà pourquoi l’ouvrage Principes mathématiques de la philosophie naturelle se retrouve aujourd’hui à Ajaccio.

Ce n’est pas la première fois que la conservatrice fait une découverte surprenante au sein de sa bibliothèque. Elle avait auparavant découvert le Thesaurus Hyeroglyphicorum, un traité d’égyptologie écrit en 1610, près de 200 ans avant les travaux de Champollion sur les hiéroglyphes. Ces deux découvertes confèrent “un rayonnement national” selon la conservatrice. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de