Dans les années 1960, un Turc fait une étonnante découverte lorsqu’il fait tomber le mur de son sous-sol. Il découvre effectivement l’entrée d’une galerie qui mène à une vaste ville souterraine de 18 étages ! Cette ville mystérieuse s’appelle Derinkuyu.

Les peuples anciens ont creusé cette ville avec des pioches et des pelles

Cette ville souterraine se trouve dans la région de Cappadoce, en Turquie. Cette région se trouve sur un plateau d’environ 1 000 mètres d’altitude et regorge de roches constituées par plusieurs couches de cendres volcaniques compactes appelées « tuf ». Cette roche est à la fois poreuse et fragile. C’est pourquoi les peuples anciens ont pu facilement créer la ville souterraine en n’utilisant que des outils simples comme une pioche et une pelle.

Derinkuyu est composée de plusieurs zones souterraines reliées par des tunnels qui s’étendent sur des kilomètres. Certaines parties de ce réseau souterrain s’étendent même jusqu’à 75 mètres de profondeur, rapporte ZME Science.

© Nevit Dilmen / Wikimedia Commons

Qui a fondé cette ville souterraine ?

D’après les archéologues du ministère turc de la Culture, la première galerie a été sculptée entre le VIIe et le VIIIe siècle avant notre ère par une ancienne culture indo-européenne appelée les Phrygiens. Ces derniers figuraient parmi les plus grands architectes de l’âge du fer et on leur attribuait beaucoup de constructions complexes. Néanmoins, certaines théories avancent que Derinkuyu aurait été construite par les Perses et d’autres, par les Hittites.

En tout cas, l’un des premiers textes écrits sur cette ville souterraine remonte à l’an 370 avant notre ère. Il a été écrit par Xénophon d’Athènes qui déclara dans son Anabasis que ces habitations souterraines étaient suffisamment grandes pour contenir une famille, des animaux domestiques et des réserves de nourriture.

Justement, à son apogée, durant la période byzantine, Derinkuyu aurait couvert une superficie de 445 km2 et aurait été habitée par 20 000 habitants.

— Travel Turkey / Shutterstock.com

Comment ces habitants faisaient-ils pour vivre dans cette ville souterraine ?

En fait, une habitation classique dans Derinkuyu aurait été composée de chambres, d’une cuisine, d’une salle de bains et même d’un petit sanctuaire. La ville souterraine dispose d’aérations et de canaux d’eau pour assurer la ventilation et l’écoulement des eaux. Néanmoins, si ses habitants étaient bien à l’ombre durant les périodes de canicule, le manque de soleil a probablement été dur.

Plusieurs puits souterrains fournissaient les résidents en eau, aussi bien ceux de la ville souterraine que ceux en surface. D’ailleurs, l’approvisionnement en eau était contrôlé par les habitants de Derinkuyu, si bien que les envahisseurs ne pouvaient pas empoisonner leur eau.

En fait, malgré les incommodités, Derinkuyu assurait une sécurité renforcée à ses habitants. C’est ainsi que les premiers chrétiens ont pu s’y cacher durant la persécution des Romains. Et les Arabes musulmans ont également pu y trouver refuge pendant les guerres arabo-byzantines de 780 et 1180.

— Maria Studio / Shutterstock.com

Les galeries de Derinkuyu suffisaient à dissuader les envahisseurs

Dans les faits, lorsqu’un danger se profilait à l’horizon, les habitants se retiraient dans Derinkuyu. Puis, ils bloquaient les tunnels d’accès avec des portes rondes en pierre. Ensuite, ils restaient dans la ville souterraine, avec leurs provisions en bétail et en nourriture, jusqu’à ce que la menace disparaisse. En dernier recours, les habitants de ces galeries souterraines pouvaient toujours utiliser les voies d’évacuation cachées pour sortir.

De leur côté, les envahisseurs potentiels ne pouvaient que ramper à travers les longs tunnels traversant la ville. Et ce, un à la fois. Les tunnels reliaient plusieurs centaines d’abris ressemblant à des grottes. Certaines de ces grottes servaient soit d’abris soit d’espaces publics. En effet, la ville souterraine de Derinkuyu comprenait des églises, des marchés, des zones de réunion et même des écoles. Mais l’éclairage s’y faisait par des torches.

— LiskaM / Shutterstock.com

En tout cas, même si la ville souterraine de Derinkuyu est impressionnante, ce n’est pas la seule ville souterraine en Turquie, ni même la plus grande. En effet, la Cappadoce ne compte pas moins de 250 villes souterraines. Et en 2013, des archéologues ont découvert une nouvelle ville souterraine qui serait un tiers plus grande que Derinkuyu. Quoi qu’il en soit, si la ville souterraine de Derinkuyu vous intrigue au point de vouloir la visiter, c’est possible. La ville souterraine est effectivement ouverte au public mais, malheureusement, seulement 10 % de la ville est accessible.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de