Des scientifiques continuent de chercher un moyen de réduire la quantité astronomique de plastique non recyclable qui envahit la planète. Des chercheurs dans une université britannique ont pensé à une méthode particulière : faire fondre ce plastique pour produire de la chaleur.

Utiliser le plastique comme énergie sans produire des gaz à effet de serre

Une équipe de chercheurs à l’université de Chester a trouvé un moyen d’utiliser les déchets en plastique pour produire de l’hydrogène. Cela permettrait de chauffer habitations ou voitures sans produire de gaz à effet de serre. Si cette technique voit le jour, cela pourrait être une alternative écologique intéressante pour garder son foyer au chaud.

Le processus nécessite d’utiliser un four à verre, chauffé à 1000 degrés Celsius. A cette température, le plastique fusionne et donne un mélange de gaz, dont de l’hydrogène. Cette technologie sera commercialisée pour la première fois dans une usine près du port Ellesmere à Cheshire, à la fin de l’année. Peele Environmental, propriétaire de l’usine, explique que le projet permettrait d’empêcher plus de 25 millions de tonnes de plastiques, non recyclables, de finir dans les océans. De plus, l’hydrogène produit par la fusion de ces éléments permettraient de remplacer le gaz utilisé jusqu’à maintenant dans les fourneaux, radiateurs et chaudières. 

Josep Curto / Shutterstock.com

Un projet en demi-teinte

Si l’hydrogène qui résulte de la fusion des plastiques n’est pas un gaz à effet de serre, le processus de fusion (par le four à verre) produit tout de même ces gaz-là, notamment du méthane. Ainsi, même si la finalité semble écologique, le processus lui-même contribue à polluer l’environnement.

Pour compenser, le projet à Cheshire prévoit de piéger les gaz produits et les envoyer vers une centrale afin de produire de l’électricité. Cela ne serait pas plus polluant que les autres usines de production d’électricité au Royaume-Uni et permettrait d’éviter l’extraction de nombreux gaz supplémentaires dans le sol. 

Cette technique, combinée à l’utilisation d’hydrogène pour chauffer des lieux, pourrait être intéressante dans certaines régions, notamment dans l’Asie du Sud-Est. A l’heure actuelle, la production de gaz à effet de serre pour alimenter tous les circuits énergétiques de la région est élevée.

Une alternative intéressante mais peut-être pas suffisante

Comme nous l’avons expliqué, le processus de fusion des plastiques n’est pas très écologique. Mais c’est le cas de nombreuses “alternatives écolo” plébiscitées par le grand public. Par exemple, on pense souvent que numériser les courriers et livres grâce aux mails et liseuses permet de préserver du papier. Cela permettrait donc de protéger nos arbres. En réalité, un email envoyé pollue aussi, et une liseuse est produite à partir de nombreux métaux et plastiques

Concernant ce projet, le Comité pour le changement climatique au Royaume-Uni a été clair : il est essentiel que la fabrication d’hydrogène soit compatible avec les objectifs de développement durable

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de