― Andrey VP / Shutterstock.com

Selon le dernier rapport de l’Agence spatiale européenne sur l’environnement spatial, il y aurait plus de 25 000 objets dans l’espace (satellites, débris, fusées, etc.). Cette dernière prévoit donc de faire une opération nettoyage. Elle s’associera notamment à ClearSpace pour mettre en orbite une pince géante qui permettra d’enlever le premier débris spatial en orbite d’ici cinq ans.

Le contrat que l’ESA a signé avec la firme suisse ClearSpace s’élève à 86 millions d’euros. Il consiste uniquement à enlever le premier débris spatial en orbite dans le cadre de la mission « ClearSpace-1 ». En 2025, les deux signataires vont récupérer l’étage supérieur de la fusée Vega, qui a été lancée en 2013 et qui se trouve à 660 kilomètres d’altitude. Il est ensuite prévu que le débris soit désorbité pour qu’il brûle dans l’atmosphère. L’ESA précise que le vaisseau ClearSpace « rencontrera, capturera et ramènera une charge utile de la taille d’une Vespa ».

https://twitter.com/esa/status/1333794156544544774

Cette première mission s’inscrit dans le cadre du projet Active Debris Removal/In-Orbit Servicing (Adrios) du programme de Sécurité spatiale de l’ESA. Huit pays sont impliqués dans ce projet, à savoir la Suisse, le Royaume-Uni, la République tchèque, l’Allemagne, la Pologne, le Portugal, la Roumanie et la Suède. En outre, Microsoft donne également son soutien au projet. Cependant, ClearSpace devra encore trouver d’autres sponsors, car l’Agence spatiale européenne ne finance pas la totalité de la mission.

Dans son énoncé de mission, ClearSpace indique que le nettoyage de l’espace n’est plus optionnel. « L’élimination des débris spatiaux d’origine humaine est devenue nécessaire et il est de notre responsabilité de veiller à ce que les générations de demain puissent continuer à bénéficier des infrastructures et de l’exploration spatiales », a indiqué la start-up suisse.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de