Les animaux ont souvent été utilisés en temps de guerre, et certains sont même devenus de véritables héros ! Mais saviez-vous que, pendant la Première Guerre mondiale, un pigeon avait sauvé à lui tout seul 200 personnes ?

En octobre 1918, durant la bataille Meuse-Argonne, le major Charles White Whittlesey et son bataillon de 500 soldats américains sont encerclés par l’armée allemande. Pris en tenaille par l’ennemi, sans nourriture ni munitions, la situation des soldats est devenue désespérée. Le major a alors l’idée d’envoyer des pigeons pour demander de l’aide au quartier général de la division.

Les deux premiers pigeons sont rapidement abattus par les Allemands. Le 4 octobre, un troisième pigeon, appelé Cher Ami, est à nouveau envoyé. Lui aussi fait l’objet de tirs nourris depuis les lignes ennemies. Blessé en plusieurs endroits, le pigeon tombe au sol, mais réussit à reprendre son vol.

Bien que touché à la poitrine, à l’œil et à la patte, il parcourt vaillamment les 40 kilomètres qui le séparent du quartier général et délivre le message qui permettra de sauver les 200 soldats pris au piège.

Le pigeon deviendra alors le héros de la 77e division d’infanterie américaine. De retour aux États-Unis, Cher Ami sera décoré de la croix de guerre pour acte de bravoure. Il meurt en juin 1919 des suites de ses blessures. En 1931, il entre au Racing Pigeon Hall of Fame. Son corps empaillé est aujourd’hui conservé à la Smithsonian Institution à Washington DC.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
EPONINE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
EPONINE
Invité
EPONINE

Jolie histoire, il y a aussi celle de Vaillant, à la même époque… et dire que tellement de gens haïssent les pigeons, pourtant ce sont les amis des humains. Au lieu de les pourchasser, les municipalités devraient mettre en place des pigeonniers (cela se fait déjà à petite échelle), qui… Lire la suite »