Des étudiants ont repensé une brique dont la fabrication est à la fois écologique et bien moins nocive

L’Inde est un pays magnifique pourtant pollué par les activités industrielles qui pullulent aux quatre coins du pays et en partie par la fabrication de briques très nocives. De jeunes étudiants du MIT ont donc trouvé une alternative pour continuer à les fabriquer sans pour autant polluer le pays. En effet, ils ont conçu la brique Eco BLAC qui ne nécessite aucune cuisson et qui est faite à partir des déchets de chaudières (récupérés dans les usines à papier) et qui obstruent les sites et les terres. SooCurious vous en dit plus sur ce projet prometteur.

En Inde il existe plus de 2000 fours, disséminés dans tout le pays, desquels sortent chaque année 2 milliards de briques. Une industrie qui représente beaucoup pour chaque habitant travaillant dans ces entreprises. Il est donc inconcevable d’arrêter ou même de diminuer la production, même pour des raisons écologiques pourtant évidentes. En effet, la fabrication de ces briques est la cause de bon nombre de problèmes environnementaux.

fours-briques

Les fours utilisent d’énormes quantités de charbon et de diesel, et ce qui reste après fabrication est horrible : une matière épaisse de particules. De plus, les conditions de travail dans ces fours sont terribles. Les Indiens sont alors obligés d’inhaler des vapeurs toxiques, provenant de la fabrication, ce même air pollué qui finit par remplir l’atmosphère, et qui contribue, lui aussi, au changement climatique.

Au vu de ces problèmes, de jeunes étudiants diplômés du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont mis au point une alternative prometteuse. Ils ont pensé une toute nouvelle façon de créer une brique. Appelée Brique Eco BLAC, elle ne nécessite pas de cuisson et se sert des déchets comme les cendres provenant des chaudières des usines à papier. Michael Leracy explique qu’aujourd’hui les briques ont besoin d’être chauffées à 1000 °C. « Elles consomment une quantité énorme d’énergie avec le charbon. »

dechet-usine

brique-mit

De plus, il y a aussi le fait que ces briques sont faites entièrement avec la couche arable, de sorte qu’elles appauvrissent la quantité de terres cultivables que les Indiens ont. La Brique Eco BLAC est faite à 70 % avec les cendres de chaudières provenant des usines de papier, mélangées avec de l’hydroxyde de sodium, de la chaux, et une petite quantité d’argile. Le matériau durcit ensuite à température ambiante, s’inspirant de ​​ »la technologie alcali-activation ».

Il s’agit donc d’une vraie bonne nouvelle pour les personnes travaillant dans ces usines. Le matériau a pour l’instant été développé par le Centre de Design et Technologies de Tata du MIT et fait partie d’un projet plus vaste de logements à faible émission et à faible coût pour les bidonvilles du centre-ville de l’Inde. Michael Leracy, ingénieur sur le projet, explique que le projet est en partenariat avec une usine de papier à Muzaffarnagar, une ville au nord-est de New Delhi. Moins chère qu’une brique classique, l’invention doit encore faire ses preuves en termes de durabilité à long terme. Si tout se passe bien, l’équipe souhaite implanter son usine de nouvelles briques à l’intérieur même de la fabrique à papier, pour utiliser à leur source les déchets produits.

Voici, une vidéo réalisée par les équipes du MIT, et qui vous explique leur projet : 

dechet-usine-inde

dechet-usine

brique-final

Cette technologie est prometteuse tant sur le plan écologique et humain qu’alimentaire, car la production de briques prive aujourd’hui le pays de terres agricoles et les pollue même davantage. On espère que cette brique s’avérera efficace afin que le système de production soit pensé dans sa totalité, et facilite la vie des Indiens. A la rédaction, on tient à féliciter cette jeune équipe d’ingénieurs qui a eu une très bonne idée, et qui s’est dévouée à améliorer la vie de personnes à l’autre bout du monde. Seriez-vous prêt à vivre dans une maison construite avec ces briques ou faites-vous davantage confiance aux matériaux plus classiques ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux