— © James Dyson Awards

Un test de dépistage du cancer du sein à faire chez soi et une fenêtre collectant l’énergie solaire se sont distingués aux James Dyson Awards 2020, concours annuel invitant les étudiants et jeunes diplômés à développer des solutions innovantes pour résoudre les problématiques actuelles.

Simplifier le dépistage du cancer du sein

Bien que la mammographie constitue actuellement la méthode de référence pour détecter ce type de cancer, l’intervention peut se révéler douloureuse, ce qui pousse près de 40 % des femmes à l’éviter, et réduit les taux de survie en raison d’un diagnostic intervenant plus tardivement. Sans parler du fait que les mammographies présentent des taux relativement élevés de faux positifs et négatifs.

Première lauréate, Judit Giro Benet, de l’université de Barcelone, s’est distinguée avec la Blue Box, dispositif permettant de dépister facilement le cancer du sein depuis son domicile. L’appareil utilise six capteurs chimiques pour analyser des échantillons d’urine et détecter un ensemble particulier de biomarqueurs du cancer du sein. Les résultats sont ensuite scrutés par une intelligence artificielle s’appuyant sur le cloud, et le diagnostic, se révélant fiable à plus de 95 %, envoyé à l’application smartphone associée.

— © James Dyson Awards

« La Blue Box s’efforce de changer la façon dont la société lutte contre le cancer du sein et de donner à toutes les femmes du monde la possibilité d’éviter un diagnostic à un stade avancé, en simplifiant son dépistage », a détaillé Benet. « Ce prix nous permettra de faire breveter plus largement, d’accélérer la recherche et le développement et de garantir la viabilité de notre produit. »

Des matériaux écologiques qui génèrent de la lumière visible à partir du rayonnement UV

Le Philippin Carvey Ehren Maigue, de l’université de Mapua, a quant à lui été récompensé pour les matériaux AuREUS dans la catégorie « développement durable ». Fabriqués à partir de déchets agricoles et pouvant être fixés à une structure ou une surface préexistante, ceux-ci absorbent la lumière ultraviolette du soleil et la convertissent en électricité.

La technologie implique l’incorporation de particules luminescentes dans de la résine, de sorte que lorsque la lumière du soleil les frappe, elles absorbent les UV et produisent de la lumière visible. Celle-ci est ensuite dirigée vers les bords du panneau, où des cellules photovoltaïques ordinaires collectent l’énergie et la transforment en électricité. Selon son concepteur, le dispositif exploite une partie du spectre qui échappe aux cellules solaires conventionnelles et pourrait également réduire l’exposition à ce type de rayonnement nocif dans les villes.

« Je vois un grand potentiel dans la technologie de Carvey pour générer de l’énergie propre et renouvelable », a déclaré James Dyson. « La technologie AuREUS permet de conserver l’espace en utilisant des structures préexistantes, d’utiliser les ressources actuelles et les flux de déchets, et de soutenir les communautés agricoles locales. »

Les deux lauréats ont reçu chacun la somme de 35 000 €, qui les aidera à financer le développement de leurs technologies.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de