Halfpoint / Shutterstock.com

Ces nouvelles recherches suggèrent qu’un type de virus s’attaquant aux bactéries pourrait être exploité pour combattre les infections bactériennes secondaires chez les patients dont le système immunitaire a été affaibli par le coronavirus.

S’appuyer sur des « bactéries amies » pour combattre le Covid-19

Les patients touchés par le Covid-19 et dont le système immunitaire est affaibli présentent un risque beaucoup plus élevé de développer des complications potentiellement mortelles, avec environ 50 % des décès dus à la maladie causés par des infections secondaires (pneumonie bactérienne, septicémie…). Dans le cadre de ces nouveaux travaux présentés dans la revue Phage: Therapy, Applications and Research, une équipe de chercheurs britanniques estime que les virus connus sous le nom de bactériophages pourraient potentiellement permettre de maîtriser les infections bactériennes dangereuses.

Capables d’infecter et d’éliminer des agents pathogènes sans nuire aux cellules humaines ou aux bactéries bénéfiques, ceux-ci représenteraient une alternative plus sûre aux traitements antibiotiques, selon les auteurs de l’étude. Afin de traiter les infections bactériennes chez les patients touchés par le Covid-19, ces derniers envisagent deux stratégies.

La première implique que les bactériophages ciblent les infections bactériennes secondaires dans le système respiratoire des patients, réduisant ainsi la propagation des bactéries nocives, permettant au système immunitaire de se concentrer sur la production d’anticorps contre le SARS-CoV-2.

« En introduisant des bactériophages, il est possible de faire gagner un temps précieux au système immunitaire des patients et cela offre également une stratégie différente ou complémentaire aux thérapies antibiotiques standards », explique Marcin Wojewodzic, auteur principal de l’étude. « Si cette stratégie fonctionne, elle offrira un gain de temps essentiel pour permettre à un patient de produire ses propres anticorps spécifiques contre le virus du SARS-CoV-2 et réduire ainsi les dommages causés par une réaction immunologique excessive. »

— faboi / Shutterstock.com

Des stratégies prometteuses

En ce qui concerne la seconde stratégie, Wojewodzic estime que des bactériophages modifiés synthétiquement pourraient être utilisés pour mettre au point des anticorps contre le virus du SARS-CoV-2, pouvant être produits rapidement et à moindre coût sous forme de spray nasal ou oral.

« Cette pandémie nous a montré l’étendue des dommages que peuvent causer les virus. Toutefois, en utilisant des virus bénéfiques comme arme indirecte contre le virus du SARS-CoV-2 et d’autres agents pathogènes, nous pouvons exploiter cette puissance dans un but positif et l’utiliser pour sauver des vies. Si la nature peut nous tuer, elle peut également nous venir en aide », a déclaré le Dr Wojewodzic. « Il est clair qu’aucune intervention ne pourra à elle seule éliminer le Covid-19. Pour progresser, nous devons aborder le problème sous le plus grand nombre possible d’angles et de disciplines différentes. »

« D’une façon similaire au concept de ‘bactéries amies’, le fait d’exploiter les ‘virus amis’ ou ‘phages’ pourrait grandement nous aider à cibler et à éliminer les infections bactériennes secondaires engendrées par un système immunitaire affaibli suite à une attaque virale », souligne Martha R. J. Clokie, rédactrice en chef de la revue Phage. « Il s’agit non seulement d’une stratégie différente des thérapies antibiotiques standards mais, plus important encore, d’une approche vraiment prometteuse face au problème de l’antibiorésistance elle-même », commente de son côté Antal Martinecz, éminent chercheur de l’université arctique de Norvège.

Pour les auteurs de l’étude, la prochaine étape consistera à mettre en place des essais cliniques afin de tester les méthodes de traitement proposées.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de