Dimanche 3 mars, le ministre australien de l’immigration a annoncé que les personnes condamnées pour violences domestiques, sur femmes ou enfants, n’auront plus le droit d’accéder au pays.

 

Quelle est cette nouvelle loi ?

David Coleman, ministre australien de l’immigration, de la citoyenneté et des affaires multiculturelles, a annoncé dimanche dans un communiqué la mise en place d’une nouvelle loi. “Si vous avez été reconnus coupables d’un crime violent contre des femmes ou des enfants, vous n’êtes pas les bienvenus dans ce pays”, explique-t-il.

Ainsi, les personnes condamnées pour violences domestiques seront désormais interdites d’entrée en Australie. Celles qui y vivent déjà peuvent même en être expulsées. C’est donc officiel, “l’Australie ne tolère pas les auteurs de violences domestiques”. Les visas d’entrée dans le pays ne leur seront plus délivrés. Et le communiqué précise que cette loi concerne toutes les personnes reconnues coupables, quel que soit le lieu de l’infraction, ou la peine prononcée.

© Flickr / Diana Parkhouse

 

Un pas contre les violences faites aux femmes… mais aussi contre l’immigration

Cette nouvelle loi marque la considération des violences domestiques et conjugales comme des crimes graves. On estime aujourd’hui, que 70 % des femmes sont victimes de violences physiques ou sexuelles pendant leur vie, et elles les subissent le plus souvent par des individus qu’elles connaissent. L’Australie ne tolère donc plus ce fléau. Par le passé, Canberra avait d’ailleurs déjà refusé des visas à Chris Brown et Floyd Mayweather. Le premier, célèbre rappeur, avait été condamné en 2008 pour avoir battu sa compagne Rihanna. Quant au deuxième, star planétaire de boxe, il a également été condamné à plusieurs reprises pour violences conjugales.

Toutefois, il ne faut pas oublier que cette loi a aussi pour visée de réguler l’immigration. Elle a justement été annoncée par ce ministère, qui intensifie sa lutte contre les délinquants étrangers. Dans le communiqué, Coleman affirme développer le plus de moyens possibles pour “assurer la sécurité des australiens”.

« En annulant les visas des criminels, nous avons fait de l’Australie un endroit plus sûr », affirme-t-il, en soulignant que depuis 2013, son gouvernement a annulé 4 150 visas grâce au Migration Act. Les personnes concernées ne sont donc qu’étrangères, il n’est, en aucun cas, mention des délinquants australiens, pourtant eux aussi impliqués dans les violences domestiques.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de