Dans le Vercors, ces éco-citoyens veulent rendre aux animaux leur espace de nature sauvage

Convaincue que la libre évolution est le principal moyen de garantir un avenir à la vie sauvage, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) prévoit d’acquérir des centaines d’hectares de nature dans le Vercors. Un projet écolo d’envergure qui a besoin de tout notre soutien.

 

Un sanctuaire naturel dédié à la faune et à la flore du Vercors

Acquérir une zone de 500 hectares de nature sauvage dans le Vercors pour que les espèces emblématiques qu’elle abrite puissent y vivre en liberté totale, loin de toute activité humaine, voici l’ambitieux projet dans lequel s’est lancé l’ASPAS. Selon son site officiel : « Une Réserve de Vie Sauvage est un espace naturel dont la gestion est la non gestion, ou la libre naturalité. L’objectif est de reconstituer des îlots de nature intacte, des zones de quiétude pour la faune et de naturalité pour la végétation ».

Située en plein cœur du massif, la vaste zone naturelle convoitée par l’ASPAS abrite différentes espèces animales, notamment des cerfs, des loups, des aigles, des gypaètes, des vautours fauves et moines, des sangliers, des renards, des mustélidés, des libellules peu communes et toute une foule d’insectes devenus rares.

© Flickr

 

L’association a jusqu’à fin novembre pour récolter 2,2 millions d’euros

Pour ce faire, l’ASPAS, qui n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’elle a précédemment réussi à créer cinq réserves similaires, va devoir réunir l’importante somme de 2,2 millions d’euros d’ici fin novembre. Et bien que le nouveau projet d’envergure de cette association fondée en 1983 soit en grande partie financé par des mécènes, une campagne de financement participatif a été lancée sur la plateforme Helloasso afin de réunir la somme de 100 000 euros.

Il est également important de souligner que l’ASPAS a choisi depuis sa création de ne pas recevoir de fonds provenant de l’État. Un choix qui permet aujourd’hui à l’association d’œuvrer de façon indépendante et de ne rendre des comptes qu’à ses 10 000 adhérents et donateurs.

Pour en savoir plus sur ce projet écolo et le soutenir, rendez-vous sur cette page. L’association étant reconnue d’utilité publique et d’intérêt général, sachez également que vos éventuels dons seront déductibles des impôts.


Dans le monde, plus de 30 000 000 de filles en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisées.

— @UNICEF_france