Bien que des noms masculins soient généralement associés aux grandes œuvres d’art, plusieurs figures féminines se sont également démarquées. Elles sont souvent mises à l’écart des listes dans lesquelles sont répertoriés les peintres célèbres. Cela a notamment été le cas avec Artemisia Gentileschi. Et pourtant, c’était l’une des artistes peintres les plus accomplies du XVIIe siècle. Elle était une fervente adepte de l’égalité des genres et dénonçait toutes formes d’abus envers la gent féminine. Découvrez le portrait d’Artemisia Gentileschi, cette figure méconnue de l’art baroque.

Artemisia Gentileschi, une artiste féministe

Artemisia Gentileschi est née à Rome le 8 juillet 1593. Dès son plus jeune âge, Artemisia Gentileschi s’est immergée dans le monde de l’art car son père était un peintre éminent. Elle a malheureusement été éclipsée au profit de Caravaggio pour la période baroque. Ses chefs-d’œuvre ont été néanmoins reconnus au fil du temps.

Artemisia Gentileschi mettait généralement en relief la figure féminine. Elle était une fervente adepte de l’égalité des genres et dénonçait toutes formes d’abus envers la gent féminine. Les tableaux de Gentileschi reflétaient généralement son vécu. Elle fut la première femme à intégrer l’académie de dessin de Florence.

Ses oeuvres les plus marquantes

Difficile de choisir les meilleures oeuvres de Gentileschi, tant il y en a. On peut cependant citer Susanna et les Aînés (1610). Elle a peint cette œuvre d’art lorsqu’elle avait 17 ans. Le tableau représente une scène biblique dans laquelle une femme hébraïque mariée est harcelée par deux hommes.

A l’aide d’une palette de couleurs profonde et d’une utilisation habile de la lumière, Gentileschi présente de manière très réaliste l’anatomie féminine qui deviendra par la suite l’une des caractéristiques de son œuvre. Elle trouvait sa source d’inspiration dans la mythologie, la Bible et les contes allégoriques.

Susanna et les aînés

On peut également citer son tableau intitulé Lucretia (1625). La toile relate l’histoire de Lucretion (aussi connue comme Lucrèce), noble dame qui avait choisi de se suicider après avoir été violée par Sextus Tarquinius, fils de Tarquin le Superbe. Gentileschi dénonçait les effets du harcèlement sexuel que subissait la gent féminine. L’artiste a capturé le moment où Lucretia décide de se tuer, et non le suicide lui-même comme d’autres peintres l’avaient fait avec le même sujet.

Gentileschi met en relief la variation entre la lumière et l’obscurité. Les interprétations décrivent Lucretia comme « une héroïne forte » qui était convaincue de ses convictions.

Lucretia

Dans son tableau Autoportrait en tant qu’allégorie de la peinture, Gentileschi met en valeur sa personne au lieu de s’inspirer de la mythologie ou de la Bible. L’artiste dévoile ses vues féministes dans cette approche créative. Cette pièce est une peinture unique et le plus célèbre de ses autoportraits.

Autoportrait en tant qu’allégorie de la peinture

Le viol d’Artemisia Gentileschi

A l’âge de 17 ans, Artemisia Gentileschi a été violée par Agostino Tassi, un collègue de son père. Elle a transformé cette peine en source d’inspiration. Judith décapitant Holopherne était une forme de vengeance pour l’artiste. Le tableau relate une histoire de l’Ancien Testament où une veuve et sa servante décapitent un homme, et on peut ressentir l’impression de vengeance de l’artiste à travers la puissance de la décapitation.

En 1614, Gentileschi reproduit un deuxième exemplaire de Judith décapitant Holopherne. Elle maîtrise de mieux en mieux la palette de couleurs vives et les contrastes vifs entre la lumière et l’obscurité. Le tableau caractérisera ses œuvres postérieures.

Judith décapitant Holoferne

Dans le tableau, Judith et sa servante, Gentileschi capture le moment précédant l’assassinat d’Holopherne. L’oeuvre immortalise le moment où la meurtrière fait le guet tandis que son acolyte dépose la tête décapitée dans un sac. Comme pour son tableau précédent, Holopherne représente son violeur Tassi. Gentileschi a été largement félicitée pour son traitement de la lumière et de l’ombre. Elle excellait désormais dans son domaine : le mouvement baroque.

Judith et sa servante

Conclusion

Au travers de toutes ces oeuvres, Gentileschi démontre non seulement son talent pour représenter l’anatomie féminine, mais aussi que les drames qu’elle a traversés ont été une source d’inspiration lui permettant d’exceller dans la représentation de sujets tragiques. Dans un monde dominé par les hommes, l’artiste a su s’imposer et marquer l’Histoire avec ses représentations de thèmes bibliques ou de tragédies. Gentileschi est décédée vers 1656 à Naples.

Artemisia Gentileschi

Gentileschi était une véritable pionnière du mouvement baroque qui aimait peindre les femmes à travers des oeuvres poignantes. Et vous, quelle œuvre d’Artemisia Gentileschi vous a le plus marqué ?

Pour aller plus loin, voici 10 femmes artistes qui ont profondément marqué l’histoire de l’art.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments