Un record de chaleur des plus inquiétants a été enregistré en février en Antarctique : la barre des 20 degrés a été franchie pour la première fois. Un record encore jamais vu enregistré sur l’île Seymour, aussi connue sous le nom de Marambio.

Un inquiétant record de température 

Nous n’avons jamais vu une température aussi élevée en Antarctique”, s’inquiète Carlos Schaefer, chercheur brésilien ayant annoncé cet inquiétant record de chaleur de plus de 20,25 degrés. Ces données ont été enregistrées le 9 février dernier sur l’île Seymour, située sur la péninsule ouest-Antarctique. 

Cette île abrite une base scientifique argentine à l’origine de l’enregistrement de cette température record. Carlos Schaefer, également spécialiste des permafrosts, a expliqué que ces chiffres ont été récoltés dans le cadre de recherches réalisées sur vingt années et qui ont pour but d’étudier l’impact des changements climatiques sur les sols en permanence gelés. Selon Frida Bengtsson, spécialiste de l’environnement marin à Greenpeace, il s’agit de “records choquants mais malheureusement pas surprenants, car l’Antarctique se réchauffe avec le reste de notre planète”.

Image d’illustration — robert mcgillivray / Shutterstock.com

Janvier 2020 : le mois le plus chaud jamais enregistré dans le monde 

Néanmoins, “cette donnée n’est pas valable en tant que tendance d’un changement climatique. C’est juste un signe que quelque chose de différent se passe dans cette région”, ajoute Carlos Schaefer. “Nous ne pouvons pas utiliser cela pour anticiper des changements climatiques dans le futur. C’est une donnée à un moment précis”, explique-t-il également. 

Le 6 février dernier, une précédente température record avait été enregistrée : 18,3 degrés au sein de la base argentine Esperanza. Autre record plus ancien : 17,5 °C le 24 mars 2015, comme l’avait rapporté le Service de météorologie national argentin. Par ailleurs, l’année 2019 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée dans le monde. L’année 2020 démarre donc fort avec de telles températures inédites. Janvier 2020 est le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, juste devant l’année 2016, d’après le service européen Copernicus sur le changement climatique et l’Agence atmosphérique et océanique américaine (NOAA). Cette agence a d’ailleurs publié ses estimations le 13 février dernier : la température moyenne enregistrée à la surface de la Terre était de 1,14 °C plus élevée que la moyenne du XXe siècle, mais aussi la plus forte depuis le début des relevés datant de 1880. 

Les dangers de la déstabilisation de la calotte glaciaire australe 

Par ailleurs, deux nouvelles études ont tiré la sonnette d’alarme la semaine dernière au sujet des dangers d’une éventuelle déstabilisation de la calotte glaciaire australe. Les experts sur le climat de l’ONU avaient également annoncé que le niveau des mers et océans a déjà augmenté de 15 cm au cours du XXe siècle.

Des phénomènes qui présagent des conséquences inquiétantes pour l’avenir : d’ici 2050, plus d’un milliard de personnes vivront dans des zones côtières vulnérables aux inondations et autres menaces planétaires amplifiées par la montée du niveau de la mer et le réchauffement climatique. Si l’Antarctique venait à fondre, le niveau des eaux pourrait atteindre les 58 centimètres d’ici la fin du XXIe siècle, et ce, si les émissions de gaz à effet de serre restent identiques.

Image d’illustration Bernhard Staehli / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de