Le monde de l’édition n’a pas été épargné par la vague #MeToo et les affaires de violences et d’agressions sexistes. Après l’affaire Matzneff et suite au témoignage de Vanessa Springora, racontant la relation d’emprise qu’elle a subie avec l’écrivain, de plus en plus d’éditrices et d’autrices tentent de briser le silence en racontant leur témoignage et ce qu’elles ont pu subir en matière de sexisme, de harcèlement et de violences et agressions sexuelles. 

L’affaire Gabriel Matzneff

À la fin du mois de décembre 2019, l’affaire Gabriel Matzneff a mis au devant de la scène le monde de l’édition et littéraire en matière d’agressions sexuelles envers les éditrices et autrices. Après la publication de Le Consentement, ouvrage de Vanessa Springora, directrice des éditions Julliard, le silence sur les violences sexistes dans ce milieu commence progressivement à être brisé. 

Dans cet ouvrage, elle y décrit sa relation d’emprise avec l’écrivain, alors qu’elle avait seulement 14 ans et lui 50 ans, au milieu des années 1980. Elle explique également à quel point à cette époque elle admirait l’écrivain et le poids de cette histoire sur sa vie. “Le goût de Gabriel Matzneff pour les moins de 16 ans n’était pas un secret”, explique-t-elle notamment. La publication de ce livre réveille le débat entre ceux qui défendent l’écrivain, qui estiment que cette époque est révolue, et ceux qui défendent les femmes victimes de violences sexistes et sexuelles dans le monde de l’édition. 

Dans ses oeuvres, Gabriel Matzneff a décrit pendant longtemps ses pratiques pédophiles. Encore aujourd’hui chroniqueur du Point, Grabriel Matzneff n’a pourtant pas été condamné par la justice jusqu’à présent. Mais, “la littérature excuse-t-elle tout ?”. Vanessa Springora est la toute première femme à sortir de terre ces faits et à remettre en question la responsabilité du monde de la littérature et de l’édition. Avec ce témoignage, elle espère que les éditrices et autrices concernées l’aideront à briser le silence. Grâce à la publication de son ouvrage, elle met donc un coup de projecteur vers la notion de consentement sexuel chez les adolescents et rappelle que la pédophilie était valorisée dans le milieu littéraire, il y a encore quelques années. 

Gabriel Matzneff en 1983 — Florence Kirastinnicos / Wikimedia Commons

“Je ne pensais pas que ça pouvait m’arriver dans ce milieu intellectuel, je n’arrivais pas à y croire”

Cette affaire est particulière, mais elle révèle un climat dans le monde de l’édition et le milieu littéraire. Après le mouvement #MeToo, on a beaucoup parlé entre collègues et on a réalisé qu’on avait toutes été confrontées à des agressions sexistes ou sexuelles. On soulève une pierre et en dessous, ça grouille”, explique Caroline Laurent, directrice littéraire chez Stock. 

À travers des témoignages poignants répertoriés par France Info, certaines éditrices et autrices révèlent une frontière inexistante entre vie personnelle et vie professionnelle. Beaucoup d’entre elles se retrouvent malgré elles dans des situations intimes censées initialement être purement professionnelles. “C’est toujours hors cadre. Comme au cinéma ou au théâtre, il y a un rapport de séduction permanent. Cela est révélateur d’une zone trouble”, témoigne à nouveau Caroline Laurent qui ajoute avoir vécu une autre situation révélatrice de ce climat : “Lors d’une soirée dansante en marge d’un salon du livre en province, (j’ai senti) une masse dernière (moi), un corps masculin qui se frotte sur mes fesses. Je me retourne brutalement, choquée. L’homme que je reconnais pour être un juré de prix littéraire, me dit : ‘Désolé, mais c’est trop bon. Je ne peux pas m’en empêcher‘.”

Autre situation similaire vécue par la directrice littéraire de Stock : alors qu’elle est âgée de 27 ans, un écrivain de 72 ans lui propose de discuter de son nouveau manuscrit afin d’éventuellement le publier dans sa maison d’édition. Rapidement, voici ce qui sort de la bouche de l’écrivain : “Voudriez-vous que je vous lise la suite dans ma chambre, juste au-dessus ? Caroline, pensez-vous qu’il va se passer quelque chose d’intime entre nous ?”.Il ne m’a pas touchée, mais c’est lui qui m’a le plus salie”, s’indigne-t-elle. 

Choquées, ces femmes respectent pourtant énormément le milieu de l’édition et ceux qui les publient. Victimes de ces violences sexuelles et sexistes, elles sont déboussolées et désillusionnées.

Image d’illustration — fizkes / Shutterstock.com

“Si rien n’est sorti dans l’édition, c’est à cause du pouvoir de certains auteurs. Ils sont sacrés »

Autre victime, Anne-Charlotte Sangam, éditrice âgé de 37 ans, en avait d’ailleurs également subi les conséquences lorsque son “supérieur hiérarchique lui a mis la main aux fesses à la sortie d’une réunion”. “Je ne pensais pas que ça pouvait m’arriver dans ce milieu intellectuel, je n’arrivais pas à y croire.” Si elle avait passé ces gestes sous silence, elle décida d’intervenir lorsqu’un “grand intellectuel français reconnu et médiatique lui mit la langue dans l’oreille”. Elle ajouta ensuite : “C’était indispensable d’en parler, c’est lui qui ramenait l’argent à la maison d’édition, il était intouchable. » « Si rien n’est sorti dans l’édition, c’est à cause du pouvoir de certains auteurs. Ils sont sacrés. Il existe un sentiment d’impunité renforcé par la différence d’âge et un décalage générationnel”, estime une collègue de Anne-Charlotte Sangam. 

Même si le milieu de l’édition est davantage féminisé, il existe toujours une barrière en haut de la hiérarchie entre les femmes et les hommes relativement âgés. Des faits publiés en 2013 dans un rapport sénatorial. “Entre stagiaires, on se racontait des choses. Tel auteur faisait claquer les soutiens-gorge, tel éditeur invitait à dîner en faisant miroiter une embauche. On ne se rendait pas compte à quel point chacune était concernée”, explique également Anne-Charlotte Sangam. 

Entre carrière détruite et peur constante

Ces éditrices et autrices brisent aujourd’hui cette omerta considérant que la réputation de certains écrivains et supérieurs hiérarchiques masculins n’est plus à faire. Bien que leurs témoignages soient véridiques, la plupart de ces femmes ont souhaité demeurer anonymes. Toutes témoignent “d’une technique bien rodée, visant à créer une relation personnelle, avec la publication d’un manuscrit dans la balance. C’est la même logique qu’au cinéma, où un jeu de pouvoir se met en place”, explique une des autrices, écrivant des romans jeunesse et fantasy. Nous subissons des “regards appuyés au point de mettre mal à l’aise lors d’une réunion de travail. En partant, un bras qui s’attarde un peu trop sur le sien, presque comme une caresse”, témoigne à son tour une agente littéraire. 

Au niveau de ma carrière, ça m’a flinguée .(…) Après, on ne peut pas bosser”, s’indigne une autrice anonyme. Une autre écrivaine explique : “Il devait me publier et à partir du moment où il a compris qu’il ne m’aurait jamais dans son lit, les textes qu’il avait trouvés si beaux, c’était devenu de la merde. Il m’a fait une réputation épouvantable dans le milieu. Ça m’a fermé des portes, j’ai failli arrêter d’écrire”, ajoute l’autrice.

Dans le milieu de la bande dessinée, l’écrivaine Valérie Mangin fait également partie des femmes qui craignent de subir des violences sexistes et sexuelles. Elle est d’ailleurs membre du collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, qui a également créé Paye Ta Bulle en 2017, qui souhaite dénoncer “le sexisme ordinaire, les violences et le harcèlement” dont sont victimes certaines écrivaines. “Une autrice s’est plainte d’avoir été agressée par deux éditeurs. D’autres ont témoigné de gestes déplacés, mais elles ont eu peur de dire qui c’était. Cela a été très difficile pour elles de parler.” Elle suggère également qu’elles devraient en discuter auprès de leur maison d’édition. De peur d’être reconnues et face à la pression exercée par la hiérarchie, elles se renferment et ne parviennent pas à témoigner. “Le plus souvent, on subit un manque de respect dans les salons ou les festivals, avec de vieux auteurs libidineux qui viennent nous toucher la cuisse”, explique à son tour Audrey Alwett, autrice de fantasy et BD. 

Image d’illustration — Dragon Images / Shutterstock.com

Une forte précarité des écrivaines et éditrices

On est dans un milieu massivement féminin et pourtant, le silence est écrasant, parce qu’on a intégré les codes. Une question de survie, peut-être, dans un métier où la précarité des autrices est plus importante que celle de leurs homologues masculins”, s’indigne Caroline Laurent. “Dans le secteur de la bande dessinée, 67 % des autrices ont un revenu inférieur au smic annuel brut et 50 % d’entre elles perçoivent des revenus qui les placent en dessous du seuil de pauvreté, ce taux étant de 36 % pour les hommes”, selon le rapport Bruno Racine publié en janvier 2020 et reprenant les chiffres des états généraux de la BD publiés en 2016.

Dans le monde du livre, les femmes ont 21 % de revenus en moins que les hommes. Le rapport témoigne également de lacunes en matière de considération de la part des auteurs qui refusent majoritairement les négociations de contrats. “On m’a dit : ‘si tu n’acceptes pas ces conditions, il y en a d’autres qui attendent’. Lorsque j’ai tenté de négocier sur un contrat, on m’a répondu que j’étais une ‘diva‘”, explique une autrice de BD vivant sous le seuil de pauvreté et victime de harcèlement moral. “On est obligées d’accepter ce système. Quand on nous roule sur un contrat, on ne peut pas faire un procès à l’éditeur, sinon on se fait griller”, rapporte Fanny Ruelle, autrice et illustratrice. 

“Cela va cesser peu à peu, parce que des femmes arrivent à des postes de pouvoir”

Ces relations entre autrice et éditeur brisent donc les règles établies par le code de la propriété intellectuelle. “On n’est pas grand-chose légalement. On n’est pas intermittent, pas indépendant, pas salarié, pas entrepreneur”, constate Valérie Mangin. Audrey Alwett ajoute que “le rapport de subordination est plus difficile à prouver”. “Imaginons qu’un éditeur harcèle sexuellement une autrice, ce vide juridique peut la dissuader d’aller en justice. Surtout qu’elle restera liée à cet éditeur, car quand vous avez cédé vos droits sur votre livre, il est très difficile de les récupérer”, considère à son tour Samantha Bailly, vice-présidente de la Ligue des auteurs professionnels. 

Le harcèlement moral ou sexuel sont des infractions de droit commun, qui relèvent du code pénal. Les rapports de force et d’abus ne sont pas liés à la qualification juridique du contrat d’édition, mais plutôt au statut de la personne qui signe, si elle est jeune et/ou débutante, par exemple”, explique Laurent Merlet, avocat spécialiste en propriété intellectuelle. Il encourage également les victimes concernées à porter plainte. 

On est nombreuses à avoir été touchées dans ce milieu… En diffusant des témoignages et en se rendant compte de l’ampleur, on arrêtera de se sentir seules, et les autres oseront parler”, encourage à son tour Anne-Charlotte Sangam. De plus, le nombre croissant de femmes rentrant dans ce milieu laisse espérer des changements. “L’idée, c’est que tous les vieux machos du monde de l’édition vont partir. Cela va cesser peu à peu, parce que des femmes arrivent à des postes de pouvoir”, estime Martin Page, ayant dénoncé le harcèlement sexuel dans le monde littéraire dans son essai Manuel d’écriture et de survie. “La nouvelle génération travaille de manière plus horizontale et est soucieuse de communiquer”, conclut Caroline Laurent. 

Autre lueur d’espoir pour enfin faire reconnaître toutes ces victimes du monde de l’édition : dans le cadre de l’affaire Gabriel Matzneff, « un appel à témoins a été lancé ce mardi par le service de police qui sera missionné pour les investigations« , a annoncé le procureur de la République de Paris, alors que les faits dénoncés par l’écrivaine Vanessa Springora, ayant conduit à l’ouverture de cette enquête, sont prescrits.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de