13 838 personnes connectées

Une avancée vers un avenir plus propre : ces chercheurs ont réussi à convertir de l’eau et du CO2 en biocarburant

shutter-biocarburantUn enfant qui porte un masque pour respirer via Shutterstock

Dans un monde totalement motorisé, les sources de carburant sont un des enjeux majeurs de la planète. Si pour le moment, les hydrocarbures traditionnels sont privilégiés, tels que le gasoil, les chercheurs essaient de plus en plus de trouver des carburants nettement moins polluants et tout aussi efficaces. C’est dans cette optique qu’une équipe de scientifiques et d’ingénieurs de l’Université d’Arlington (Texas) ont trouvé comment convertir le CO2 et l’eau en carburant. SooCurious vous explique ce processus innovant.

Une équipe de l’Université d’Arlington (Texas) composée de scientifiques et d’ingénieurs a trouvé un moyen de convertir le dioxyde de carbone (CO2) et l’eau en un carburant utilisable par les conducteurs. L’idée ici est de trouver une alternative écologique aux carburants traditionnels, grandement responsables du réchauffement climatique. Là où leur processus est intéressant, c’est qu’il ne comporte qu’une seule étape et qu’il a un impact positif sur l’environnement, d’après leurs recherches. La production de ce carburant implique de la chaleur, de la lumière concentrée et une haute pression.

 

Le CO2 ou dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre qui peut servir à créer du carburant et de l’énergie :

visu-carbu-3Le dioxyde de carbone peut servir de carburant via Shutterstock

En confrontant du dioxyde de carbone et de l’eau à une forte lumière et à une chaleur intense, cela permet d’obtenir un carburant liquide d’hydrocarbone. Pour parvenir à ce résultat, l’équipe composée du professeur Frederick MacDonnell, de Mohamad Fakrum Islam, de Wilaiwan Chanmanee et de Brian Dennis a utilisé un réacteur photo-thermochimique qui chauffe à 180 ou 200 °C et qui applique une forte pression.

L’équipe affirme qu’ils sont les premiers à utiliser la lumière et la chaleur pour synthétiser des hydrocarbones liquides. La lumière concentrée dirige la réaction photochimique qui produit de l’énergie et de la chaleur. Ce principe permet d’obtenir une réaction chimique créant les hydrocarbones. La lumière provient du soleil et est captée par des miroirs paraboliques. De fait, ce processus est à la fois rapide et a de nombreux avantages.

visu-carbu-1Un homme qui fait le plein de carburant via Shutterstock

D’une part, cette technique est simple et peu onéreuse. Cela permet de limiter le réchauffement climatique, puisque le processus utilise le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère (un des gaz à effet de serre). Ce CO2 récupéré permet donc de créer du carburant. Le processus produit également de l’oxygène, comme résultat de la réaction chimique. De plus, cette technique a un avantage sur les batteries et les carburants combinant essence et hydrogène : le carburant créé ne nécessite pas de changer le système de distribution (il est compatible avec le système courant).

Si l’équipe a pu concevoir ce nouveau carburant, elle le doit en grande partie à des investissements venant de la « National Science Foundation » et de la fondation Robert A. Welch. Sur les quatre dernières années, MacDonnell et Dennis ont récolté plus de 2,6 millions de dollars pour leurs projets sur l’énergie. Les deux scientifiques travaillent d’ailleurs sur de nouveaux moyens de convertir du gaz naturel en carburant. Le carburant liquide créé sera bientôt commercialisé, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

visu-carbu-2Une station-service au bord d’une route via Shutterstock

C’est un fait, le réchauffement climatique est fortement lié à la pollution. Les gouvernements ont donc tout intérêt à donner leur chance à de nouveaux carburants plus écologiques, comme celui développé par l’Université d’Arlington. D’autres carburants naturels et écologiques existent aujourd’hui, comme cette algue capable de produire un carburant propre.

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

89 milliards de litres d’eau sont mis en bouteille et consommés chaque année dans le monde, soit 2822 litres chaque seconde !