12 477 personnes connectées

Des scientifiques viennent de détecter une atmosphère sur une exoplanète

La recherche de formes de vie extraterrestre est sans doute l’une des quêtes les plus exaltantes de l’univers. Des chercheurs viennent de découvrir une atmosphère autour de Gliese 1132b, une exoplanète de la taille de la Terre, faisant d’elle une candidate potentielle au développement de la vie.

 

La découverte d’une atmosphère autour de Gliese 1132b

Dans une étude publiée par The Astronomical Journal, une équipe de recherche dirigée par John Southworth de l’Université de Keele explique avoir détecté une atmosphère autour d’une exoplanète située dans la constellation Vela (Voiles). Gliese 1132b, surnommée GJ 1132b, orbite autour de la naine rouge Gliese 1132.

C’est en étudiant l’immersion de GJ 1132b dans la luminosité de Gliese 1132, alors que l’exoplanète passait devant son étoile, que les chercheurs sont parvenus à en savoir plus sur la composition et la taille de celle-ci. L’équipe fut très surprise de constater qu’en observant GJ 1132b dans un type particulier de lumière infrarouge, celle-ci apparaissait beaucoup plus grande, ce qui implique qu’elle soit dotée d’une atmosphère opaque à ces longueurs d’onde.

Aujourd’hui, la recherche de la vie dans l’univers passe avant tout par la présence d’une atmosphère et l’analyse de sa composition chimique ; en ce qui concerne la Terre, ce sont les grandes quantités d’oxygène qui font la différence. S’il est déjà incroyable qu’une exoplanète en orbite autour d’une naine rouge soit dotée d’une atmosphère, Southworth pense que GJ 1132b pourrait être recouverte d’eau, avec une atmosphère composée de vapeur chaude.

La présence d’une atmosphère et de l’eau étant les conditions premières au développement de la vie telle que nous la connaissons, GJ 1132b pourrait potentiellement accueillir des organismes vivants…

 

Une planète de la taille de la Terre

Jusqu’à présent, les seules exoplanètes à disposer d’une atmosphère dans l’état actuel de la recherche, étaient huit fois plus grosses que la Terre ou essentiellement composées de gaz comme Jupiter. Ce qui fait la particularité de GJ 1132b, c’est sa proximité, en terme de dimensions et de masse, avec la Terre. En effet, GJ 1132b a une masse et un rayon qui équivalent respectivement à 1,6 et 1,4 ceux de la Terre.

C’est la première fois que les chercheurs découvrent une atmosphère sur une exoplanète dotée d’une masse et d’un rayon si proches de la Terre. Cet ensemble de facteurs rendent GJ 1132b plutôt prometteuse pour la recherches de signes de vie.

 

Les limites à l’existence de la vie

Les chercheurs rappellent cependant qu’ils sont loin de disposer d’assez de renseignements pour affirmer que GJ 1132b pourrait abriter la vie. Malheureusement, la température en surface étant estimée à 370 C°, il est peu probable qu’on puisse y trouver des organismes vivants qui nous soient familiers.

Par ailleurs, ce ne serait pas la première fois que des planètes au sein desquels les scientifiques avaient placé leurs espoirs, se révèlent hostiles à la vie, c’est notamment le cas des planètes TRAPPIST-1 et de Proxima b.

Pourtant, aucune de ces planètes n’avait été si proche de la vie au point de posséder une atmosphère.

 

Un symbole d’espoir pour la recherche de la vie dans l’univers

Enfin, GJ 1132b étonne par sa capacité à résister à l’étoile autour de laquelle elle est en orbite. Si les naines rouges de faibles masses sont souvent entourées par des petites planètes de la taille de la Terre, elles génèrent aussi d’immenses éruptions solaires, ce qui conduit, d’après la littérature scientifique, à dissoudre l’atmosphère des planètes environnantes.

La découverte de Southworth et son équipe signifie donc que l’atmosphère de GJ 1132b a survécu à des milliards d’années de bombardement solaire, ce qui ouvre un nouveau champ de recherches. En effet, si GJ 1132b a résisté à son étoile, il devient possible d’imaginer que des milliers de planètes semblables soient dans le même cas, et disposent d’une atmosphère favorable à la vie.

Credit : NASA, Wikimedia Commons

 

Ces articles vont vous plaire

En 2015, 53% de la population française déclarait jouer aux jeux vidéo

— S.E.L.L.