© NIAID / Flickr

La flambée épidémique de Covid-19 commence à être de plus en plus importante partout dans le monde. Le responsable de ces nouvelles propagations rapides de la maladie est le sous-variant d’Omicron, le BA.2. Plus contagieux et potentiellement plus dangereux que le variant Omicron d’origine, voici ce que nous savons sur le sous-lignage BA.2.

Un sous-lignage qui reste très similaire à son prédécesseur

Alors que de nombreux pays – dont la France – ont déjà décidé d’alléger considérablement les mesures restrictives pour lutter contre la propagation du Covid-19, les flambées épidémiques ont repris dans de nombreuses régions du monde, notamment à cause du sous-variant d’Omicron, BA.2. C’est effectivement le cas en Inde, au Danemark et en Afrique du Sud, où le sous-variant est déjà la souche dominante du virus ; et il se propage également à grande vitesse en France et en Chine. Si ce sous-variant est déjà très répandu, peu de choses sont connues à son sujet.

Sous-lignage du variant Omicron, on ne sait pas avec exactitude quand le BA.2 est apparu. Mais il a été constaté que cette souche du virus est encore plus transmissible que son prédécesseur, le sous-variant BA.1. Une étude danoise a notamment montré que le BA.2 est 1,5 fois plus contagieux que le BA.1. Selon les scientifiques, cela pourrait s’expliquer par le fait qu’en plus des 30 mutations qu’il partage avec le BA.1, le sous-variant BA.2 présente 8 mutations qui lui sont propres. De plus, il semble avoir le même profil d’échappement immunitaire que son prédécesseur, qui est déjà hautement transmissible.

En ce qui concerne la gravité de la maladie provoquée par ce sous-variant, il n’y a jusqu’à présent aucune preuve qui indique qu’il y ait une différence notable avec son prédécesseur. Autrement dit – tout comme le variant Omicron BA.1 – le sous-lignage BA.2 provoque beaucoup moins de maladies graves, d’hospitalisations et de décès que le variant Delta. Quoi qu’il en soit, les experts enjoignent à la prudence, soulignant qu’il est encore trop tôt pour affirmer que ce sous-variant est vraiment inoffensif.

— Corona Borealis Studio / Shutterstock.com

Un variant certainement plus transmissible, mais pas plus inquiétant

En outre, il a également été constaté que ce nouveau sous-variant semble affecter beaucoup plus de jeunes, a rapporté Libération. Quoi qu’il en soit, les responsables sanitaires ne s’inquiètent pas outre mesure face à cette situation, dans la mesure où la majorité des individus plus âgés sont actuellement vaccinés. Cela indique également que les vaccins semblent efficaces pour éviter l’infection symptomatique face à ce sous-variant.

Une constatation qui a été confirmée par plusieurs recherches, dont une étude préliminaire au Qatar qui a montré que deux doses des vaccins de Pfizer et Moderna protègent efficacement contre les différentes versions du variant Omicron. S’il semble ainsi n’y avoir rien de particulièrement inquiétant en ce qui concerne le sous-lignage BA.2, les responsables sanitaires continuent d’encourager la population à être prudente et à se faire vacciner. Ainsi, si la crainte des experts ne concerne pas vraiment ce sous-lignage, ils craignent qu’une plus grande propagation de cette souche donne plus d’opportunités au virus de muter et d’engendrer des variants plus dangereux.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments