Tuurngait est un superbe court-métrage d’animation inspiré par la culture inuit. Il raconte l’histoire d’un petit garçon un peu trop rêveur qui se fait prendre au piège par un esprit errant apparu sous la forme d’un oiseau… DGS vous fait découvrir ce mini-film aux allures de conte immersif qui nous fait voyager dans un univers graphique et magique. 

Dans la culture inuit, les « Tuurngait » sont des esprits errants, parfois bienveillants et d’autres fois maléfiques, qui prennent une forme animale pour jouer des tours aux humains. C’est de cette idée que se sont inspirés Paul-Emile Boucher, Remy Dupont, Benjamin Flouw, Mickael Riciotti et Alexandre Toufaill (5 étudiants de l’école Supinfocom Arles) pour la réalisation de ce superbe projet qui aura nécessité 1 an de travail, 20 ordinateurs et plus d’1 mois de calculs. Leur envie de départ était de raconter un conte immersif, un voyage unique dans un univers magique. Ainsi, ils se sont intéressés tant au chamanisme qu’aux paysages gelés et à l’art inuit pour nous raconter l’histoire de ce petit garçon un peu trop rêveur, Nanuk, qui s’égare dans les légendes ancestrales en se laissant charmer par un tuurngait apparu sous la forme d’un oiseau .

 

Les décors de Tuurngait ont été inspirés majoritairement de lieux existant réellement au pôle Nord. Les réalisateurs confessent avoir été émerveillés par la beauté irréelle de cet endroit et ont voulu la retranscrire à l’image.


Les deux personnages principaux ont quant à eux été inspirés par le contraste violent existant entre l’opposition de la tradition et du modernisme dans la civilisation inuit contemporaine. En l’espace de quelques décennies, les motoneiges ont remplacé les chiens de traîneaux, les préfabriqués ont pris la place des igloos et les harpons ont été troqués contre des fusils… Natar, le père, est un sculpteur moderne et taciturne qui cherche son fils, naïf et rêveur. L’oiseau, Tuurngac, est quant à lui un esprit égaré et malveillant qui cherche à piéger l’enfant.

Dès le début de la production, les cinq étudiants ont choisi de réaliser le film en 3D stéréoscopie (avec des lunettes). Chaque image a ainsi du être générée deux fois : une pour chaque oeil. Le but étant pour eux de rendre ce voyage aussi immersif et captivant que possible. De ce fait, si vous possédez des lunettes et un écran adapté vous pouvez profiter pleinement de ce magnifique conte sur la version relief ajoutée sur youtube. Vous pourrez aussi retrouver sur le site officiel du film des détails sur les personnages et des vidéos détaillant les différentes étapes de la création du film.

En deux ans, le court-métrage a parcouru plus de 50 festivals et a obtenu 9 prix avant de faire sa sortie remarquée sur Internet. À la rédaction, nous avons été émerveillés par cet univers et certains auraient carrément aimé que Tuurngait devienne un long-métrage. Qu’avez-vous ressenti en plongeant dans ce conte inuit fait de glace et de magie ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de