Considérée comme la maladie infectieuse la plus meurtrière à l’échelle mondiale, avec plus d’1,6 million de décès chaque année, la tuberculose sévit également en France, plus particulièrement en région parisienne, où elle se révèle deux fois plus fréquente que sur le reste du territoire.

L’Île-de-France est la région la plus touchée par la tuberculose

Alors qu’on pensait la tuberculose en déclin, le nombre de cas constatés en France est en nette augmentation depuis 2015. La région la plus touchée par ce phénomène est l’Île-de-France, avec une hausse de près de 10 % des cas signalés observée par l’organisme Santé publique France entre 2015 et 2017, et une fréquence deux fois plus élevée que sur le reste de territoire. Se transmettant par voie aérienne, cette maladie infectieuse touche généralement les poumons et peut également se propager au cerveau. Elle se traite de nos jours avec une cure de différents antibiotiques administrés pendant six mois.

Dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire, Santé publique France indique que « les populations concernées par cette augmentation sont celles souffrant le plus de précarité et de promiscuité, notamment les personnes nées à l’étranger, en hébergement collectif ou sans domicile fixe et celles arrivées récemment en France ». En 2015, 1 758 cas de tuberculose ont été déclarés en Île-de-France. L’année suivante, ce sont 1 809 cas qui ont été enregistrés dans la région, contre 1 927 en 2017, ce qui représente une croissance de 9,6 % en l’espace de deux ans.

Des conditions de vie précaires à l’origine de cette recrudescence

Sur les huit départements que compte l’Île-de-France, la Seine-Saint-Denis est de loin le plus touché (avec un nombre de cas déclaré de 25 pour 100 000 en 2015 et 26,5 pour 100 000 en 2017), suivi par le Val-de-Marne (avec un taux en baisse, passé de 18,3 pour 100 000 à 15,8 pour 100 000 en l’espace de deux ans). Toujours selon le bulletin publié par Santé publique France, la plus forte augmentation concerne Paris, où le taux d’incidence est passé de 13,5 pour 100 000 en 2015 à 16,8 pour 100 000 en 2017, ce qui représente une augmentation de 23,4 %.

Les personnes les plus touchées sont les hommes, les jeunes âgés de 15 à 24 ans et les personnes nées à l’étranger arrivées sur le territoire français depuis moins de deux ans. Chez cette dernière catégorie, la proportion de cas de tuberculose constatés a connu une augmentation particulièrement importante ces dernières années, passant notamment de 23 % à 32 % entre 2015 et 2017. D’après les auteurs de ce rapport inquiétant, « ces observations incitent à poursuivre et renforcer l’adaptation du dépistage de ces populations à risque ».

COMMENTEZ
4

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
dany93PALOUPilou Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Pilou
Invité
Pilou

Vaccinons-les : au lieu de mourir quelques semaines après leur arrivée, ça fera un nouveau pool d’Alzheimer dans quelques années, quand presque tous les responsables politiques seront morts de leurs fastueuses vieillesses, complètement à la charge des contribuables français ( tant le pool que les vieillesses ). Ça coûterait moins… Lire la suite »

PALOU
Invité
PALOU

La tuberculose est une maladie immunodéficiente donc ces personnes ont clairement le sida d’après les critères établis par nos chers chercheurs.