Dans les films apocalyptiques, les tsunamis sont présentés comme des vagues géantes inondant des villes entières et capables de tout détruire sur leurs passages. La réalité n’est pas très éloignée de la fiction. En fait, les vagues d’un tsunami peuvent dépasser 30 mètres de hauteur, et les destructions dégâts qu’elles engendrent sont très importants. La question qui se pose est comment est provoquée cette catastrophe naturelle ? Et quels sont les moyens pour s’en protéger ?

Tsunami est un mot japonais qui signifie « vague portuaire ». Cette traduction littérale n’est cependant pas la définition exacte de ce qu’est un tsunami. Un terme plus précis serait en fait « vagues sismiques ». Un tsunami ou raz de marée, ou encore onde sismique en mer est plus précisément une série d’ondes dans une étendue d’eau, causée par le déplacement d’un grand volume d’eau, généralement dans un océan ou dans un grand lac. Les tremblements de terre, les éruptions volcaniques et autres explosions sous-marines, ainsi que toutes autres perturbations au-dessus ou au-dessous de l’eau peuvent générer un tsunami.

Contrairement aux vagues océaniques normales, créé par le vent ; ou les marées, qui sont générées par l’attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil, un tsunami est généré par le déplacement de l’eau. Les tsunamis sont donc certes des vagues, mais contrairement aux vagues de vent, elles ont une longueur d’onde beaucoup plus grande. Celle-ci dépasse souvent les cent kilomètres ; et c’est pourquoi les tsunamis sont si dangereux. De plus, les tsunamis ne sont jamais des ondes singulières, mais se présentent comme des séries d’ondes successives.

Pixabay / Cristiandel76

La formation d’un tsunami

La grande majorité des tsunamis se forment à la suite de séismes, en particulier les tsunamis tectoniques. Lorsqu’un tremblement de terre se produit, le sol sous l’eau monte ou descend abruptement et, à mesure que ce mouvement se produit, une grande masse d’eau bouge et commence à se déplacer dans toutes les directions. Cela peut également être causé par des glissements de terrain sous-marins ou des éruptions volcaniques, mais aussi par des détonations artificielles, des glissements de glaciers, et des impacts de météorites.

80% DES TSUNAMIS SURVIENNENT DANS LA CEINTURE DE FEU DE L’OCÉAN PACIFIQUE.

Ce déplacement de l’eau marque le début d’un tsunami. Ensuite, l’eau déplacée commence à se présenter comme des vagues. À ce stade, il y a une très faible amplitude, car les vagues sont situées en eaux profondes ; et les tsunamis en eau libre mesurent généralement moins de 0,5 mètre. Si la hauteur des vagues n’est pas impressionnante, il faut cependant se méfier de leur force. Les tsunamis traversent en fait la mer à une vitesse pouvant atteindre 900 kilomètres par heure, soit à peu près aussi vite qu’un avion à réaction. À ce rythme, ils peuvent traverser toute l’étendue de l’océan Pacifique en moins d’une journée.

Lorsque les vagues commencent à se diriger vers le rivage, le tsunami commence à devenir un véritable danger. Tout d’abord, l’eau devient de moins en moins profonde. En conséquence, la hauteur du tsunami commence à augmenter considérablement, et c’est la principale raison pour laquelle ils sont si dangereux. Les vagues peu profondes ont cependant une vitesse moins importante, mais il ne faut pas oublier de prendre en compte le fait qu’un tsunami ne s’arrête que quand toutes les vagues ont atterri.

HAWAÏ EST L’ÉTAT DES ÉTATS-UNIS LE PLUS FRAPPÉ PAR LES TSUNAMIS AVEC UNE ALERTE AU TSUNAMI AU MOINS UNE FOIS PAR AN.

Une fois que les vagues ont atterri, une grande partie de leur énergie est dissipée et renvoyée ; mais une partie est maintenue et les tsunamis continuent donc de voyager à l’intérieur des terres jusqu’à ce que toute leur énergie disparaisse. Donc, ne pas être à la plage lors d’un tsunami ne signifie pas être en sécurité. En fait, un tsunami assez important peut balayer une ville entière avec ses vagues, ou alors la plongée dans des trombes d’eau sous forme d’inondation. Dans de rares cas, les tsunamis peuvent également voyager dans les vallées fluviales, comme des marées rapides qui inondent les zones côtières.

Comment se protéger des tsunamis ?

La première chose à faire est de rester informé. Étant donné que la science ne peut prédire quand les tremblements de terre se produisent, il n’est pas possible de déterminer exactement quand un tsunami sera généré. Cependant, cela ne signifie pas qu’il n’y a rien à faire. À l’aide des archives historiques des tsunamis et des modèles numériques de leur taille et de leur vitesse, les scientifiques ont une assez bonne idée de l’endroit où les tsunamis vont probablement être générés. En fait, les organismes d’alerte au tsunami disposent d’un réseau d’équipements sismiques et de jauges de niveau de l’eau permettant d’identifier les tsunamis en mer ; ce qui leur donne une certaine longueur d’avance pour prévenir les habitants des zones côtières susceptibles d’être la victime de cette catastrophe.

Les ravages du tsunami qui a frappé le Japon en 2011 © U.S. Navy

SI VOUS ÊTES PRIS PAR UNE VAGUE DE TSUNAMI, IL VAUT MIEUX NE PAS NAGER, MAIS PLUTÔT ATTRAPER UN OBJET FLOTTANT ET LAISSER LE COURANT VOUS TRANSPORTER

Si vous êtes sur une zone côtière, ou sur une plage, juste avant que le tsunami ne se produise, vous pouvez éviter le pire en quittant rapidement les lieux. Pour se faire, il faut savoir qu’avant qu’un tsunami se produise sur une plage, on peut généralement observer une masse d’eau importante se retirer des rives. Ce retrait de l’eau de mer est un signe avant-coureur important d’un tsunami, et la première vague de la catastrophe atteint généralement la côte environ cinq minutes plus tard. Il ne faut pas non plus oublier qu’un tsunami est composé de plusieurs vagues. Cela signifie que si vous pouvez fuir après la première vague, il faut absolument le faire.

Le pire tsunami de l’Histoire moderne

Même si le Japon a le plus grand nombre de tsunamis jamais enregistré, le pire de l’histoire moderne est sans aucun doute celui qui a tué plus de 250 000 victimes en 2004, dans l’océan Indien. Ce tsunami a été généré par un tremblement de terre au beau milieu de l’océan Indien. En fait, le séisme était si puissant que l’énergie qu’il a libérée peut facilement être comparée à celle d’une explosion de 23 000 bombes atomiques de type Hiroshima. Cette tragédie a eu lieu le 26 décembre 2004, et a frappé 14 pays.

Les ravages d’un tsunami / Wikimedia

Avec un épicentre situé au large de la côte ouest du nord de Sumatra, le tsunami de l’océan Indien a parcouru près de 5 000 kilomètres jusqu’en en Afrique, où il est arrivé avec suffisamment de force pour tuer des gens et détruire des biens. Dans certains pays touchés par le tsunami, les vagues ont atteint environ 30 mètres de hauteur, mais la force du courant a également participé aux ravages engendrés par la catastrophe.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de