Un templier est un chevalier d’un ordre militaire et religieux appelé « les soldats pauvres du Christ et du temple de Salomon ». Ils avaient à l’origine pour tâche de protéger des pèlerins, des marchands et des voyageurs se rendant à Jérusalem, des raids et des bandits. Ils étaient connus pour leur humble vœu de pauvreté qui était unique pour un homme de la classe supérieure pouvant être chevalier. Ils étaient aussi connus pour être si pauvres qu’ils devaient se partager leurs chevaux.

Les Templiers, également appelés Chevaliers Templiers, font donc partie d’un ordre de chevalerie militaire et religieux établi à l’époque des croisades qui devint un modèle et une inspiration pour d’autres ordres militaires. Fondé à l’origine pour protéger les pèlerins chrétiens en Terre sainte, l’ordre assuma de plus grandes responsabilités militaires au cours du 12e siècle. Son importance et sa richesse croissantes ont cependant provoqué l’opposition d’opinions rivales.


LE SCEAU DES TEMPLIERS DÉSIGNAIT DEUX CHEVALIERS SUR UN CHEVAL. CELA REPRÉSENTAIT LA PAUVRETÉ DES PREMIERS MEMBRES DE L’ORDRE

Faussement accusé de blasphème et accusé des échecs des croisades en Terre sainte, l’ordre fut détruit par le roi Philippe IV de France. Cependant, bien que leur ordre ait été dissous il y a plus de 700 ans, les Templiers ont continué à avoir une influence conséquente sur le monde. Les terroristes et les cartels de la drogue les évoquent souvent. Le best-seller de Dan Brown, The Da Vinci Code, est en partie inspiré par l’une des légendes les plus célèbres des Templiers, à savoir qu’ils étaient les gardiens du Saint Graal.

Une représentation des Templiers à cheval © Wikipedia / Matthew Paris

L’histoire et les origines des Templiers

Après la prise de Jérusalem par les combattants chrétiens lors de la Première Croisade, des groupes de pèlerins de toute l’Europe occidentale ont commencé à se rendre en Terre sainte. Vers 1118, un chevalier français du nom de Hugues de Payens fonda un ordre militaire consacré à la protection de ces pèlerins, qu’il appela les Pauvres Chevaliers du Temple du Roi Salomon. En 1129, les Chevaliers ont reçu l’aval officiel de l’Église catholique par le pape Honorius II au concile de Troyes.


LE FAMEUX MANTEAU BLANC PORTE PAR LES TEMPLIERS ÉTAIT UN SIGNE DU VŒU DE CHASTETÉ PRONONCÉ PAR LES MEMBRES

Initialement, les Templiers ont été critiqués par certains chefs religieux. Mais en 1129, le groupe a donc reçu l’aval officiel de l’Église catholique, notamment grâce à l’appui de Bernard de Clairvaux, un abbé français de premier plan. Bernard a notamment écrit « Éloge de la nouvelle chevalerie », un texte qui soutient les templiers. En 1139, le pape Innocent II a même publié une bulle papale accordant des droits spéciaux aux Templiers. Parmi eux, les Templiers étaient exempts d’impôts, autorisés à construire leurs propres oratoires, et n’étaient soumis à l’autorité de personne, à l’exception de celles du pape.

Les Templiers étaient initialement considérés comme une branche des Cisterciens. En ce qui concerne la doctrine religieuse de l’Ordre, rien ne les empêchait de se battre, à condition que la cause soit juste ; les croisades et la défense de la Terre sainte étant leur principale tâche. La première bataille majeure impliquant des Chevaliers templiers était en 1147 ; une bataille les opposant contre les musulmans au cours de la Deuxième Croisade.

Une armure et des armes de Templier © Pxhere


CE SONT LES TEMPLIERS QUI ONT INVENTÉ LE CONCEPT DE LA BANQUE MODERNE

De nouvelles recrues et de généreux dons ont commencé à affluer de toute l’Europe. Reconnus pour leur code de conduite austère et leur style vestimentaire emblématique – habituellement des robes blanches arborant une croix rouge –, les Templiers ont créé de nouveaux chapitres dans l’Europe occidentale. Ils ont acquis la réputation d’être de féroces guerriers lors de leurs croisades, et ont mis en place un réseau de banques bénéficiant d’un pouvoir financier considérable.

La banque des Templiers

Des représentation de Templiers © Wikimedia

Considérés comme un lieu sûr par la population locale, les communautés ou couvents de templiers sont devenus des dépôts d’argent, de bijoux et de documents importants. La communauté disposait de ses propres réserves de trésorerie qui ont été utilisées à bon escient sous la forme de prêts générant des intérêts. Les Templiers ont même permis aux gens de déposer de l’argent dans un couvent et, s’ils pouvaient montrer une lettre convenable, transférer puis retirer de l’argent équivalent dans un autre couvent.

Dans un autre service bancaire précoce, les gens pourraient détenir ce qu’on appelle aujourd’hui un compte courant chez les Templiers, en versant des dépôts réguliers et en faisant en sorte que les Templiers versent, au nom du titulaire du compte, des sommes fixes à celui qui était nommé. Au 12e siècle de notre ère, les templiers étaient devenus des banquiers si compétents et dignes de confiance que même les rois de France et d’autres nobles confiaient leurs trésors à l’ordre.

Une épée de Templier © Wikimedia / Banerjeej

La dissolution et l’héritage des templiers

À la fin du 12e siècle, les armées musulmanes ont repris Jérusalem, inversant ainsi le cours des croisades, et forçant les Templiers à se déplacer plusieurs fois. La chute d’Acre en 1291 marqua la destruction du dernier refuge de croisé en Terre sainte. Le soutien européen aux campagnes militaires en Terre sainte a commencé à s’éroder au cours des décennies qui ont suivi. En outre, de nombreux dirigeants laïcs et religieux sont devenus de plus en plus critiques à l’égard de la richesse et du pouvoir des Templiers.


IL Y AVAIT AUSSI EU DES FEMMES MEMBRES DE L’ORDRE DES TEMPLIERS, NOTAMMENT DES RELIGIEUSES PARTICIPANT ACTIVEMENT AU CÔTÉ SPIRITUEL DE L’ORDRE.

En 1303, les Templiers ont totalement perdu leur emprise sur le monde musulman et se sont installés à Paris. Le vendredi 13 octobre 1307, des dizaines de templiers français furent cependant arrêtés. Ils ont été brutalement torturés jusqu’à ce qu’ils confessent de fausses accusations, notamment l’hérésie, l’homosexualité, la corruption financière, l’adoration du diable, la fraude, les crachats sur la croix, etc. Quelques années plus tard, des dizaines de templiers ont été brûlés sur le bûcher à Paris pour leurs confessions.

Sous la pression du roi Philippe, le pape Clément V a dissous à contrecœur l’ordre des Templiers en 1312. Les biens et les avoirs monétaires du groupe sont confiés à un ordre concurrent, les Knights Hospitallers. Cependant, on pense que le roi Philippe et le roi Édouard II d’Angleterre se sont emparés de la plus grande partie de la richesse des Templiers. D’après les historiens, il est fort probable que le roi Philippe IV ait décidé de supprimer l’ordre parce que les Templiers avaient refusé au souverain endetté des emprunts supplémentaires.

Des statures de Templiers dans un temple à Londres © Wikimedia / John Salmon

L’Eglise catholique moderne a reconnu que la persécution des Templiers était injustifiée. L’église prétend que des dirigeants laïcs ont fait pression sur le pape Clément pour détruire l’ordre. Bien que la plupart des historiens s’accordent pour dire que les Templiers ont été complètement dissous il y a 700 ans.

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
GuyRoger Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Roger
Invité
Roger

Que d’erreurs! Ainsi:
– Après la chute d’Acre, les Templiers ne se sont pas repliés à Paris mais en Chypre.
– Leurs biens n’ont pas été dévolus aux « Knights Hospitallers » mais à l’ordre de l’Hôpital.