― Pixavril / Shutterstock.com

Quatre mois après le lancement de StopCovid, l’application est loin de séduire les Français qui rechignent à la télécharger. À l’origine, l’appli devait prévenir les utilisateurs s’ils avaient été en contact avec des personnes positives au coronavirus. Les Français ont-ils eu peur du vol des données personnelles ? Découvrez le bilan de la direction générale de la Santé (DGS).

StopCovid ne séduit pas

Alors que l’application a été téléchargée 600 000 fois moins d’un jour après sa sortie, la vague est rapidement retombée. En effet, aujourd’hui StopCovid compte 2,3 millions de téléchargements fin août, dont 2,2 millions d’utilisateurs actifs. Ce qui équivaut à 3 % de la population. Par ailleurs, l’application a permis de transmettre à la plateforme 6 512 QR Codes de dépistage pour 434 notifications fin septembre.

Un échec retentissant que Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, explique par un manque de pédagogie. Interrogé sur France Culture le 6 septembre, il indique que « les gens n’ont pas tous bien compris à quoi ça sert ».

Manque de chance, le secrétaire d’État n’est pas soutenu par le gouvernement comme l’avoue Jean Castex le 24 septembre dernier. Le Premier ministre a déclaré sur France 2 qu’il n’avait pas installé l’appli : « Oui, je pousse les Français à le faire, mais je ne l’ai pas fait. » Des propos qui sont loin d’inciter la population à passer à l’action alors que le coronavirus fait son grand retour…

L’application est utile en cette période incertaine

Au vu de la situation actuelle, Simon Cauchemez, l’un des membres du conseil scientifique, appelle pourtant à la télécharger : « C’est pour ce type de situation que StopCovid a été pensé et développé », relate Le Monde. Il poursuit : « On est passé en quelques jours de 10 000 à 16 000 cas détectés dans la journée. Le traçage manuel devient très compliqué à gérer de façon opérationnelle. »

Du côté de l’Angleterre et du pays de Galles, un service similaire à StopCovid connaît un grand succès avec 12,4 millions de téléchargements en 4 jours. En Allemagne, la Corona-Warn-App dépasse les 20 millions d’utilisateurs après trois mois.

Pour rappel, si les Français rechignent autant à utiliser l’application, c’est parce que cette dernière collectait les identifiants de toutes les personnes croisées. Sans compter la mise en demeure de la part de la CNIL suite à des irrégularités. La procédure a été fermée le 4 septembre dernier. Contrairement aux autres pays, la France a choisi de développer son propre service au lieu d’utiliser les solutions de Google et d’Apple.

Comptez-vous utiliser cette application ?

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de