L’histoire de la Statue de la Liberté, un emblème des États-Unis… venu de France

L’histoire de la Statue de la Liberté, un emblème des États-Unis… venu de France

Les pays, quand ils s’entendent bien, se font des cadeaux entre eux. Le 4 juillet 1884, la France a notamment offert aux États-Unis un cadeau d’anniversaire incroyable : la Statue de la Liberté. Bien plus qu’une simple statue, la Statue de la Liberté, à l’image de la tour Eiffel est l’un des monuments les plus emblématiques des États-Unis. Située dans le port de New York, la statue a été fabriquée en France, et elle est particulièrement riche en culture et en histoire.

La Statue de la Liberté est un effort conjoint de la France et des États-Unis, destinée à commémorer l’amitié durable entre les peuples des deux pays. C’est le sculpteur français, Frédéric-Auguste Bartholdi, qui a créé la statue à partir de feuilles de cuivre martelé. De son côté, Alexandre-Gustave Eiffel, l’homme derrière la célèbre tour Eiffel, a conçu le cadre en acier de la statue. La Statue de la Liberté a ensuite été donnée aux États-Unis et érigée au sommet d’un socle de conception américaine, sur une petite île de la baie de New York.

Wikipedia / Nirmalya Naha

La baie est désormais connue sous le nom de Liberty Island, et a été dédiée au président Grover Cleveland en 1886. Au fil des années, la statue s’est dressée comme étant un emblème, non seulement new-yorkais, mais national. En 1986, la statue a subi une rénovation complète en l’honneur du centenaire de sa construction. Aujourd’hui, la Statue de la Liberté demeure un symbole durable de la liberté et de la démocratie, ainsi que l’un des monuments les plus célèbres au monde.

 

L’histoire du prestigieux cadeau de la France aux États-Unis

Wikipedia / Dudva

C’est le juriste et homme politique français, Eduardo Laboulaye, qui a eu l’idée que la France devrait offrir un cadeau aux États-Unis pour la commémoration du centenaire de l’indépendance américaine. Il voulait ainsi rappeler la longue amitié qui unissait les deux pays, ainsi que garantir l’alliance franco-américaine. Ayant discuté du projet avec Laboulaye, son ami, le jeune sculpteur alsacien Frédéric Auguste Bartholdi a décidé de réaliser le projet. En 1870, Bartholdi a sculpté la première esquisse en terre cuite et un modèle qui n’a finalement pas été retenu. Celui-ci est actuellement exposé au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

Le projet a dû faire face à de nombreux contretemps, dont la cession du territoire d’Alsace-Lorraine à l’Empire Allemand, et les tensions que cela a créées entre les États-Unis et la France. À cela s’était également ajouté un manque de financements causer par les nombreuses crises qui se sont succédées dans les deux pays, à l’époque. En raison de la nécessité de collecter des fonds pour la statue, la conception de la sculpture n’a finalement commencé qu’en 1875. Alors que les travaux sur la statue se poursuivaient en France, des efforts de collecte de fonds se poursuivaient aux États-Unis pour construire le piédestal.

LA STATUE DE LA LIBERTÉ MESURE 46 MÈTRES ET PÈSE 225 TONNES

C’est en 1885 que Bartholdi a achevé la statue, qui a alors été démontée, emballée dans plus de 200 caisses et expédiée à New York où elle arrive en juin à bord de la frégate française Isère. Au cours des quatre mois suivants, les ouvriers ont rassemblé la statue et l’ont montée sur le socle construit par les Américains. Sa hauteur atteignait alors les 93 mètres, le socle compris. Le 28 octobre 1886, le président Grover Cleveland a officiellement inauguré la Statue de la Liberté devant des milliers de spectateurs.

 

La symbolique de la fameuse statue

Comme nous le savons tous, la Statue de la Liberté, anciennement appelé Liberty Enlightening the World, représente une femme tenant une torche enflammée dans sa main droite levée, et une tablette portant la date d’adoption de la déclaration d’indépendance (le 4 juillet 1776) dans l’autre. La torche, qui mesure 8,8 mètres de la flamme au bas de la poignée, est accessible par une échelle de service de 12,8 mètres située à l’intérieur du bras. Si cette ascension n’est plus possible actuellement, cela a été le cas de 1886 à 1916. Un ascenseur amène les visiteurs sur le pont d’observation situé sur le piédestal, auquel on peut également accéder par un escalier, et un escalier en colimaçon mène à une plate-forme d’observation dans la couronne du personnage.

LORS SA RÉNOVATION EN 1986, LA NOUVELLE TORCHE A ÉTÉ RECOUVERTE DE FINES FEUILLES D’OR DE 24 CARATS

L’apparence de la Statue de la Liberté n’est certainement pas due au hasard, et beaucoup de symbolique et de philosophie se cache dans les traits du monument. En premier lieu, la couronne à sept pics symbolise les sept continents et les sept mers. La statue a 25 fenêtres dans la couronne qui représentent les pierres précieuses trouvées sur la terre et les rayons du ciel qui brillent sur le monde. Le diadème rappelle celui que portait Helios, la personnification du Soleil dans la mythologie grecque. En ce qui concerne la torche, le flambeau nous renvoie au siècle des Lumières. Dans son ensemble, et comme son nom l’indique, la statue est l’emblème absolu de la liberté.

Flickr / Nicolas Vollmer

La Statue de la Liberté est rapidement devenue une icône populaire, apparaissant dans de nombreuses publicités et images, ainsi que dans des films et des livres. Depuis 1984, elle est considérée comme un site du patrimoine mondial par l’UNESCO. Connue de tous, la Statue de la Liberté est l’un des plus célèbres monuments au monde. D’ailleurs, en 2017, la statue a accueilli un peu plus de 4,4 millions de visiteurs venus du monde entier.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux