Durant un an et demi, un Irlandais souhaitant se débarrasser d’un mal de dos récurrent s’est injecté sa propre semence. Chaque mois, il remplissait une seringue de son sperme avant de se l’administrer par voie intraveineuse et intramusculaire. Un cas d’automédication définitivement insolite.

 

Des injections de sperme pour guérir… un mal de dos

Les médecins d’un hôpital de Dublin ont découvert avec stupéfaction l’étrange routine adoptée par cet homme de 33 ans après qu’il a été admis dans l’établissement pour des douleurs dans le bas du dos, provoquées par le port de charges lourdes. Lors d’un banal examen, ceux-ci ont remarqué que le haut de son avant-bras droit était rouge et enflé et présentait des signes d’infection sous-cutanée importante. Les radiographies ont ensuite révélé la présence d’un abcès profond (voir tweet ci-dessous).

Le patient leur a alors confié qu’il souffrait d’un mal de dos chronique, et que l’abcès en question avait probablement été provoqué par des injections récentes de son propre sperme. Depuis un an et demi, ce dernier s’injectait chaque mois sa propre semence par voie intraveineuse et intramusculaire, et avait récemment augmenté les doses afin de venir à bout de ses douleurs. Malheureusement, ce traitement pour le moins insolite n’a semble-t-il pas apporté les résultats escomptés.

 

Ce cas d’automédication pour le moins douteux laisse les scientifiques perplexes

Décrite dans un article de l’Irish Medical Journal, l’étude de ce cas unique laisse les scientifiques perplexes. Selon ses auteurs : « Un examen complet de EMBASE, de PubMed, de Google scholar et d’Internet est en cours, en mettant l’accent sur l’injection intraveineuse de semence à des fins médicales et non médicales. Bien qu’il existe un rapport sur les effets de l’injection sous-cutanée chez le rat et le lapin [en 1945], aucun cas d’injection intraveineuse chez l’homme n’a été trouvé ».

Les bénéfices présumés du sperme pour la santé ont été largement débattus dans des articles scientifiques. Parfois injecté en petites quantités sous la peau afin de tester les réactions allergiques, il n’a jamais été considéré comme un potentiel traitement pour ce type d’affection, et encore moins pour des douleurs de dos. Et il est probable que les raisons ayant motivé un tel geste restent un mystère pour les médecins.

Alors qu’il recevait un traitement antimicrobien destiné à traiter l’infection cutanée provoquée par les injections récurrentes de sa propre semence, l’homme a quitté l’hôpital, prétextant que son dos allait mieux.

© Flickr / centro güel

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de