Le rayon de la mort de Nikola Tesla, l’arme surpuissante qui devait mettre fin à toutes les guerres

Le rayon de la mort de Nikola Tesla, l’arme surpuissante qui devait mettre fin à toutes les guerres

Scientifique de génie connu pour ses travaux révolutionnaires sur l’électricité, Nikola Tesla a déposé quelque 300 brevets et 125 inventions au cours de sa vie. Détestant l’idée de la guerre, il affirmait en 1934 avoir conçu une arme surpuissante capable de mettre fin à tous les conflits armés : son mystérieux rayon de la mort.

UN SCIENTIFIQUE BRILLANT

Né en Serbie en 1856, Tesla fréquente l’École Polytechnique de Graz, où il étudie les mathématiques, la physique et la mécanique avant d’émigrer aux États-Unis. Là-bas, il travaille quelques années pour Thomas Edison avant de se lancer à son compte en tant qu’inventeur.

Nikola Tesla (1856-1943)

Beaucoup des inventions mises au point par Tesla à cette époque se révèlent révolutionnaires : il se concentre notamment sur l’amélioration des systèmes de production d’énergie électrique et de transmission des courants électriques, et réalise également d’importantes innovations dans le domaine de la radio-transmission.

Maintenant, imaginez un faisceau d’énergie électrique capable de faire s’écraser des avions à des kilomètres de distance ou un mur d’énergie invisible protégeant un pays de l’invasion, agissant comme une clôture électrique qui vaporiserait les soldats ennemis à la seconde où ils tenteraient de la franchir.

Ces étranges concepts ne proviennent pas d’un hypothétique film de science-fiction, mais de l’esprit fertile de Nikola Tesla, brillant inventeur qui prétendait dès 1934 avoir mis au point son terrible « rayon de la mort ».

Photographie célèbre montrant l’inventeur serbo-américain dans son laboratoire de Colorado Springs vers 1899

Le plus grand rêve de Tesla reste de projeter un faisceau électrique d’une puissance illimitée directement dans l’air. Au cours de sa vie, il réussit à mettre au point un certain nombre d’appareils capables de transmettre de l’énergie électrique sans fil, mais le manque de financement auquel il fait face limite grandement ses recherches.

Pourtant, Tesla prétend en 1934 que ses travaux ont abouti et lui ont permis de créer une nouvelle invention incroyable : une arme à énergie dirigée utilisant un accélérateur de particules capable de tuer et de détruire à des kilomètres de distance.

Tesla nomme son invention révolutionnaire la Téléforce. Alors que beaucoup la connaissent désormais sous le nom de « rayon mortel Tesla », l’inventeur ne souhaite pas employer le terme de « rayon » pour la décrire, car cette dernière n’émet pas de rayons d’énergie qui finissent par se dissiper dans l’air. Selon le scientifique, son invention concentre l’énergie le long d’un tube étroit, ce qui la rend assez puissante pour abattre des avions et tuer instantanément des êtres humains.

UN RAYON ASSEZ PUISSANT POUR ABATTRE DES AVIONS ET VAPORISER INSTANTANÉMENT DES BATAILLONS DE SOLDATS

Comme il le prétend : « le canalisateur de l’arme peut envoyer des faisceaux concentrés de particules dans l’air libre, et cette puissante énergie peut faire tomber une flotte de 10 000 avions ennemis à une distance de 200 miles de la frontière d’un pays qui se défend, en les faisant s’écraser sur leurs pistes. ».

Le rêve secret de Tesla est de bâtir une « clôture énergétique nationale » qui détruira quiconque tentera de la traverser. Grâce à cette arme de dissuasion hors du commun, le scientifique espère mettre un terme aux conflits armés en protégeant les frontières des pays prêts à l’acquérir.

Malheureusement, Tesla se heurte à un problème de taille : aucun gouvernement ne semble intéressé par le financement du projet. Il tente désespérément de le vendre aux États-Unis et à l’Union soviétique, mais ces derniers refusent catégoriquement d’y prendre part. La mise au point de la révolutionnaire Téléforce semble alors plus que compromise.

Coup de théâtre en 1937. À l’occasion d’une conférence donnée à l’ambassade de Yougoslavie, Tesla annonce fièrement que son invention est non seulement possible, mais qu’il a déjà mis au point un prototype fonctionnel. Sûr de son fait, ce dernier promet même de la dévoiler dans les mois qui suivent.

Le scientifique n’aura cependant jamais l’occasion de le faire. Quelques semaines plus tard, il est violemment heurté par une voiture alors qu’il traverse la rue et cet accident le laisse lourdement handicapé. Il meurt finalement le 7 janvier 1943 à l’âge de 86 ans, dans la chambre de l’hôtel New Yorker qu’il occupait depuis des années.

Lorsque l’armée américaine apprend la mort de Nikola Tesla, elle envoie rapidement plusieurs de ses représentants sur place. Craignant que d’autres pays ne mettent la main sur les plans et les inventions inachevées du scientifique, ces derniers fouillent méticuleusement la chambre, en vain selon la version officielle.

LORSQUE L’ARMÉE AMÉRICAINE FOUILLE LA CHAMBRE DE TESLA, NULLE TRACE DU « RAYON MORTEL TESLA »

Il est possible, bien que très improbable, que le gouvernement américain ait secrètement mis la main sur le rayon mortel Tesla. Des dispositifs similaires ont été développés et expérimentés durant la Guerre froide, et ceux-ci auraient pu être basés sur les travaux réalisés préalablement par le scientifique. Cependant, même si l’homme avait effectivement mis au point un tel dispositif au cours de sa vie, peu de raisons pourraient expliquer pourquoi ce dernier n’a jamais souhaité la présenter au public.

L’explication la plus évidente reste que Tesla n’a tout simplement jamais construit un tel appareil. Souffrant de divers troubles mentaux durant la majeure partie de sa vie, l’homme prétendait également quelques années avant sa mort avoir mis au point d’autres inventions improbables, comme une machine fonctionnant grâce au rayonnement cosmique. Nikola Tesla était définitivement un scientifique brillant, mais son terrible rayon de la mort n’existait probablement que dans les méandres de son esprit.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux