L’assassinat de Raspoutine, le tristement célèbre « moine fou » de Russie, va constituer le premier évènement d’un grand récit historique mêlant faits historiques et légendes. Mais la mort de ce saint homme et guérisseur controversé a été un élément brûlant sur la situation déjà tendue de la Russie prérévolutionnaire. Raspoutine a été tué le 30 décembre 1916 (17 décembre dans le calendrier russe en vigueur à l’époque), dans le sous-sol du palais de la Moïka, la résidence de Saint-Pétersbourg du prince Félix Ioussoupov, l’homme le plus riche de Russie et l’époux de la nièce unique du tsar, Irina… Son corps meurtri a été découvert dans la rivière Neva quelques jours plus tard.

Mais alors, comment l’assassinat de Raspoutine s’inscrit dans le contexte plus large de la révolution russe ?

L’ascension irrésistible de Raspoutine

Au cours de la décennie précédente, Raspoutine gravit rapidement les échelons de la société russe, commençant par être un obscur paysan sibérien pour devenir un homme saint errant, avant d’incarner l’une des figures les plus importantes du cercle intime du tsar.

Raspoutine naît en 1869 dans le village de Pokrovskoye, sur la rivière Tura qui coule vers l’est des montagnes de l’Oural, là où l’Europe rencontre l’Asie en Sibérie. Il semble destiné à une vie ordinaire, malgré quelques conflits dans sa jeunesse avec les autorités locales pour comportement indiscipliné. Il épouse une femme de sa région, Praskovya Dubrovina, et devient le père de trois enfants survivants, Maria, Dmitri et Varvara. Il travaille dans la ferme familiale.

La vie de Raspoutine change en 1892, lorsqu’il passe plusieurs mois dans un monastère, ce qui le met sur la voie de la renommée internationale. Malgré son surnom ultérieur, « le moine fou », Raspoutine n’a jamais reçu les ordres sacrés. Les hommes dans la position de Raspoutine renoncent généralement à leur vie passée et à leurs relations, mais ce dernier continue à voir sa famille – ses filles vivront plus tard avec lui à Saint-Pétersbourg – et à soutenir financièrement sa femme.

Sa ferveur religieuse, associée à un charisme personnel séduisant, attire l’attention de certains ecclésiastiques orthodoxes russes, puis de membres éminents de la famille impériale, qui le présentent alors à Nicolas II et à son épouse, Alexandra.

Nicolas écrit à l’un de ses ministres en octobre 1906 : « Il y a quelques jours, j’ai reçu un paysan du district de Tobolsk, Grigori Raspoutine, qui m’a apporté une icône de Saint-Simon Verkhoturie. Il a fait une impression remarquablement forte tant sur Sa Majesté que sur moi-même, de sorte qu’au lieu de cinq minutes, notre conversation s’est prolongée pendant plus d’une heure. »

Raspoutine et ses admiratrices

Une place privilégiée auprès du couple impérial russe

Le couple impérial avait déjà consulté des conseillers spirituels non conventionnels dans le passé, mais Raspoutine réussit à lire leurs espoirs intérieurs et à leur dire ce qu’ils veulent entendre. Il encourage Nicolas à avoir plus confiance dans son rôle de tsar et Alexandra trouve que ses conseils apaisent ses angoisses. Au moment de la Première Guerre mondiale, Raspoutine fournit également des conseils politiques tout en faisant des recommandations pour les nominations ministérielles, au grand dam de l’élite russe.

Raspoutine parvient à consolider sa relation avec le tsar et la tsarine pour avoir – prétendument – aidé à soulager l’hémophilie de leur fils unique, Alexei. Les soi-disant pouvoirs de guérison de Raspoutine font encore l’objet de débats aujourd’hui. La sœur du tsar, la grande-duchesse Olga, a écrit qu’elle avait vu Raspoutine guérir Alexei en s’agenouillant au pied de son lit et en priant ; l’atmosphère apaisante qu’il créait dans le palais a peut-être contribué à son rétablissement. La dame de compagnie d’Alexandra, la baronne Sophie Buxhoeveden, pense que Raspoutine a utilisé la médecine populaire utilisée dans les villages sibériens pour traiter les hémorragies internes des chevaux.

Raspoutine avec le major-général Mikhaïl Poutiatine et le colonel Dmitri Loman

Derrière l’image du saint homme, un personnage ambivalent

Raspoutine se présentait à la cour impériale comme un saint homme, bien qu’il ne soit pas officiellement affilié à l’Église orthodoxe russe, et ne parle qu’en tant que représentant autoproclamé de la paysannerie.

Cependant, son comportement à l’extérieur de la cour dresse un portrait différent de Raspoutine. Son ivrognerie et ses liaisons avec des femmes de toutes origines sociales, des prostituées des rues aux dames de la société, scandalisent le public. Raspoutine semble se reposer sur ses lauriers, montrant des chemises brodées pour lui par l’impératrice et invitant ses amis et ses serviteurs dans sa maison de Pokrovskoye.

La presse, libérée grâce aux droits qui lui ont été accordés par Nicolas II en 1905, répand alors des histoires très sombres sur Raspoutine, tant en Russie qu’à l’étranger. Des rumeurs de son influence sur le régime tsariste se répandent dans toute l’Europe. Les pétitionnaires, croyant que Raspoutine vit avec la famille impériale, postent leurs demandes à « Raspoutine, palais du tsar, Saint-Pétersbourg ».

Caricature de N. Ivanov montrant le couple impérial sous la coupe d’un Raspoutine diabolisé

L’assassinat de Raspoutine avait pour but de rétablir le feu prestige de l’Empire russe

Au fur et à mesure que l’influence de Raspoutine grandit, sa popularité décroit. Les soldats sur le front de l’Est de la Première Guerre mondiale parlent même d’une liaison intime absolument scandaleuse entre Raspoutine et Alexandra. À mesure que la guerre avance, les histoires farfelues se répandent sur la supposée trahison de Raspoutine avec l’ennemi allemand, y compris une histoire fantaisiste selon laquelle il aurait cherché à saper l’effort de guerre en déclenchant une épidémie de choléra à Saint-Pétersbourg avec des « pommes empoisonnées importées du Canada ». Ce que le public croit savoir de Raspoutine a un impact plus important que ses opinions et ses activités réelles, alimentant les demandes visant à le retirer de sa position d’influence par tous les moyens nécessaires.

L’assassin de Raspoutine surgit alors. Pour Félix Ioussoupov et ses co-conspirateurs, l’élimination de Raspoutine doit donner à Nicolas II une dernière chance de restaurer la réputation et le prestige de la monarchie. Sans Raspoutine, le tsar serait plus ouvert aux conseils de sa famille élargie, de la noblesse et de la Douma et moins dépendant d’Alexandra. On espère qu’il reviendra du quartier général militaire et qu’il gouvernera à nouveau depuis Saint-Pétersbourg.

Le récit le plus connu du meurtre de Raspoutine est celui que Ioussoupov a écrit dans ses mémoires, publiées en 1928. Ioussoupov prétend avoir invité Raspoutine dans son palais pour rencontrer sa femme Irina (qui était en fait absente à ce moment-là) et lui avoir servi un plateau de gâteaux et de nombreux verres de vin additionnés de cyanure de potassium. Au grand étonnement de Ioussoupov, Raspoutine ne semble pas avoir été affecté par le poison. Désespéré, Ioussoupov emprunta le revolver du grand-duc Dmitri, le cousin du tsar, et tira plusieurs fois sur Raspoutine, mais ne parvint pas à le tuer. Selon les mémoires, « ce diable qui mourait de poison, qui avait une balle dans le cœur, devait être ressuscité des morts par les puissances du mal. Il y avait quelque chose d’effroyable et de monstrueux dans son refus diabolique de mourir. » Il y avait, dit-on, de l’eau dans ses poumons lorsque ses restes ont été découverts, ce qui indique qu’il était finalement mort par noyade.

Le véritable meurtre de Raspoutine a probablement été beaucoup moins dramatique. Sa fille Maria, qui a fui la Russie après la Révolution et est devenue dompteuse de lions de cirque, présentée comme « la fille du célèbre moine fou dont les exploits en Russie ont étonné le monde », a écrit son propre livre en 1929, dans lequel elle condamne les actions de Ioussoupov et met en doute la véracité de son récit. Elle a écrit que son père n’aimait pas les sucreries et n’aurait jamais mangé un plateau de gâteaux. Les rapports d’autopsie ne mentionnent ni poison ni noyade, mais concluent qu’il a été tué d’une balle dans la tête à bout portant. Il semblerait que Ioussoupov ait transformé le meurtre en une lutte épique du bien contre le mal pour vendre des livres et renforcer sa propre réputation.

Photographie du cadavre de Raspoutine

Au grand dam de Ioussoupov et de ses co-conspirateurs, le meurtre de Raspoutine n’a pas entraîné de changement radical dans la politique de Nicolas et d’Alexandra. Pour les Bolcheviks naissants, Raspoutine symbolisait la corruption au cœur de la cour impériale, et son meurtre était considéré, assez justement, comme une tentative de la noblesse de se maintenir au pouvoir aux dépens du prolétariat. Pour eux, Raspoutine représentait les problèmes plus larges du tsarisme. Au lendemain de la Révolution russe, le chef du gouvernement provisoire Alexandre Kerenski alla jusqu’à dire : « Sans Raspoutine, il n’y aurait pas eu Lénine. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments