La pollution sonore : un danger invisible qui menace tous les êtres vivants de la planète

La pollution sonore : un danger invisible qui menace tous les êtres vivants de la planète

Il est presque impossible de trouver une paix et une tranquillité complète. Même si vous vivez dans la campagne, loin des routes aériennes, de la circulation et des travaux de construction, votre maison est probablement remplie du bourdonnement des ordinateurs et autres appareils modernes. De tels sons ne sont pas seulement gênants. Il y a de plus en plus de preuves que les bruits environnementaux, avec une exposition à long terme au-dessus d’un certain niveau, peuvent avoir une influence négative sur la santé des humains et des animaux. Ces effets peuvent être physiques, mentaux et même éventuellement perturber l’apprentissage chez les enfants.

LA POLLUTION SONORE, LA POLLUTION INVISIBLE CRÉÉE PAR L’HUMAIN, ET POURTANT NUISIBLE A L’HUMAIN.

La pollution sonore est le mot que les scientifiques donnent aux sons qui peuvent nuire aux personnes et aux créatures qui les entendent. On peut généralement voir la pollution sur la terre, dans l’air ou dans l’eau. Mais la pollution sonore est invisible. Il est certes impossible de la voir, mais elle est toujours préjudiciable à ceux qui se trouvent sur son chemin. Le fait est que les sons sont partout autour de nous.

Vous vous réveillez au son d’un réveil. Le téléphone sonne. Votre chien aboie. La capacité d’entendre des sons est certainement un grand cadeau. Et si tous les sons ne sont pas agréables, ils sont nécessaires. Les sons aident les gens à faire fonctionner dans le monde. Malheureusement, ces sons atteignent parfois un volume dangereux pour les personnes et les animaux. C’est quand les sons deviennent trop bruyants ou durent trop longtemps qu’ils deviennent une pollution sonore.

Les différents types de pollution sonore

D’une manière générale, les bruits sont classés en trois grandes catégories, à savoir : les bruits industriels, les bruits de transports, et les bruits de voisinage. Comme son nom l’indique, les bruits industriels sont des sons de haute intensité causés par des machines de l’industrie. Le bruit des machines telles que les scies mécaniques et les perceuses pneumatiques sont vraiment insupportables et constituent une nuisance pour le public. En ce qui concerne les bruits de transport, ils sont principalement constitués par le bruit de la circulation routière, ferroviaire et aérienne.

Le nombre de véhicules motorisés circulant sur les routes a énormément augmenté ces dernières années, aggravant encore le problème de pollution sonore causé par les transports. Il est à savoir que la pollution sonore dans la plupart des zones résidentielles des villes métropolitaines est localisée autour de la frontière en raison de l’augmentation de la pollution sonore véhiculaire. Enfin, les bruits de voisinage proviennent des perturbations sonores émises par des gadgets ménagers et autres bruitages du quotidien. Les sources communes de ce type de pollution sonore étant les instruments de musique, la télévision, les radios, les transistors, les téléphones, les haut-parleurs, etc. Statistiquement, depuis la révolution industrielle, le bruit dans l’environnement a doublé tous les dix ans.

Les effets de la pollution sonore sur les animaux et les plantes

La pollution sonore est l’un des nombreux facteurs qui contribuent à l’extinction des espèces. De nombreuses études ont mis en évidence les diverses façons dont les animaux sont affectés par cette pollution. L’un des problèmes le plus souvent observés est la perte auditive résultant de niveaux de bruit de 85 décibels ou plus. Une autre conséquence des plus néfastes de la pollution sonore sur les animaux se manifeste par une perte de la capacité d’entendre les signaux environnementaux importants, ainsi que les signaux émis par les autres animaux.

Il y a également de nombreux effets néfastes qui se présentent directement sous forme de maladies affectant non seulement le système auditif, mais aussi le système digestif, le système immunitaire et le système nerveux qui se manifestent, par exemple, par l’augmentation du rythme cardiaque et de la respiration. Outre les impacts physiques de la pollution sonore sur les animaux, il y a également les effets comportementaux. Cela varie énormément entre les espèces et les caractéristiques du bruit, mais les phénomènes les plus souvent observés sont l’abandon du territoire et la cessation de la reproduction.

LA POLLUTION SONORE, UN DANGER POUR TOUTE FORME DE VIE SUR TERRE.

Selon un article publié sur Futura Science, la pollution sonore affecte autant les animaux que les plantes. Bien que les plantes n’aient pas de système auditif, elles peuvent donc également être affectées par les bruits. Et bien que cela n’affecte qu’indirectement les flores, l’impact est bien réel. L’explication étant que de nombreuses plantes dépendent des oiseaux et d’autres animaux et insectes pour transporter le pollen d’une fleur à l’autre ou pour disperser leurs graines. Or, comme cité précédemment, les animaux sont particulièrement sensibles à la pollution sonore ; et les études ont montré que cela perturbait également leur capacité à pleinement accomplir leurs services écologiques.

Quels effets sur l’Homme ?

La pollution sonore est un problème grave qui peut avoir de graves conséquences sur la santé. Les bruits peuvent affecter le corps humain principalement de trois manières différentes : physiques, physiologiques et psychologiques. Les effets physiques de la pollution sonore sont des effets directs sur la santé d’une personne, comme une perte auditive ou des acouphènes. La plupart des experts conviennent qu’une exposition persistante à des sons de plus de 85 décibels est potentiellement dangereuse. En ce qui concerne les effets physiologiques de la pollution sonore, ce sont les effets indirects sur la santé, comme une tension artérielle élevée ou le stress. La recherche a montré que les travailleurs industriels exposés régulièrement à des niveaux de bruit élevés présentent des cas plus élevés de nausées, de maux de tête, de changements d’humeur et d’anxiété.

LA POLLUTION SONORE, UNE NUISANCE AFFECTANT PRINCIPALEMENT LES ENFANTS, LES PERSONNES ÂGÉES ET LES PERSONNES SOUFFRANT DE DÉPRESSION.

Les effets psychologiques de la pollution sonore sont des distractions et des inconvénients qui peuvent être tout aussi perturbateurs que les effets physiques et physiologiques sur la productivité. Des relations ont été découvertes entre le bruit et les effets psychologiques tels que la gêne, les troubles psychiatriques et les effets sur le bien-être psychosocial. L’exposition à des niveaux de bruit intenses peut entraîner des changements de personnalité et des réactions violentes. Les enfants, les personnes âgées et ceux souffrant de dépression sous-jacente sont particulièrement vulnérables à ces effets, car ils peuvent manquer de mécanismes d’adaptation adéquats.

Mais le fait est qu’il est possible de réduire les effets négatifs de la pollution sonore. Le meilleur moyen d’y arriver est d’agir directement à la source du problème. S’il est certes impossible ou improbable d’intervenir par rapport aux bruits d’origine naturelle, industrielle et provenant des transports, il est à la portée de tous de limiter la pollution sonore issue du voisinage. Pour cela, il suffit d’adopter des habitudes simples comme le fait d’éteindre la télévision lorsqu’on ne la regarde pas. Pour parer les bruits sur lesquels nous n’avons pas de maîtrise, il est également possible de trouver des solutions en optant par exemple pour la mise en place de meilleurs isolants sonores pour nos fenêtres.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux