Une usine du groupe Lactalis pollue l’Isère en toute impunité depuis des années

La filiale iséroise du groupe Lactalis, premier producteur de produits laitiers en France, déverserait ses eaux usées dans le fleuve en toute impunité. Les habitants des environs dénoncent pourtant ces faits depuis de nombreuses années.

Une pollution équivalente à celle d’une ville de 10.000 habitants

La multinationale Lactalis avait racheté l’usine de l’Étoile du Vercors, située dans la commune iséroise de Saint-Just-de-Claix, en 2011. Cette dernière étant notamment réputée pour sa production de Saint-Marcelin et de Saint-Félicien. Mais depuis plusieurs années, les habitants et la mairie tapent du poing sur la table, en l’accusant de déverser ses eaux usées en toute impunité dans le fleuve.

La pollution engendrée par le rejet des eaux usées et des produits de nettoyage et de désinfection depuis maintenant une quinzaine d’années serait équivalente à celle d’une ville de 10.000 habitants. Et si un accord avait été signé entre les dirigeants de l’usine et la ville, située à proximité du parc régional du Vercors, afin qu’une station d’épuration soit construite à proximité du site et financée par ces derniers, celle-ci l’a finalement été aux frais de la commune.

Lactalis multiplie les recours administratifs pour retarder l’échéance

Pour l’heure, Lactalis se refuse toujours à raccorder l’Étoile du Vercors au réseau public d’assainissement des eaux usées, qui s’arrête pourtant aux portes de l’usine. Pourtant mis en demeure par l’État, le groupe accumule les recours administratifs pour obtenir le droit de bâtir sa propre station d’épuration autonome en zone agricole, accusant même la mairie de tout faire pour l’en empêcher.

Le maire de Saint-Just-de-Claix espère quant à lui que sa petite commune ne souffrira pas des terribles conséquences environnementales engendrées par cette pollution, le groupe Lactalis ayant déjà été cité pour le débordement de l’une de ses stations d’épuration en Bretagne, qui avait entrainé une importante pollution au lactose, mortelle pour les poissons évoluant dans la rivière voisine de la Seiche.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux