S’appuyant sur plusieurs études scientifiques, une pétition visant à adopter des mesures immédiates pour sauver les abeilles a recueilli 1,75 million de signatures un peu plus tôt cette année en Allemagne. Selon les chercheurs, ce type de mobilisation citoyenne massive pourrait être la clef pour préserver les espèces d’insectes menacées.

La pétition « Sauvons les abeilles » a récolté 1,75 million de signatures

Lancée début 2019 par les écologistes, la pétition « Sauvons les abeilles », qui vise principalement à stopper la perte et la fragmentation de leur habitat en produisant des aliments sans pesticide et en adoptant rapidement différentes mesures afin de limiter l’impact du changement climatique, a été massivement soutenue par les citoyens allemands. Selon plusieurs entomologistes, la multiplication de ce type d’actions s’appuyant des données scientifiques pourrait contribuer à enrayer le déclin des espèces d’insectes les plus menacées.

Pour Yves Basset, du Smithsonian Tropical Research Institute : « Il faut une législation spécifique pour préserver l’incroyable diversité d’insectes dans le monde et les services essentiels qu’ils nous rendent en stoppant la destruction des habitats naturels, en limitant la construction de routes dans les parcs et les réserves, et en nous passant de pesticides. » Et si l’on en croit l’article paru dans Entomology Today, les programmes visant à sauver les insectes qui fonctionnent ont un objectif clair et un simple et ciblent un public stratégiquement choisi.

« La protection de l’environnement dépendra de la capacité des gens à se mobiliser »

En mettant en avant abeilles, papillons et autres insectes familiers, il est plus facile de mobiliser les citoyens et de faire pression sur les gouvernements afin qu’ils adoptent des lois visant également à protéger l’habitat d’espèces moins connues, mais tout aussi essentielles, et à financer des recherches permettant d’identifier plus précisément les insectes à préserver en priorité en fonction du rôle qu’ils occupent au sein de leur écosystème. Notamment dans les zones tropicales où les données jusqu’à présent récoltées s’avèrent bien insuffisantes.

Comme l’a précisé Yves Basset : « Nous avons besoin d’informations beaucoup plus précises mais cela coûte cher. Actuellement, nous regroupons les insectes selon leur fonction principale : pollinisateurs, décomposeurs ou prédateurs d’autres espèces d’insectes, afin de déterminer comment chaque groupe se porte dans une région spécifique du monde. L’adoption de mesures durables pour la protection de l’environnement dépendra de la capacité des gens à se mobiliser afin de créer des lois s’appuyant sur les études scientifiques. »

Si la lutte pour sauver les insectes vous paraît dérisoire, il n’en est donc rien : la préservation de la biodiversité animale est vitale pour la protection globale de l’environnement. Les insectes pollinisateurs font parti d’une chaîne globale, d’un équilibre qui doit être préservé. Et cet équilibre repose sur vos épaules : sans votre participation active à la cause environnementale, la planète ne survivra pas…

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de