Ce jour où l’armée italienne a parachuté des moutons en Éthiopie

Ce jour où l’armée italienne a parachuté des moutons en Éthiopie

En matière d’innovation et d’invention, les périodes de guerre ont apporté de nombreuses avancées technologiques, des avancées qui, parfois, pouvaient surprendre. À l’image du ravitaillement de la seconde guerre Italo-Ethiopienne : pour nourrir ses unités, l’armée italienne leur a fait parvenir des moutons en parachute.

EN 1935, LES ITALIENS ET LES ÉTHIOPIENS ENTRETENAIENT DE TRÈS MAUVAISES RELATIONS

Des moutons livrés par parachute : si l’information peut faire sourire, le contexte dans lequel elle se place est, lui, des plus graves. Nous sommes en 1935, et depuis le début du siècle, l’Ethiopie et l’Italie (ainsi que ses pays conquis) connaissent de grands bouleversements politiques et économiques. Bien qu’étant tous les deux membres de la Société des Nations (une organisation internationale visant, entre autres, à la résolution des conflits par la négociation), ils entretiennent des relations compliquées : l’Italie fasciste, qui aspire à retrouver sa gloire passée, souhaite mettre la main sur les ressources éthiopiennes avec Benito Mussolini à la tête de ce mouvement colonial.

Après des mois de tensions et de provocations, la guerre éclate et le conflit armé prend place dans la Corne de l’Afrique. Durant les combats, un grand nombre de soldats italiens sont chargés de traverser l’impitoyable désert de Danakil, sur plus de 193 kilomètres. Ce lieu, que National Geographic a qualifié de « The Cruelest Place on Earth », soit « l’endroit le plus cruel de la Terre », est l’un des points les plus chauds et arides de la planète.

italie-soldats

Il va sans dire que pour les soldats, il était vital d’avancer le plus rapidement possible vers leur destination, mais le chemin s’annonçait difficile : la fatigue, la soif, les risques de déshydratation ou encore les coups de chaleurs dus aux températures élevées risquaient de venir à bout des bataillons avant même qu’ils ne rencontrent l’ennemi. Il fut donc décidé que les soldats voyageraient léger, soulagés de l’habituel équipement nécessaire à l’armée. De plus, de nombreuses avancées avaient été réalisées en matière d’approvisionnement et l’une d’entre elles correspondait parfaitement à la situation : la colonne d’approvisionnement volante.

ws-danakil

LES SOLDATS ITALIENS ONT DÛ TRAVERSER L’UN DES ENDROITS LES PLUS ARIDES AU MONDE

Alors que les soldats avançaient dans le désert de Danakil, un contingent de 25 avions se relayait pour aider l’armée à tenir jusqu’à sa rencontre avec l’ennemi. Différents points de rencontre avaient été communiqués aux troupes au sol. À chaque ravitaillement, ces derniers y découvraient du matériel de cuisson pouvant être jeté ou laissé sur place après utilisation : de l’eau, de la nourriture des munitions et enfin, des moutons vivants.

airdropped-sheep

Pourquoi l’armée a-t-elle préféré livrer des moutons vivants à ses soldats plutôt que des rations préparées et emballées ? Les raisons qui l’ont poussée à agir de la sorte sont assez floues mais différents récits corroborent le fait que les soldats auraient refusé de se charger de nourriture préparée à l’avance. De plus, de la viande fraîche ne serait pas restée comestible longtemps sous le soleil de Danakil.

C’est donc une pluie de mouton à laquelle les militaires italiens assistaient lors des passages des avions. Les hommes étaient alors chargés de tuer les animaux et de les cuisiner. Ces activités, bien qu’étranges en temps de guerre, auraient été encouragées par les hauts gradés pour maintenir le moral des troupes : en leur fournissant une telle nourriture, ils s’assuraient des troupes en forme pour le combat. Enfin, une telle organisation a pu permettre de tester l’efficacité des parachutes expérimentaux sur des sujets en vie alors que ces technologies venaient à peine de voir le jour.

CETTE MANŒUVRE A PERMIS À L’ARMÉE DE PARCOURIR N’IMPORTE QUEL TERRAIN

Au total et une fois la marche des soldats terminée, on aura comptabilisé l’envoi de près de soixante-douze moutons et deux taureaux dans le désert de Danakil. Bien évidemment, les parachutages qui y ont eu lieu n’étaient pas les premières manœuvres du genre : durant le XVe siècle, c’est Léonard de Vinci qui dessina les esquisses du parachute et de nombreux inventeurs auront testé et développé l’outil durant les siècles suivants. Là où l’armée aura fait preuve d’innovation, c’est en trouvant comment l’utiliser au mieux pour subvenir aux besoins de ses troupes.

Si l’idée d’une colonne volante larguant des moutons à parachute peut sembler quelque peu surprenante aujourd’hui, elle fut très bien accueillie par les soldats de l’époque puisqu’une telle manœuvre permettait à l’armée de parcourir n’importe quel terrain. Il n’était alors plus nécessaire de mettre en place, protéger et maintenir des lignes de ravitaillement au sol ralentissant et mettant en danger l’ensemble des troupes.

© Wikipédia / Rolf Cosar
© Wikipédia / Rolf Cosar

La colonne d’approvisionnement volante était aussi vivante et a largement influencé l’évolution de cette guerre. Il y a fort à parier que sans elle, de nombreux soldats italiens seraient morts dans le désert avant même de rencontrer l’armée ennemie. Bien évidemment, un grand nombre d’hommes sont décédés durant le conflit, la méthode à servi à soutenir l’armée fasciste de Mussolini et à renforcer son pouvoir. Si le but de cette manœuvre est largement condamnable, l’inventivité de l’armée elle, peut être saluée.

 

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux