La momification : lumière sur un rite funéraire ancestral

La momification : lumière sur un rite funéraire ancestral

Les anciens Égyptiens croyaient en la vie après la mort. En ce sens, la momification devait aider quelqu’un à atteindre l’au-delà. Le peuple égyptien pensait en effet que pour avoir une vie après la mort, la personne décédée devait reprendre possession de son corps. Ils croyaient que le seul moyen de le faire était de faire en sorte que le corps soit reconnaissable. Pour cela, ils ont trouvé une solution qui semblait alors adéquate : la momification.

La momification est le processus de préservation et d’embaumement d’un cadavre dans la conviction que celui-ci serait nécessaire dans la vie après la mort. À l’aide d’un procédé spécial, les anciens Égyptiens retiraient toute l’humidité du corps, ne laissant qu’une forme séchée qui ne se décomposerait pas facilement. Le processus de momification nécessite d’inhiber la croissance microbienne et la déshydratation. Le processus de création d’une momie était compliqué et coûteux, et était entouré d’une foule de cérémonies et de rituels.

Flickr / Paul Hudson

 

D’où vient la pratique de la momification ?

La tradition et l’histoire de la momification ont commencé avec les mythes et légendes des dieux égyptiens antiques. Les rituels et leurs symboles étaient en grande partie dérivés du culte d’Osiris qui était déjà devenu un dieu populaire. Osiris et sa sœur épouse, Isis, furent les premiers dirigeants mythiques d’Égypte. Ils ont gouverné un royaume de paix et de tranquillité, enseignant aux gens les arts de l’agriculture et de la civilisation et accordant aux hommes et aux femmes des droits égaux pour vivre ensemble dans l’équilibre et l’harmonie.

LES ÉGYPTIENS ONT ÉGALEMENT APPLIQUÉ LEUR TECHNIQUE DE MOMIFICATION AUX ANIMAUX DE COMPAGNIE

Selon l’histoire mythique, Osiris a été assassiné par Seth, son frère qui était jaloux de sa gloire et son succès. Après avoir tué son frère, Seth l’a dépecé et a éparpillé ses membres afin que personne ne le retrouve en entier. Mais Isis a rassemblé toutes les pièces et a finalement ramené à la vie son bien-aimé, mais pour un jour seulement. C’est à cette occasion qu’Isis et Osiris ont conçu leur fils Horus, dont le destin a été de venger son père. Lorsqu’Osiris mourut pour la seconde fois pour devenir le souverain du monde souterrain, son corps a été embaumé par Anubis qui a donc fait d’Osiris la première momie.

Wikipedia / Alyssa Bivins

Ce mythe est devenu tellement populaire qu’il a imprégné toute la culture égyptienne en assimilant les anciens dieux à la croyance de l’existence de la vie après la mort et la possibilité de la résurrection des morts. Les méthodes égyptiennes de momification avaient varié avec le temps et en fonction du statut social du défunt. Au début, seuls les pharaons étaient momifiés, mais cela a ensuite été étendu à d’autres Égyptiens assez riches pour payer le processus. Finalement, même les paysans ont été momifiés.

 

Comment se passe la momification ?

Après la mort, un corps commence naturellement à se décomposer. Afin d’empêcher un corps de se décomposer, il est nécessaire de priver les tissus d’humidité et d’oxygène. Les premiers Égyptiens ont enterré leurs morts dans des fosses peu profondes dans le désert. Le sable chaud et sec a rapidement éliminé l’humidité des cadavres et a créé des momies naturelles. Cependant, les Égyptiens ont découvert que si le corps était par la suite placé dans un cercueil, il ne serait pas préservé. Afin de garantir la préservation du corps, ils ont alors commencé à utiliser un processus appelé momification.

Wikipedia / Alensha

LA MOMIFICATION PEUT ÊTRE NON INTENTIONNELLE, ET ENGENDRÉE PAR DES CONDITIONS NATURELLES

Le processus de momification prend environ 70 jours. Si l’on ne parle que de la partie technique, sans les rituels et les cérémonies qui accompagnent la momification proprement dite, les étapes sont les suivantes. D’abord, il faut laver le corps. Ensuite, une coupure est faite sur le côté gauche de l’abdomen et les organes internes (intestins, foie, poumons et estomac) sont enlevés. Le cœur, que les anciens Égyptiens considéraient comme le centre de l’émotion et de l’intelligence, est laissé dans le corps pour être utilisé dans la vie à venir.

Un instrument à crochet est ensuite utilisé pour retirer le cerveau par le nez et le jeter par la suite, puisque le cerveau n’était pas considéré comme important. Le corps et les organes internes sont ensuite emballés avec du sel de natron pendant quarante jours pour éliminer toute humidité. Les organes séchés sont enveloppés dans du lin et placés dans des pots canopes. Le corps est de nouveau nettoyé et la peau, une fois parfaitement séchée, est frottée avec une huile spéciale.

Wikimedia

Le corps était après rempli avec des sciures de bois et de chiffons, et les coupes ouvertes scellées avec de la cire. Le corps était aussi enveloppé dans des bandages en lin. Environ 20 couches sont utilisées et cela prend entre 15 à 20 jours. Une fois tout cela terminé, le corps bandé est placé dans un linceul et est ensuite placé dans un sarcophage. Les embaumeurs égyptiens étaient très discrets sur l’art et le processus de momification, et n’ont laissé aucun document ou récit se rapportant à leurs mystères et à leurs rituels. Par contre, les écrits du grec Herodotus ont fourni une quantité importante d’informations sur le processus ; et les connaissances modernes du processus ont surtout été obtenues à partir de l’étude des momies.

AU XVIE ET XVIIE SIÈCLE, CERTAINS EUROPÉENS DÉBALLAIENT ET MANGEAIENT DES MOMIES EN GUISE DE MÉDICAMENT

Il faut également savoir que la tradition de la momification n’est pas une exclusivité du peuple égyptien. En plus des momies mondialement célèbres de l’Égypte ancienne, la momification volontaire avait été observée dans des cultures anciennes dans des régions du monde entier. Le peuple Chinchorro du nord du Chili, par exemple, a mis au point un processus de momification vers 5 000 ans avant l’ère commun, soit environ 2000 ans avant les Égyptiens ne commencent cette pratique.

À la Renaissance, loucher était caractéristique de beauté pour les femmes italiennes.

— @DailyGeekShow