Pour décorer sa maison, Raymond Isidore va récupérer tout ce qui peut lui servir : débris de poterie, morceaux de verre, assiettes brisées, figurines… Le sol et les murs vont être ainsi décorés, mais aussi les extérieurs et même le mobilier. Aucun centimètre de la maison n’est pas recouvert d’une fresque ou d’un carreau de faïence. Cette passion donnera d’ailleurs son surnom à la maison, mélange des assiettes qu’il ramassait pour décorer et de Picasso.

Vue extérieure de la Maison Picassiette © Commons Wikipedia / Julien Chatelain

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de