Il est temps de changer notre mode de vie : rien ne se jette, tout se recycle

Il est temps de changer notre mode de vie : rien ne se jette, tout se recycle

La nature possède un cycle parfait. Telle une boucle, ce qui naît est voué à mourir, puis à renaître. Chaque naissance et chaque mort est bénéfique : les feuilles tombent et créent des fertilisants, les fruits redonnent naissance à d’autres arbres, les fleurs fanent pour renaître, les animaux meurent et nourrissent également un autre écosystème, etc. L’Homme ne fait pas exception à cette règle. En revanche, son activité reste bien souvent en contradiction avec les lois de la nature.


Le philosophe grec Anaxagore l’avait dit : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau », plus tard, Antoine Lavoisier renchérit avec la célèbre maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Mais est-ce réellement le cas ? Sommes-nous vraiment dans une impasse écologique ou bien l’Homme laisse-t-il gouverner la loi de la surconsommation ?

Le jour se lève et se couche pour revenir, les saisons s’essoufflent pour renaître l’année d’après, le cycle de la nature est ainsi fait. Pour les êtres vivants, cela reste encore difficile à définir. Chaque être naît, vit, puis meurt, mais nul ne sait vraiment s’il revient à nouveau. Quoi qu’il en soit, chaque vie qui s’éteint permet à une autre de s’éveiller.

Les saisons s’essoufflent pour renaître l’année d’après

L’Homme est le seul être vivant capable de transformer, aménager, construire et faire durer son habitat. Pourtant, doté d’une intelligence supérieure, il est aussi le seul à détruire et polluer autant la planète. Cette prise de conscience fait doucement son chemin, à tel point que de nombreuses solutions sont aujourd’hui proposées pour ne plus rien jeter, tout réparer, tout recycler : des denrées organiques, jusqu’aux objets que l’Homme crée pour son besoin.

Tout se répare, une douce ironie ?

800 millions de tonnes de déchets sont produits en France chaque année… Un terrible drame pour la planète. Il n’y a encore pas si longtemps, un cordonnier était souvent sollicité pour refaire des semelles, recoudre des bottes ou refaire des talons. Qui peut aujourd’hui se vanter de faire reprendre ses vieilles chaussures ? Le geste le plus commun est de jeter les paires jugées trop abîmées et d’en racheter une neuve et plus à la mode.

Une montagne de déchets

NOUS DÉPENSONS POUR PARAÎTRE ET NON PLUS POUR ÊTRE

De même, qui prend soin de faire recoudre ses vêtements troués chez la couturière ? La société de consommation pousse sans cesse à l’achat, en attirant le client avec diverses stratégies : la mode, des prix remisés, des articles offerts, des tendances venues d’ailleurs, etc. Et pourtant, réparer sa paire de chaussures, son pantalon ou repriser une fermeture éclair cassée sur un manteau, revient beaucoup moins cher que d’en faire fabriquer un et d’en racheter un neuf.

Il en va de même avec l’électroménager ou les appareils électroniques. En effet, il y a peu, il était facile de faire appel au service après-vente, en vue de changer une pièce défectueuse sur un produit (TV, machine à laver, four, aspirateur, etc.). Aujourd’hui, en dépit de la loi Hamon, beaucoup préfèrent racheter un produit neuf plutôt que de faire réparer l’ancien. Cela revient au même prix et parfois même moins cher. Mais ce que le consommateur ignore, c’est que la durée de vie des pièces est courte et pousse donc à racheter un même produit tous les 3 ou 8 ans en moyenne. Une aubaine pour les fabricants et les revendeurs, mais beaucoup moins pour le porte-monnaie du consommateur.

Un repair café au Royaume-Uni © FlickR / Karen Blakeman

De nombreuses initiatives, comme les « Repair Café », fleurissent un peu partout en Europe, mais aussi en France. Il est possible d’y amener ses objets cassés en vue de les faire réparer. Des « docteurs réparateurs professionnels bénévoles » y attendent leurs « patients objets cassés ». Le but ? Lutter contre l’obsolescence programmée et surtout, devenir un lieu de partage. Dans ces endroits particuliers, l’échange est le maître mot. Les réparateurs apprennent aux propriétaires comment réparer et le font ensemble, afin de transmettre un savoir. Les outils et le matériel sont disponibles sur place et tout s’y répare, du vêtement, en passant par les jouets, les gadgets électroniques, les vélos, motos, meubles, etc. Que vous soyez dans le besoin, que vous rouliez sur l’or, que vous souhaitiez apprendre ou juste aider, tout le monde y est le bienvenu.

LE PRINCIPE DES REPAIR CAFÉ EST DE RÉAPPRENDRE UN SAVOIR-FAIRE PERDU EN LE TRANSMETTANT AUX AUTRES

Certains pays européens, comme la Suède, ont décidé de faire baisser la TVA sur les réparations d’objets défectueux. Ainsi, le consommateur sera encouragé à faire réparer plutôt qu’à racheter du neuf.

Rien ne se perd : le recyclage et le DIY prennent de plus en plus d’ampleur

Un pneu recyclé

Dans la cuisine comme dans la maison ou même ailleurs, apprendre à réutiliser ce que l’on jette d’ordinaire est plutôt facile. Il suffit de savoir quoi en faire et les inconditionnels du DIY (Do It Yourself ou « fait soi-même » en français), savent très bien quoi en faire. Rien n’échappe à ces manuels et ce ne sont pas les idées qui leur manquent. Par exemple, de vieilles persiennes deviennent d’élégantes étagères, les chaises deviennent tantôt des pots de fleurs, tantôt des penderies ou même des bancs, de même, les vieux pneus servent à embellir un jardin, deviennent des poufs pour le salon ou même des revêtements de toiture, etc.

LE RECYCLAGE EST L’AFFAIRE DE TOUS

Le recyclage devient l’affaire de tous et certaines marques l’ont déjà compris, comme Adidas qui propose des baskets 100 % conçues avec des déchets issus des océans. Pratiquement tout ce que nous produisons et utilisons est recyclable en toute autre chose. C’est aussi pour cette raison que la tendance de l’upcycling prend autant d’essor. Cette tendance vise à recréer des produits de meilleure qualité que le matériau d’origine, et ce, par le biais du recyclage.

Il en va de même dans la cuisine

Les épluchures peuvent être replantées

LES ÉPLUCHURES PEUVENT SE REPLANTER ET DONNER DE NOUVEAUX LÉGUMES

Saviez-vous que les coquilles d’œufs se consommaient et étaient idéales pour parfaire les besoins en calcium ? Elles sont aussi idéales dans le potager pour repousser les limaces autour des salades par exemple ! Pour les consommateurs de légumes, la plupart le savent déjà, mais les épluchures peuvent servir de multiples manières : la réalisation d’un bouillon, faire du compost, des produits de beautéLes fanes se consomment en smoothies, en soupe, en gratin ou même en pesto. Certaines épluchures vous permettront même de redonner vie à de futurs légumes en les replantant !

Certains fruits sont également de précieux matériaux écologiques pour venir en aide à la planète. En effet, il est possible de fabriquer des sacs plastiques à base de peaux de bananes, ou encore des chaussures ou de la maroquinerie en Pinatex : le cuir d’ananas !
La nature fait bien les choses, il suffit de s’en inspirer. Malheureusement, bien que l’Homme sache tout cela, rien ne s’améliore : les océans continuent d’être pollués, des tonnes de déchets sont toujours produits partout dans le monde et les usines de fabrications ne cessent de tourner à plein régime…

LES FRUITS VIENNENT AU SECOURS DE L’ECOLOGIE ET DES ANIMAUX

Plus l’humanité avance et plus elle perd ses fondamentaux, ceux-là mêmes qui ont fait de l’Homme, l’être évolué et intelligent qu’il est aujourd’hui. Réparer, recycler, recréer est une nécessité. Cette prise de conscience doit être inculquée dès le plus jeune âge afin de pouvoir changer les choses. Les générations futures en dépendent.

Petit bonus, saviez-vous qu’il était possible de fabriquer des mouchoirs en papier avec du caca de panda ?!

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux