Le 5 février sortait dans les salles obscures Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn. Un événement pour beaucoup de personnes. Mais nous n’allons pas faire la critique du film. Non, nous allons plutôt aborder le personnage de Harley Quinn dans son ensemble, de son origine à aujourd’hui. Harley Quinn est, comme de nombreux personnages de l’univers Batman, un personnage complexe qui oscille entre la folie et la réalité. Mais elle est surtout un personnage attachant qui a su évoluer et se renouveler. Au-delà du Joker et de sa relation quelque peu compliquée avec lui, Harley Quinn a aujourd’hui soif d’indépendance.

La naissance d’Harley Quinn

Le personnage d’Harley Quinn est aujourd’hui un personnage qui crée de l’engouement et de la passion. Elle est la figure féminine de la loufoquerie. Et surtout, elle n’a pas peur du jugement. Droite dans ses bottes et sa tête, Harley Quinn sait transgresser les règles. Au début par amour et très vite par volonté d’indépendance. Mais qui est réellement Harley Quinn ? Quelle est son histoire ? Qu’est-ce qui fait d’elle un personnage si unique dans l’univers DC Comics ? Et comment est-elle devenue un des personnages les plus rentables de DC Comics ?

Harley Quinn est une super-vilaine arrivée bien tard dans la ville de Gotham City. Elle apparaît pour la première fois non dans les comics mais dans la série animée Batman des années 90. En effet, Paul Dini et Bruce Timm se sont inspirés d’un épisode d’une série du nom de Des jours et des vies. Ce qui peut paraître une peu bizarre… Mais le personnage interprété par Arleen Sorkin, habillée en arlequin et faisant des tours en patin pour amuser la galerie, interpelle Paul Dini. Le scénariste planchait sur la création d’un nouveau personnage, un personnage féminin qui pourrait devenir l’acolyte du Joker.

En voyant le personnage d’Arleen Sorkin, Paul Dini sait qu’il tient un personnage haut en couleur. Il soumet alors l’idée de ce nouveau personnage à son compère : Bruce Timm. Le dessinateur reprend alors une ébauche du personnage, lui confère le même visage blanc que le Joker et lui crée un costume qui va marquer les spectateurs : un costume d’arlequin rouge et noir. Puis, ils lui donnent le nom d’Harley Quinn, qui n’est pas sans rappeler le mot arlequin, ou harlequin en anglais. La toute nouvelle acolyte complètement barrée du Joker fait alors sa première apparition le 11 septembre 1992 dans Chantage à crédit.

© Warner Bros. Animation – The Batman / YouTube

Un arlequin rouge et noir qui rencontre vite le succès

Très rapidement, Harley Quinn devient un personnage récurent dans l’univers du chevalier noir. Au même titre que Poison Ivy ou encore Catwoman, elle représente la gent féminine dans Batman. Avec son costume d’arlequin rouge et noir et son chapeau à grelots, la démarche d’Harley prête à sourire. En plus de cela, elle est extrêmement maladroite et gâche souvent les plans du Joker, qu’il ne comprend d’ailleurs pas tout le temps. Il faut savoir que l’Arlequin dans la Commedia dell’arte est le plus souvent un bouffon pauvre chargé d’amuser les princes et les rois. Et le Joker n’est autre que le « prince du crime ».

Mais les spectateurs l’adorent ! Elle est désinvolte, candide et amusante. Au début, vu comme une acolyte cocasse du Joker, qu’elle aime d’ailleurs aveuglément, Harley Quinn prend très vite une place plus importante dans l’univers DC Comics. Elle réapparaît alors dans la série animée The Batman puis dans les comics. En effet, Harley Quinn a même eu droit à une série de comics exclusivement sur elle. De même, certains épisodes de la série animée lui sont consacrés. Harley Quinn devient alors un personnage plus que récurrent dans la ville de Gotham City. Et nous découvrons au fil des épisodes sa relation malsaine avec le Joker ainsi qu’une amitié naissante avec Poison Ivy.

Docteur Quinzel et le Joker

Mais avant de devenir Harley Quinn, cette jeune femme était une personne tout ce qu’il y a de plus normal. En effet, elle avait un travail et une petite vie tranquille. Elle est d’ailleurs une gymnaste médaillée. Seulement, les études et les recherches de Harleen Quinzel vont l’amener à un endroit bien spécifique de Gotham City : l’asile d’Arkham. Là où est enfermé le Joker, qui devient un de ses patients. Très vite, la jeune femme est obnubilée par ce personnage magnétique.

© Warner Bros. – Suicide Squad / Allociné

Le Joker se laisse psychanalyser par la jeune Harleen de bon cœur. Ou dans tous les cas, avec une idée derrière la tête. En effet, il fait tout pour la séduire, il est même prévenant et gentil avec elle. Et nous connaissons bien le Joker, il a forcément une idée en tête puisque la seule personne dont il se préoccupe est lui-même et seulement lui-même. Mais Harleen ne sait pas de quoi est capable le Joker, et elle tombe vite amoureuse de lui. Le Joker a enfin rempli son objectif : s’évader, puisque Harleen l’aide à s’enfuir d’Arkham.

Une relation amoureuse destructrice

Cela aurait pu être les prémices d’une belle histoire d’amour, mais il n’en est rien. Après avoir aidé le Joker à s’évader, Harleen est jugée inapte par ses confrères et se retrouve enfermée dans l’ancienne cellule de son bien-aimé. De quoi perdre doucement la tête. Elle a été trahie par l’homme qu’elle aime, abandonnée, mais Harleen s’attache à un espoir quasi inexistant. Elle s’imagine que le Joker l’aime réellement… Alors enfermée dans un monde idéalisé, Harleen va devenir peu à peu la Harley Quinn que l’on connaît actuellement.

Comment faire pour qu’un homme tel que le Joker vous aime ? Devenir son semblable. Alors Harley Quinn met tout en œuvre pour que son amour la considère. Elle commet des actes irréparables, des crimes, etc. Seulement, le Joker ne la voit toujours pas comme un être humain. En effet, la relation entre le Joker et Harley Quinn est perverse et destructrice. Tout ce que fait Harley agace le Joker. Tout ce qu’elle tente de faire le met en colère. Et alors qu’elle lui livre Batman sur un plateau d’argent – son rêve étant de tuer Batman – et que nous pourrions nous attendre à ce qu’elle obtienne enfin une considération de sa part, il n’en est rien. Loin de là, vu qu’il la défenestre. Pourtant, Harley Quinn retourne inlassablement dans les bras du Joker qui continue de la maltraiter. Mais, un jour cela se termine.

L’émancipation folle

En effet, Harley Quinn n’est plus amoureuse du Joker. Et c’est ce qu’elle confit à Batman, qui a tenté de l’aider plusieurs fois à se libérer de sa dépendance affective. Pour être plus exact, l’image d’Harley Quinn devenait un peu vieillotte. En effet, au-delà de son sourire et de son rire, nous pouvons voir une femme battue, revenant continuellement vers son bourreau. C’est alors qu’en 2013, DC Comics décida de faire prendre un tournant décisif au personnage : la libérer de l’emprise du Joker.

Dans une nouvelle série de comics d’Amanda Conner et Jimmy Palmiotti, Harley Quinn décide de partir loin du joug du Joker pour vivre pour elle-même. Nous assistons alors à la naissance de l’indépendance de l’héroïne. Elle n’est plus le jouet du Clown, mais une femme, certes toujours aussi loufoque. En plus de cela, son style évolue. Elle ne porte plus la combinaison intégrale d’arlequin et son chapeau à grelots, mais une tenue plus féminine et des cheveux teints en rouge et noir. Loin de Gotham, Harley Quinn mène sa vie à New York où elle reprend son emploi de psychiatre à temps partiel et rejoint même une équipe de roller derby. Elle quitte alors peu à peu son rôle de super-vilaine pour devenir une anti-héroïne. Et les spectateurs apprécient.

Un futur pour Harley Quinn

Et l’évolution du personnage ne s’arrête pas là. En effet, avec Suicide Squad et Birds of Prey, le grand public découvre une nouvelle Harley Quinn avec un style plus underground et coloré qui reste sa marque de fabrique. Elle ne quitte pas pour autant son maillet et sa bonne humeur folle. Harley Quinn trouve le salut, et même encore plus de fans. Le film Suicide Squad a su lui donner une nouvelle image et les comics actuels aussi. Harley Quinn n’est plus la femme d’un homme, elle est une femme tout court. Déjantée et drôle, mais aussi touchante.

La nouvelle Harley Quinn est une femme émancipée mais aussi un personnage profond et charismatique. Aujourd’hui, ce personnage fait partie intégrante de la pop culture. Elle prend davantage d’ampleur et de place dans l’univers DC Comics. En plus du film Birds of Prey, Harley Quinn a droit à une série animée complètement déjantée rien que pour elle. L’avenir de ce personnage semble bienheureux mais reste à savoir si le film sorti mercredi dernier va laisser ce personnage sur cette belle lancée. Ou non.

Il est tout de même bien possible que Margot Robbie continue d’incarner Harley Quinn. Effectivement, elle devrait revenir dans The Suicide Squad en 2021 et potentiellement dans Gotham City Sirens, adaptation du comics du même nom, avec Catwoman, Poison Ivy et Harley Quinn, ainsi que dans Joker vs Harley. Mais pour l’instant, tout ce qui est sûr, c’est que Harley Quinn est devenue un personnage DC presque aussi rentable que Batman.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de