Découvrez le dragon bleu des mers, cet étrange animal qui semble venu d’un monde fantastique

Découvrez le dragon bleu des mers, cet étrange animal qui semble venu d’un monde fantastique

Le Glaucus Atlanticus, ou le dragon bleu, est l’une des créatures les plus fascinantes de l’océan, mais aussi l’un des plus meurtriers. Également connu sous le nom d’hirondelle de mer, ou ange bleu, le glaucus bleu est une espèce de limace de mer aux couleurs vives. On le trouve dans les océans Atlantique, Pacifique et Indien, dans les eaux tempérées et tropicales. L’animal est l’un des plus beaux spécimens que l’on peut trouver sur terre, et il est devenu célèbre pour son apparence semblable à celle d’un Pokémon.

Le dragon bleu est un type de mollusque appelé nudibranche. Malgré son apparence impressionnante, il dépasse rarement trois centimètres de long. Une bulle d’air stockée dans son estomac permet au dragon bleu de flotter dans l’eau. Cette créature délicate flotte sur le dos, exposant parfois son ventre coloré aux prédateurs aériens. La couleur bleue vibrante agit comme un camouflage dans les vagues de l’océan. Quant à son dos de couleur terne, il se fond avec la surface de la mer brillante, le cachant des prédateurs.

Wikipedia / Sylke Rohrlach

Comment vivent les dragons bleus des mers

Wikimedia / Sylke Rohrlach

Comme cité précédemment, le dragon bleu des mers a un mode de déplacement très intéressant, mais peu connu. Cette limace a un sac d’air sur ce qui semble être le côté dorsal. Grâce à ses sacs d’air, l’animal passe sa vie à flotter à la surface de l’eau, suivant docilement le mouvement des vagues, à la recherche de nourritures. Étant donné que l’animal n’a pas vraiment de contrôle sur ses mouvements, la manière dont il chasse ses proies reste un mystère. De plus, son monde de déplacement est particulièrement lent.

Ce nudibranche est pélagique, et il peut être trouvé dans presque tous les océans du monde, dans les eaux tempérées et tropicales. Il a été observé sur les côtes est et sud de l’Afrique du Sud, les eaux européennes, la côte est de l’Australie, et en Mozambique. Des Glaucus Atlanticus ont récemment été trouvés dans l’écosystème du courant de Humboldt au Pérou en 2013, et au large de l’Andhra Pradesh en Inde en 2012. Bien que ces limaces de mer vivent généralement en pleine mer, elles se retrouvent parfois accidentellement sur le rivage et peuvent donc se retrouver sur les plages.

Il faut faire très attention aux dragons bleus que l’on trouve sur les plages, parce qu’elles sont très dangereuses. Cette limace mange les tentacules d’hydrozoaires toxiques et mortels et, ce faisant, trie les nématocystes et en sélectionne les plus venimeux pour les utiliser pour leur propre protection. La limace stocke ces nématocystes volés dans les sacs aux extrémités de leurs cerata, la structure en forme de tentacules au bout de leurs « bras », pour une utilisation future. Grâce à cela, le dragon bleu est un animal particulièrement venimeux, et potentiellement mortel pour l’être humain.

L’AUTRE MEMBRE DE LA FAMILLE DES GLAUCIDAE EST LE GLAUCUS MARGINATUS, UNE VERSION PLUS PETITE ET PLUS COURTE DU GLAUCUS ATLANTICUS

Wikipedia

Une autre caractéristique fascinante du dragon bleu réside dans le fait que l’animal soit hermaphrodite, ce qui signifie que tous les individus contiennent à la fois des organes reproducteurs masculins et féminins. L’organe reproducteur masculin a évolué pour devenir particulièrement grand, de sorte qu’il puisse pénétrer en toute sécurité dans l’organe reproducteur féminin d’un autre individu sans être affecté par les cerata venimeux. Une fois que l’accouplement a eu lieu, les deux individus sont tous les deux capables de pondre des œufs.

Chaque organe reproducteur féminin libèrera une poche d’œufs. Chaque poche contiendra environ 20 œufs. Même si ces limaces ne restent pas dans les parages après la pondaison, et ne s’occupent pas de leurs petits, elles font très attention à l’endroit où elles pondent. Parmi les lieux de pondaison les plus populaires, il y a les morceaux de bois, des carcasses ou tout autre objet flottant qui donnent aux limaces nouveau-nées le temps de développer leurs propres sacs aériens avant de se jeter à l’eau.

Wikipedia / Imtorn

Bien évidemment, il faut faire très attention si l’on retrouve des dragons bleus échoués, parce que bien qu’ils soient particulièrement fragiles, ils sont aussi très venimeux. Certaines personnes empoisonnées par l’animal ont eu un choc anaphylactique, et le simple fait de toucher l’eau contenant le venin de l’animal peut causer d’horribles démangeaisons.

Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

— Philippe Noiret