Si la terre a son lot de faunes et de flores qui se distinguent par leur beauté, leur étrangeté et leur préciosité ; c’est également le cas pour les mers et les océans. C’est notamment dans les profondeurs des océans que l’on trouve une bonne partie des plus anciennes espèces animales au monde. C’est également dans les fonds marins que se cachent de nombreux trésors, comme les perles, ou dans ce cas-ci, le corail rouge. Également appelé « corail précieux », le corail rouge est un trésor de la mer Méditerranée, largement utilisé dans la fabrication de bijoux, et ce depuis l’Antiquité, époque à laquelle on lui prêtait de nombreuses vertus thérapeutiques.

« Corail rouge » est le nom commun du Corallium rubrum ainsi que de plusieurs espèces de coraux marins apparentées. Les coraux rouges distinguent des autres coraux par leur squelette rouge ou rose-orange qui sont très durables et intensément colorés. Le corail rouge est utilisé pour la fabrication de bijoux et d’ornements. Le squelette dur des branches de corail rouge est naturellement mat, mais peut être poli pour obtenir une brillance vitreuse. Ils ont trouvé principalement dans la mer Méditerranée, parce que cette mer est peu profonde et sombre par nature.

© FlickR / Arturo Donate

Le mode de vie du corail rouge

Comme presque tous les coraux, le corail précieux forme des colonies composées de nombreux polypes. Les colonies ont une taille comprise entre 5 et 30 centimètres, et sont irrégulières et peu ramifiées. Avec un courant fort et continu, le corail forme également des croûtes. Les colonies de plus d’un mètre et pesant plus de 30 kilogrammes ont disparu de la nature, en raison d’une exploitation excessive pour la production de bijoux. Les extrémités des branches ont une épaisseur de 3 à 5 millimètres, et les branches calcaires de la colonie sont formées de sclérites fondues.

LE CORAIL ROUGE EST UN ANIMAL 

Cet animal vit donc en colonies sous la forme de branches d’arbres dans lesquelles les individus partagent le travail de subsistance : des polypes munis de tentacules sont chargés de capturer la nourriture, et d’autres membres comme les pores sont responsables de la circulation de l’eau dans le système de tube qui forme la colonie. Le corail rouge se nourrit de zooplancton et est colonisé par diverses espèces d’éponges de mer. Le corail rouge se reproduit sexuellement. Les larves ont une phase embryonnaire d’un mois et quelques jours de vie planctonique. Plus tard, ils se fixent à un type de substrat, dans des endroits peu éclairés, avec des eaux calmes et une salinité constante.

Wikimedia / James St. John

Ils grandissent à un rythme d’environ 3 ou 4 cm tous les 10 ans. Le corail rouge pousse surtout en dessous de 40 mètres de profondeur, jusqu’à plus de 100 mètres de profondeur, et plus rarement dans des eaux moins profondes protégées par des grottes. La côte d’Alghero, en Sardaigne, également connue sous le nom de « côte corallienne », abrite de nombreuses grottes où le corail rouge est présent en grande quantité à une profondeur de 4 mètres. On trouve également du corail rouge dans la mer Méditerranée et l’océan Atlantique à l’est du Portugal, dans les îles Canaries et les îles du Cap-Vert.

L’utilisation et la conservation du corail rouge

Le corail rouge était une espèce abondante, mais en raison de l’exploitation abusive à des fins commerciales dont il fait l’objet, il a aujourd’hui disparu de nombreuses zones. La pêche et maintenant le changement climatique menacent leur persistance. En raison de cet état des faits, le corail rouge est actuellement une espèce protégée dans de nombreuses réserves marines. Les trois plus anciennes aires marines protégées de la Méditerranée où se trouvent le Corallium sont Banyuls, Carry-le-Rouet et Scandola, au large de l’île de Corse.

Wikipedia / Lastal

La pêche au corail rouge est actuellement pratiquée exclusivement pour les coraux sous-marins, avec un permis spécifique renouvelé chaque année en fonction la région concernée, et opérant généralement dans des zones de grande profondeur allant de 80 à 130 mètres. On estime que ces dernières années, dans toute la Méditerranée, 60 tonnes de coraux rouges ont été pêchées chaque année. Cette quantité est actuellement considérablement réduite grâce à la modification des politiques de protection et de gestion de la flore et de la faune marines par les gouvernements qui ont interdit les techniques de pêche massive.

ÉTYMOLOGIQUEMENT, LE MOT « CORALLIUM » SIGNIFIE « FILLE DE LA MER »

Comme cité précédemment, le corail rouge est largement utilisé pour la fabrication de bijoux, mais aussi pour l’homéopathie. En ce qui concerne la fabrication de bijoux, le corail rouge est généralement monté sur de l’or et de l’argent, ou percé pour obtenir des colliers et des bracelets. Le traitement du corail rouge pour obtenir un bijou est divisé en différentes phases qui commence par l’élimination du revêtement, puis le nettoyage, la coupe et le découpage, le traitement et enfin le polissage.

Wikimedia / David Monniaux

Concernant l’homéopathie, les vertus homéopathiques du corail rouge proviennent du coralligène zoophyte, du carbonate de chaux, du fer, de la gélatine, et des autres éléments contenus dans l’espèce. Les coraux rouges sont généralement utilisés pour le traitement des tempéraments nerveux, ainsi que pour l’asthme, la toux, et les problèmes respiratoires. Le corail rouge est également utilisé dans le traitement des tâches rougeâtre et brunâtre sur la peau, ainsi que dans le traitement des taches laissées par des maladies comme la varicelle.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de