Le baobab, véritable trésor de l’Afrique

Le baobab, véritable trésor de l’Afrique

Le baobab, qui est souvent considéré comme étant un arbre de la vie, est l’un des arbres les plus étonnants en Afrique, et notamment à Madagascar. Il est considéré comme une plante miracle, car il stocke de l’eau vitale à l’intérieur de son tronc et de ses branches. Pourtant, cet arbre miraculeux pousse dans les régions arides, et l’eau qu’il contient constitue donc une ressource précieuse. Le baobab a aussi la particularité d’être l’un des spécimens les plus durables de la planète étant donné que certains baobabs ont vécu plus de 1000 ans.

L’Adansonia, ou plus couramment appelé baobab, est un genre de grands arbres distinctifs et souvent bizarres. Les baobabs ont des feuilles caduques et sont de la sous-famille des bombacoideae, qui sont à leur tour de la famille des Malvaceae. Les baobabs sont répandus dans une grande partie du continent africain, sur l’île de Madagascar et en Australie. Le nom botanique du genre Adansoniaa été décerné par Bernard de Jussieu en l’honneur du botaniste français, Michel Adanson.

Wikipedia / Larre

Véritable emblème de la flore malgache, le baobab est un arbre majestueux et sacré comptant huit espèces. Six d’entre eux ne poussent qu’à Madagascar. L’allée des baobabs, qui se trouve à Morondava sur la côte centre-ouest de la grande île, possède une forêt de baobabs qui contient le plus grand nombre de spécimens au monde. Dans le pays, le baobab est également appelé « reniala » (mère de la forêt), et est considéré comme un sanctuaire de la nature et un bijou écologique local.

 

La vie d’un baobab

Tous les baobabs sont des arbres à feuilles caduques dont la hauteur varie de 5 à 20 mètres. Le baobab est un arbre d’aspect étrange et variable qui pousse dans les zones basses d’Afrique et d’Australie. Il peut atteindre des tailles énormes et les datations au carbone indiquent qu’ils pourraient vivre jusqu’à 3000 ans. Un ancien baobab creux du Zimbabwe, par exemple, est si grand que 40 personnes peuvent s’abriter à l’intérieur de son tronc. Divers baobabs ont été reconvertis et utilisés comme magasin, maison, entrepôt et abri de bus.

Wikimedia / Ferdinand Reus

L’arbre est certainement très différent de toute autre espèce d’arbre sur terre. Son tronc est lisse et brillant, pas du tout comme l’écorce des autres arbres, et il est de couleurs grise, rosée ou parfois cuivrée. Lorsqu’elles sont dépourvues de feuilles, les branches épaisses du baobab ressemblent à des racines, un peu comme si l’arbre avait été planté à l’envers. Les baobabs sont très difficiles à tuer. Même quand ils sont brûlés ou dépouillés de leur écorce, ils vont simplement se régénérer et former une nouvelle écorce pour continuer à croître.

LES PRINCIPAUX ENNEMIS DU BAOBAB SONT LA SÉCHERESSE, LA SATURATION EN EAU, LA FOUDRE, LES ÉLÉPHANTS ET LES CHAMPIGNONS NOIRS

Quand ils meurent, les baobabs pourrissent de l’intérieur et s’effondrent soudainement, laissant derrière lui un tas de fibres. Cela laisse à penser à beaucoup de gens qu’ils ne meurent pas du tout, mais disparaissent tout simplement. Cela donne encore plus de mystère à cet arbre qui est une espèce préhistorique qui a précédé à la fois l’humanité et la scission des continents il y a plus de 200 millions d’années. Au fil du temps, le Baobab s’est adapté à son environnement. C’est une plante grasse, ce qui signifie que pendant la saison des pluies, il absorbe et stocke l’eau dans son vaste tronc, ce qui lui permet de produire un fruit dense en nutriments pendant la saison sèche, alors que tout est sec et aride.

© Pixabay

 

L’importance des baobabs

Un vieux baobab peut créer son propre écosystème, car il soutient la vie d’innombrables créatures, des plus gros mammifères aux milliers de minuscules créatures qui se précipitent dans ses crevasses. Les oiseaux construisent leurs niches dans ses branches, les babouins dévorent le fruit, les roussettes mangent le nectar et pollinisent les fleurs, et on sait que les éléphants abattent et consomment parfois tout un arbre. Ainsi, un baobab est le pilier de tout un écosystème et son existence même revêt d’une importance capitale pour de nombreux êtres vivants.

LES BAOBABS STOCKENT DE GRANDES QUANTITÉS D’EAU DANS LEURS TRONCS ET C’EST POURQUOI LES ÉLÉPHANTS ET D’AUTRES ANIMAUX MÂCHENT L’ÉCORCE PENDANT LA SAISON SÈCHE

Pour l’être humain, le baobab a à la fois une importance culturelle et économique. Le baobab est en effet le pilier de nombreuses croyances et mythologies. En outre, les fruits, l’écorce et toutes les autres parties du baobab sont des matières premières très importantes. La fibre de l’écorce est utilisée pour fabriquer des cordes, des paniers, des vêtements, des cordes pour instruments de musique et des chapeaux imperméables. Les feuilles fraîches du baobab fournissent un légume comestible semblable à l’épinard, qui est également utilisé en médecine pour traiter les maladies du rein et de la vessie, l’asthme, les piqûres d’insectes et plusieurs autres maladies.

FlickR / South African Tourism

Quant au fruit, il est extraordinairement riche en nutriments et en antioxydants. Le fruit contient notamment de l’acide tartrique et de la vitamine C. Il peut être sucé ou trempé dans de l’eau pour en faire une boisson rafraîchissante. Ils peuvent également être rôtis et moulus pour en faire une boisson semblable à du café. Par ailleurs, les femmes africaines se sont tournées vers le fruit du baobab en tant que source naturelle de produit de santé et de beauté pendant des siècles.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux