Les antibiotiques ont été considérés comme la découverte thérapeutique la plus importante de l’histoire de la médecine ; il y a bien une part de vérité. Les antibiotiques ont effectivement permis de lutter contre un grand nombre de maladies, et ainsi éviter une mort certaine pour un très grand nombre de personnes dans le monde entier. Si le fonctionnement de l’antibiotique est une science fascinante, son histoire l’est plus encore.

Des plaquettes de médicaments © Pixabay

Les antibiotiques sont des substances produites par diverses espèces de micro-organismes – des bactéries, des champignons et des actinomycètes – qui inhibent la croissance d’autres micro-organismes et peuvent éventuellement les détruire. Cette définition exclut les autres substances naturelles qui inhibent également les micro-organismes, mais qui doivent être produites à des concentrations très élevées par des microbes (éthanol, acide lactique, peroxyde d’hydrogène).

Bien qu’Alexander Fleming ait découvert la pénicilline en 1929, Florey et son équipe n’en ont reconnu le potentiel qu’en 1940. Les antibiotiques étaient même autrefois appelés « médicaments miracles ».

Alexander Fleming dans son laboratoire © Wikimedia / Ministry of Information Photo Division Photographer

Alexander Fleming et la pénicilline

La découverte de la pénicilline, l’un des premiers antibiotiques modernes au monde, marque un véritable tournant dans l’histoire de l’humanité. Les médecins disposaient enfin d’un outil capable de guérir complètement leurs patients de maladies infectieuses mortelles. La pénicilline a été découverte à Londres en septembre 1928 par le docteur Alexander Fleming, bactériologiste de service à l’hôpital St Mary.

Alexander Fleming © Wikimedia / Calibuon

En rentrant de vacances d’été en Écosse, il a trouvé un laboratoire en désordre et bien plus encore. En examinant certaines colonies de Staphylococcus aureus dans son laboratoire, le Dr Fleming a noté qu’une moisissure appelée Penicillium notatum avait contaminé ses boîtes de pétri. Après avoir soigneusement placé la vaisselle sous son microscope, il fut surpris de constater que la moisissure empêchait la croissance normale des staphylocoques.


LA PÉNICILLINE AGIT EN INTERFÉRANT AVEC LES PAROIS DES CELLULES BACTÉRIENNES.

Curieux, Alexander Fleming a cultivé la moisissure dans une culture pure et a découvert qu’elle produisait une substance qui détruisait un certain nombre de bactéries pathogènes. Nommant la substance « pénicilline », le Dr Fleming a publié en 1929 les résultats de ses recherches, notant que sa découverte pourrait avoir une valeur thérapeutique si elle pouvait être produite en quantité. Comme mentionné précédemment, l’importance de la découverte d’Alexander Fleming n’était cependant pas connue à l’époque.

Une culture de bactéries pour avoir de la pénicilline © Flickr / Ryan Somma

Cela était notamment dû au fait que Fleming n’a pas réussi à faire une forme stable de la pénicilline pour la production de masse. Bien que Fleming ait effectué des recherches sur la pénicilline directement sur des patients et ait grandement contribué à son utilisation en médecine, il ne réalisa pas son potentiel révolutionnaire en raison de l’impureté de la pénicilline qu’il fabriquait et de la difficulté à la produire en masse. La plupart de ses recherches ultérieures sur la pénicilline portaient principalement sur ses propriétés plutôt que sur un traitement médical à la pénicilline.

La pénicilline avant et après Alexander Fleming

De la pénicilline © Flickr / Rajitha Ranasinghe

De nombreuses cultures anciennes, notamment en Égypte, en Grèce, en Chine et en Inde, ont découvert les propriétés utiles des champignons et des plantes dans le traitement d’infections. Ces traitements ont souvent fonctionné parce que de nombreux organismes, y compris de nombreuses espèces de moisissures, produisent naturellement des substances antibiotiques. Cependant, les anciens praticiens ne pouvaient ni identifier ni isoler avec précision les composants actifs de ces organismes.


IL EXISTE MAINTENANT TOUT UN GROUPE D’ANTIBIOTIQUES DÉRIVÉS DE PENICILLIUM : LA PENICILLINE G, LA PROCAÏNE PÉNICILLINE, LA BENZATHINE PENICILLINE ET LA PENICILLINE V.

Ce n’est que quand Alexander Fleming a découvert la pénicilline que l’humanité a pu utiliser la toute première forme d’antibiotique moderne stable. Mais même pour Fleming, il a fallu des recherches et des expérimentations ultérieures, réalisées par d’autres chercheurs, pour que sa découverte soit acceptée de tous. En effet, l’utilisation de la pénicilline n’a commencé que dans les années 1940, lorsque Howard Florey et Ernst Chain ont isolé le principe actif et mis au point une forme pulvérulente du médicament.

Une pénicilline parfaite © Flickr / Manchester Metropolitan University

Ainsi, en 1939 le docteur Howard Florey, futur lauréat du prix Nobel, et trois collègues de l’université d’Oxford ont entrepris des recherches intensives et ont pu démontrer la capacité de la pénicilline à tuer les bactéries infectieuses. Alors que la guerre contre l’Allemagne continuait à drainer des ressources industrielles et gouvernementales, les scientifiques britanniques ne purent produire les quantités de pénicilline nécessaires aux essais cliniques sur l’homme et se tournèrent vers les États-Unis pour obtenir de l’aide.

Au cours de l’été 1941, peu de temps avant l’entrée en guerre des États-Unis, Florey et Chain s’envolèrent pour les États-Unis, où ils travaillèrent avec des scientifiques américains à Peoria, dans l’Illinois, pour mettre au point un moyen de produire en masse ce qui allait devenir les premiers antibiotiques de production de masse. À la fin de l’année 1943, des centaines de millions d’unités de pénicilline pure étaient produites chaque mois. L’impact sur la guerre était énorme. Pour la première fois de l’histoire, le principal meurtrier d’une guerre n’était plus l’infection. À la fin de la guerre, plusieurs laboratoires aux États-Unis et au Royaume-Uni produisaient en masse ce médicament.

Depuis, les antibiotiques n’ont cessé d’être produits et font désormais partie intégrante de la médecine moderne, à l’échelle mondiale. Malheureusement, leur banalisation a également entraîné une résistance des bactéries aux antibiotiques, espérons que les chercheurs trouveront des solutions efficaces pour y remédier.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de